Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Secteur public: les demandes laissent les syndicats sur leur faim

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Secteur public: les demandes laissent les syndicats sur leur faim

Le 25 septembre dernier, la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, s’était engagée à réduire à cinq le nombre de ses demandes sectorielles — qui touchent les conditions de travail dans des secteurs, comme l’éducation ou la santé. (Photo: La Presse Canadienne)

La réduction du nombre de demandes patronales et syndicales dans le secteur public ne semble pas produire l’effet escompté pour «dégeler» les négociations. 

Des syndicats joints par La Presse Canadienne affirment que Québec, sous le couvert d’avoir réduit ses propres demandes, les a en fait déclinées en plusieurs «sous−demandes», qui restent nombreuses et imprécises. Et ils ne parviennent pas à obtenir des précisions sur le sens de ces demandes patronales, encore moins par écrit.

Et, à l’opposé, eux estiment avoir fait un bon bout de chemin pour réduire le nombre de leurs demandes sectorielles, souvent même par écrit, ou être en voie de le faire dans les prochains jours.

Le 25 septembre dernier, la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, s’était engagée à réduire à cinq le nombre de ses demandes sectorielles — qui touchent les conditions de travail dans des secteurs, comme l’éducation ou la santé.

Elle avait demandé à tous les syndicats du secteur public, et non seulement à ceux du front commun de faire de même, afin d’accroître les chances de renouveler les conventions collectives d’ici la fin de l’année.

La Fédération autonome de l’enseignement, qui représente 65 000 enseignants du primaire et du secondaire, estime avoir déjà fait l’exercice plus tôt en septembre.

Sa présidente, Mélanie Hubert, soutient que les cinq demandes de Québec représentent dans les faits des «priorités générales», voire «une trentaine» de «sous−demandes» à traiter.

Elle rapporte que «la pression monte» du côté des enseignants, qui sont «impatients» de voir cette négociation aboutir. Elle demande donc une rencontre avec la ministre LeBel afin de venir à bout de ce dossier.

Une source proche de la FTQ, qui fait partie du front commun, brosse un portrait similaire des négociations depuis cet épisode des demandes élaguées.

Les syndicats ont réduit leurs demandes, parfois même par écrit déjà, ou le feront la semaine prochaine. Mais les dépôts soi−disant élagués de Québec sont vagues et malgré des demandes en ce sens, les syndicats n’ont pas obtenu de précisions écrites.