Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Québec: Groupe TVA pourra mettre fin à ses bulletins régionaux

La Presse Canadienne|Mis à jour le 11 juillet 2024

Québec: Groupe TVA pourra mettre fin à ses bulletins régionaux

En juin dernier, le Groupe TVA avait décidé de mettre fin à ses bulletins régionaux de Québec avant d’obtenir l’autorisation du CRTC.(Photo: La Presse Canadienne)

Le Groupe TVA ne sera plus tenu de diffuser deux bulletins régionaux à sa station de Québec durant la fin de semaine, mais devra continuer à présenter chaque semaine plus de cinq heures de nouvelles produites dans la Capitale-Nationale.

C’est l’un des allégements que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) accorde au Groupe TVA à la suite d’une demande déposée par Québecor en mai dernier.

Le plus important diffuseur privé du Québec réclamait la modification de certaines exigences pour la programmation locale de la station de télévision CFCM-DT Québec.

Pour appuyer sa requête, l’entreprise médiatique a notamment évoqué un contexte économique et concurrentiel difficile, précisant que ses revenus sont en baisse, tout comme ceux des autres diffuseurs privés.

Dans une décision rendue lundi, le CRTC s’est rangé derrière les arguments du Groupe TVA. Les relations avec les médias du régulateur fédéral ont expliqué par courriel que la demande a été approuvée, «notamment en raison du fait que les exigences sont propres à la station (de Québec) et sont supérieures à celles imposées à d’autres concurrents dans le marché de la ville de Québec».

Ainsi, le CRTC met fin à l’exigence de diffuser deux bulletins de nouvelles produits à Québec durant le week-end.

Cependant, il exhorte de présenter au moins cinq heures et 30 minutes par semaine de nouvelles produites à Québec, mais TVA «pourra déterminer le moment le plus opportun pour la diffusion de ses bulletins», lit-on dans la décision. 

Le CRTC a également accepté de faire passer le nombre d’heures de programmation locale de 18 à 16 par semaine.

Ce nombre comprend notamment au moins neuf heures d’une programmation «qui reflète spécifiquement la région de la Vieille Capitale et qui peut être diffusée sur le réseau TVA», incluant la production des bulletins régionaux.

Les 16 heures de programmation doivent aussi contenir «au moins 3 heures et 30 minutes de nouvelles offrant un reflet local au cours de chaque semaine de radiodiffusion». 

Autre changement accepté par le CRTC, la station de Québec n’aura plus l’obligation de diffuser un certain nombre d’heures d’autres émissions qui reflètent la région. 

Selon le régulateur, les modifications «devraient avoir un impact modeste sur l’ensemble de la programmation de la station de Québec», mais offriront à TVA «une plus grande souplesse tout en maintenant le nombre d’heures de nouvelles locales produites par la station».

«Elles lui permettront également de maintenir un centre de production à Québec incluant la présence de journalistes et la prise de décisions éditoriales», a écrit le CRTC dans ses conclusions. 

En juin dernier, le Groupe TVA avait décidé de mettre fin à ses bulletins régionaux de Québec avant d’obtenir l’autorisation du CRTC. 

La filiale de Québecor soutenait que les délais administratifs du CRTC étaient «trop longs» et qu’elle devait prendre des décisions dès maintenant en raison du contexte économique difficile. Mais elle a été forcée par l’organisme qui réglemente la radiodiffusion au pays de se raviser.

Rappelons que l’automne dernier, le Groupe TVA a annoncé qu’il mettait à pied 547 personnes, soit 31% de ses effectifs.