Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Suncor s’entend avec Elliott Investment Management

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Suncor s’entend avec Elliott Investment Management

L’examen des activités de détail de Suncor, qui comprend Petro‑Canada et son réseau de stations-service, se penchera sur une gamme d’options, y compris une potentielle vente des activités. (Photo: La Presse Canadienne)

Suncor Énergie a indiqué lundi avoir conclu un accord avec l’investisseur activiste Elliott Investment Management, ce qui lui permettra d’entreprendre un examen stratégique de sa chaîne de stations-service Petro-Canada dans le but «d’accroître la valeur pour les actionnaires».

L’examen des activités de détail de Suncor se penchera sur une gamme d’options, y compris une potentielle vente des activités, a indiqué la société dans un communiqué.

Lire aussi: Titres en action: Goldman Sachs, Suncor, Bank of America, Delta

Le réseau de Petro-Canada compte plus de 1500 stations-service et magasins à l’échelle nationale.

Malgré tout, l’analyste Phil Skolnick, de la firme Eight Capital, ne pense pas que Suncor vendra finalement les activités de détail de Petro-Canada.

«S’ils entreprennent un gros processus de vente avec les activités de détail, ce sera une distraction pour résoudre les problèmes opérationnels et les problèmes de personnel du côté minier», a estimé M. Skolnick lors d’une entrevue. Eight Capital a abaissé la semaine dernière sa cote sur l’action de Suncor, précédemment «neutre», et recommande désormais de «vendre» le titre.

Cependant, si jamais Suncor finissait par décider de vendre ses activités de vente au détail, M. Skolnick croit qu’il y aurait probablement «plusieurs acteurs» impliqués dans leur achat. Il n’a pas voulu spéculer sur l’identité de ces éventuels acteurs.

Couche-Tard probablement intéressée

Dans une note transmise lundi à ses clients, l’analyste Manav Gupta, du Credit Suisse, a indiqué qu’il entrevoyait la possibilité que Suncor vende ses activités de détail. Le Credit Suisse accorde une note de «surperformance» au titre de Suncor.

«Nous estimons le bénéfice normalisé [bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement] à 800 millions de dollars (M$) pour cette entreprise», a-t-il affirmé. «Nous voyons cette entreprise obtenir un produit en espèces avant impôt de 9,6 milliards de dollars (G$) à 11,2G$ et un produit en espèces après impôt de 7,7G$ à 8,9G$.»

L’analyste Irene Nattel, de la Banque Royale, a indiqué dans une note à ses clients qu’Alimentation Couche-Tard serait probablement intéressée à participer à l’acquisition de Petro-Canada.

«Comme pour toute transaction potentielle de taille, nous nous attendrions à ce qu’[Alimentation Couche-Tard] fasse partie de tout processus potentiel impliquant les actifs de détail de Suncor, mais la concentration du marché l’empêchera probablement de soumissionner pour l’ensemble du réseau», a-t-elle observé.

En 2016, Alimentation Couche-Tard a racheté une partie importante des 497 stations-service Esso, qui appartenaient à la Pétrolière Impériale.

Le conseil d’administration de Suncor prévoit terminer l’examen stratégique au quatrième trimestre de cette année et fournira une mise à jour à ce moment-là.

Changements au conseil

L’accord verra en outre trois nouveaux administrateurs indépendants rejoindre le conseil d’administration de la société.

Les nouveaux membres du conseil d’administration sont l’ancien dirigeant de BHP Billiton Ian Ashby, l’ancien président de Devon Canada Chris Seasons et l’ancienne dirigeante de Talisman Energy Jackie Sheppard.

«Suncor s’engage à continuellement renouveler son conseil d’administration pour nous assurer de conserver des administrateurs diversifiés et qualifiés qui sont chargés de superviser la stratégie de l’entreprise et produire de la valeur pour les actionnaires», a affirmé Michael Wilson, administrateur du conseil, dans un communiqué.

M. Skolnick a estimé que les trois nouveaux membres du conseil d’administration étaient des choix «forts» et fourniraient la bonne combinaison de connaissances et d’expertise en matière de transactions minières et d’entreprise.

La firme Elliott avait exprimé sa frustration en avril face à ce qu’elle considérait être un récent déclin des performances du producteur d’énergie. Dans une lettre, la société avait appelé à une refonte du conseil d’administration et de la direction de Suncor, ainsi qu’à la vente possible de Petro-Canada. Elliott avait aussi insisté sur les antécédents de sécurité de Suncor, ainsi que sur d’autres défis opérationnels et sur le cours de l’action à la traîne de la société.

«Nous apprécions le dialogue collaboratif que nous avons eu avec le conseil de Suncor et appuyons entièrement la nomination de trois nouveaux administrateurs indépendants qui amèneront des perspectives nouvelles et pertinentes dans la salle du conseil, ainsi que l’engagement du conseil à explorer des options stratégiques concernant les activités des ventes au détail de Suncor», ont indiqué John Pike, partenaire d’Elliott, et le gestionnaire de portefeuille Mike Tomkins, dans un communiqué.

Le chef de la direction de Suncor, Mark Little, a démissionné plus tôt ce mois-ci, au lendemain de l’annonce du décès d’un entrepreneur à sa mine au nord de Fort McMurray, en Alberta. Il s’agissait du dernier d’une série de décès au travail et d’incidents de sécurité qui ont tourmenté le géant de l’énergie.

Kris Smith, vice-président directeur de la division des activités en aval de Suncor, a été nommé chef de la direction par intérim.

Deux des nouveaux administrateurs siégeront au comité que le conseil a formé pour diriger une recherche mondiale afin de sélectionner le prochain chef de la direction de la société.

M. Gupta a estimé que le prochain chef de la direction de Suncor serait probablement un candidat externe.