Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

STL: possibilité de perturbations de service mardi

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

STL: possibilité de perturbations de service mardi

Le président du Syndicat des chauffeurs de la STL affilié à la FTQ, Patrick Lafleur, a récemment reproché à la direction de ne pas faire l’effort nécessaire pour assurer un transport public de qualité. (Photo: La Presse Canadienne)

Laval — La Société de transport de Laval (STL) avise sa clientèle que des perturbations de service qui peuvent mener à des annulations de passages sont à prévoir pour toute la journée de mardi.

Le transporteur public impute ces perturbations à des moyens de pression qu’il qualifie d’illégaux de la part du syndicat des chauffeurs. 

La STL évoque le boycottage concerté de temps supplémentaire et des assignations scolaires. Dans la seule journée du 11 avril, près de 150 voyages ont ainsi dû être annulés selon la Société de transport de Laval, ce qui aurait laissé plus de 2000 clients sans service.

Elle ajoute que des gestes d’intimidation ont été posés à l’endroit de certains chauffeurs pour suivre la directive de refuser le temps supplémentaire.

L’employeur affirme que les agissements du syndicat contreviennent à l’ordonnance de sauvegarde obtenue par le Tribunal administratif du travail en novembre dernier. Des interventions légales seront entreprises mardi par la STL pour faire cesser les moyens de pression.

Pour mettre fin au conflit de travail, la STL a proposé au syndicat, en février dernier, de faire appel à un arbitre, ce que le syndicat a refusé.

La convention collective des 625 chauffeurs d’autobus de la STL, membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), affilié à la FTQ, est échue depuis août 2019. 

Le litige porte principalement sur les salaires en contexte inflationniste. La STL, qui couvre plus de 1400 kilomètres sur le territoire de Laval, rapportait il y a deux semaines qu’à cause de la pandémie de COVID-19, son achalandage n’avait pas atteint 60% du niveau habituel et que ses revenus en souffraient.