Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Trudeau condamne les manifestations de camionneurs

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Trudeau condamne les manifestations de camionneurs

Le premier ministre Justin Trudeau n’a pas manqué de fustiger au passage les conservateurs qui font planer le spectre de pénuries de marchandises en raison de cette obligation vaccinale imposée aux camionneurs. (Photo: La Presse Canadienne)

Le premier ministre Justin Trudeau a sévèrement condamné le discours des camionneurs qui se préparent à prendre la colline parlementaire d’assaut, samedi, à Ottawa.

«Les propos que tiennent certains des gens associés à ce convoi sont inacceptables et sont inacceptables pour la vaste majorité des Canadiens», a-t-il déclaré en conférence de presse, mercredi, à Ottawa.

À (re)lire: La FCEI demande à Ottawa de reculer sur la vaccination obligatoire des camionneurs

Justin Trudeau a rappelé que les camionneurs savent depuis novembre dernier qu’ils devront être vaccinés pour traverser la frontière, à défaut de quoi ils devront se soumettre à une quarantaine à l’entrée, et que l’écrasante majorité s’est conformée à cette obligation. «Ça fait des mois qu’on a prévu que ça allait se passer comme ça et je peux souligner que 90% des camionneurs au Canada se sont fait vacciner.»

Il a qualifié les manifestants de «petite minorité de gens qui ne parlent ni pour les camionneurs ni pour les autres Canadiens, qui continuent à ralentir notre sortie de cette pandémie».

 

Attaque contre les conservateurs

Il n’a pas manqué de fustiger au passage les conservateurs qui font planer le spectre de pénuries de marchandises en raison de cette obligation vaccinale imposée aux camionneurs.

«J’ai vu qu’un député conservateur a même publié sur Twitter une photo de tablettes d’épicerie (dégarnies) au Royaume-Uni et a tenté de faire croire que c’était au Canada. C’est le genre de désinformation à laquelle, malheureusement, nous nous sommes habitués avec le Parti conservateur, même durant une importante crise de santé et économique comme celle-ci», a dit le premier ministre.

Selon lui, «les défis et les perturbations à la chaîne d’approvisionnement globale présentement sont dus à la COVID-19 et la meilleure façon de prévenir d’autres perturbations à nos chaînes d’approvisionnement est de s’assurer que les gens ne tombent pas malades, en s’assurant que les gens sont vaccinés.»

 

 

La police d’Ottawa se prépare

Pendant ce temps, dans la capitale, la police d’Ottawa soutient qu’elle est en contact avec les organisateurs du convoi de camionneurs pour connaître leurs plans de manifestations en fin de semaine dans la capitale et se préparer à toute éventualité, y compris des débordements violents. 

Le directeur de la police d’Ottawa, Peter Sloly, a déclaré mercredi à la Commission de services policiers qu’il travaillait avec la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et les agences de renseignement pour se préparer à ces manifestations contre la vaccination obligatoire des camionneurs transfrontaliers.

 

Plusieurs jours de manifestations?

M. Sloly a indiqué que les organisateurs du convoi avaient coopéré pour informer la police sur leurs manifestations à Ottawa qui, selon lui, pourraient durer plusieurs jours. Il a aussi admis que la situation évoluait rapidement.

Le chef adjoint, Steve Bell, a aussi déclaré que la police d’Ottawa «traquait des groupes parallèles» qui se préparent à se joindre aux camionneurs, mais aussi des contre-manifestants. La police d’Ottawa surveille également les médias sociaux.

La police de la capitale estime qu’il pourrait y avoir jusqu’à 2000 manifestants en fin de semaine, mais ce nombre évolue rapidement. Elle prévient les habitants d’Ottawa que les déplacements au centre-ville pourraient être difficiles pendant ces manifestations. 

Le directeur Sloly a rappelé que la police soutenait le droit de manifester pacifiquement, mais il a prévenu que les policiers seront prêts à déplacer les manifestants si la situation devient violente ou menace la sécurité publique.