Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Un déficit budgétaire à 343 milliards de dollars pour Ottawa

AFP|Mis à jour le 16 avril 2024

Le gouvernement fédéral dévoile son portrait de l'économie canadienne aujourd'hui.

La pandémie de coronavirus a fait exploser le déficit budgétaire du gouvernement canadien à plus de 343 milliards de dollars canadiens pour l’année fiscale en cours, a annoncé mercredi le ministre des Finances Bill Morneau.

Ce déficit pour l’année fiscale 2020-2021 commencée le 1er avril est dix fois plus élevé que le montant estimé par le ministre avant la crise.

Il équivaut à 15,9 % du Produit intérieur brut (PIB) du Canada.

La pandémie a provoqué la mise à l’arrêt de grands pans de l’économie canadienne à partir de la mi-mars et pendant plus de deux mois, restreignant fortement les rentrées fiscales du gouvernement fédéral.

« Devant le pire ralentissement depuis la Grande Dépression, notre gouvernement est intervenu pour soutenir l’économie », a dit M. Morneau en dressant un portrait de la situation économique actuelle devant la Chambre des Communes d’Ottawa.

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a mis en place un plan d’aides directes de 230 milliards de dollars, représentant à lui seul 14 % du PIB, ainsi que 85 milliards d’aides indirectes.

Ce plan « est l’investissement en temps de paix le plus important de l’histoire du Canada », a déclaré M. Morneau.

Conséquemment, la dette du gouvernement fédéral va exploser, passant de 765 milliards de dollars en mars 2020 à 1 236 milliards de dollars d’ici mars 2021.

Le ratio dette/PIB passera de son côté de 31 % à 49 % pendant la même période.

« Le gouvernement se trouve dans une situation financière solide qui lui permet d’aider les Canadiens et l’économie du pays à relever ces défis de financement », a cependant fait valoir M. Morneau.

L’agence de notation financière Fitch a privé récemment le Canada de sa note AAA, la plus élevée, sur sa dette à long terme, décision qui n’a cependant pas été suivie par les autres agences.

Les économistes du secteur privé consultés par le ministre des Finances prévoient une contraction de 6,8 % de l’économie canadienne en 2020, soit sa plus forte baisse depuis la Grande Dépression, avant un rebond de 5,5 % en 2021.