Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

L’inflation s’est élevée à 2,7% en avril au Canada

|21 mai 2024

L’inflation s’est élevée à 2,7% en avril au Canada

Si les prix des aliments ont augmenté de 1,4% d’une année à l’autre en avril, cette hausse est inférieure à celle de 1,9% enregistrée en mars. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Le taux d’inflation annuel du Canada est tombé à 2,7% en avril dans un contexte de ralentissement généralisé de la croissance des prix, renforçant les attentes d’une baisse des taux d’intérêt le mois prochain.

Selon Statistique Canada, le ralentissement par rapport à 2,9% en mars est dû aux prix des aliments, des services et des biens durables.

Le rapport de mardi sur l’indice des prix à la consommation est porteur de bonnes nouvelles pour la Banque du Canada, qui s’attend à une baisse soutenue de l’inflation vers son objectif de 2%.

Et pour les économistes qui s’attendent à ce que la banque centrale procède à la première baisse des taux en juin, les dernières données les ont rendus plus confiants dans leurs prévisions.

Les économistes ont également augmenté les probabilités d’une baisse des taux le mois prochain à plus de 50%.

«Les données d’aujourd’hui devraient avoir donné le signal de départ sur le front de l’inflation dont la Banque du Canada avait besoin pour commencer à réduire les taux d’intérêt en juin», a écrit Andrew Grantham, directeur général des affaires économiques de la CIBC, dans une note aux clients.

La baisse constante de l’inflation et la perspective de réductions de taux imminentes apporteront probablement également un certain soulagement au gouvernement du premier ministre Justin Trudeau.

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a salué les derniers chiffres de l’inflation lors d’une conférence de presse mardi. Elle a laissé entendre que son gouvernement aidait à préparer le terrain pour des réductions de taux.

«Grâce à notre plan économique financièrement responsable, notre gouvernement fait tout ce qu’il peut pour soutenir la Banque du Canada et contribuer à créer les conditions qui permettront à la banque de baisser ses taux aussi tôt que possible», a déclaré Mme Freeland.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a laissé entendre que le budget fédéral présenté le mois dernier n’aurait pas beaucoup d’effet sur l’inflation.

Depuis l’été dernier, les libéraux au pouvoir ont été devancés par les conservateurs dans les sondages d’opinion publique sur les questions du coût de la vie.

La hausse rapide des prix des produits alimentaires est particulièrement une préoccupation majeure.

Et même si les prix des produits alimentaires sont nettement plus élevés qu’ils ne l’étaient il y a quelques années, les données montrent que les prix en épicerie ont augmenté à un rythme modeste en avril, soit une hausse de 1,4% par rapport à l’année dernière.

Parallèlement, la hausse des prix de l’essence a atténué la décélération de l’inflation le mois dernier, les prix à la pompe ayant augmenté de 6,1% sur un an.

Hors essence, les prix ont augmenté de 2,5% par rapport à l’année dernière.

Une réduction en juin ou juillet?

«Je pense que ce qui est vraiment encourageant, c’est que nous avons constaté une faiblesse persistante dans certaines des mesures de base que la Banque du Canada examine lorsqu’elle cherche à déterminer quand et à quelle vitesse réduire les taux d’intérêt», a indiqué M. Grantham en entrevue.

Les mesures d’inflation de base de la Banque du Canada, qui ne tiennent pas compte de la volatilité des prix, ont ralenti le mois dernier et sont désormais toutes inférieures à 3%.

La banque centrale a indiqué qu’elle se rapprochait progressivement d’une baisse des taux d’intérêt, mais souhaite que le ralentissement de l’inflation se poursuive plus longtemps.

Depuis plusieurs mois, les économistes s’attendent à ce que la Banque du Canada commence à abaisser son taux directeur en juin ou juillet.

Même si les derniers chiffres de l’inflation ont réorienté les attentes en faveur de la première option, certains parient encore sur une approche plus prudente de la banque centrale.

TD estime toujours que la banque centrale attendra jusqu’en juillet pour réduire le taux directeur, soulignant que le taux d’inflation annuel est encore trop proche de la limite supérieure de la fourchette cible d’inflation de 1 à 3% de la Banque du Canada.

«Mais en juin ou juillet, les Canadiens peuvent être de plus en plus convaincus que parallèlement à une baisse de l’inflation, les taux d’intérêt vont bientôt baisser», a écrit Leslie Preston, directrice générale et économiste principale à la TD.

Si la Banque du Canada réduisait ses taux d’intérêt le mois prochain, elle devancerait ses pairs des banques centrales des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Union européenne.

Le taux d’intérêt directeur de la Banque du Canada se situe actuellement à 5%, soit son niveau le plus élevé depuis 2001.

Au Québec, l’inflation s’est élevée à 3,0% en avril, après avoir été de 3,6% en mars. L’inflation a été de 3,1% à Montréal, par rapport à 4,1% en mars, et de 3,0% à Québec, par rapport à 3,4% en mars.

Dans les Maritimes, l’inflation a atteint 2,9% au Nouveau-Brunswick, en hausse par rapport au 2,6% le mois précédent. En Nouvelle-Écosse, l’inflation a été de 3,1% d’une année à l’autre en avril, contre 3,3% en mars, alors que le taux est resté inchangé à 2,6% à l’Île-du-Prince-Édouard.

Nojoud Al Mallees, La Presse Canadienne

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les défis qui préoccupent la communauté des affaires.