Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

L’exigence vaccinale n’a pas nui à TFI International, dit Bédard

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

L’exigence vaccinale n’a pas nui à TFI International, dit Bédard

Le mois de janvier s’annonce comme le meilleur mois de janvier «de tous les temps pour l’entreprise», malgré l’adoption de l’exigence vaccinale pour les camionneurs qui traversent la frontière le 15 janvier dernier. (Photo: La Presse Canadienne)

La vaccination obligatoire des camionneurs n’a pas créé de maux de tête aux dirigeants de TFI International, spécialiste du camionnage et de la logistique. Ce sont les absences d’employés qui ont dû s’isoler en janvier en raison du variant Omicron qui ont représenté un défi pour l’entreprise québécoise, selon son président et chef de la direction Alain Bédard. 

Le mois de janvier s’annonce comme le meilleur mois de janvier «de tous les temps pour l’entreprise», malgré l’adoption de l’exigence vaccinale pour les camionneurs qui traversent la frontière le 15 janvier dernier, a dit le dirigeant lors d’une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du quatrième trimestre.

«La vaccination, chez TFI, ce n’est pas du tout un enjeu, a-t-il dit. Au Canada, la plupart de nos camionneurs sont vaccinés.»

À re(lire): Des résultats supérieurs aux prévisions au quatrième trimestre pour TFI International

La direction avait eu le temps nécessaire pour anticiper l’exigence et convaincre les récalcitrants, affirme-t-il. «Nous leur avons dit [aux employés]: “Vous êtes libres, c’est votre choix, nous respectons ça, mais, les gars, vous savez qu’à un certain point, ça va devenir impossible de traverser la frontière si vous n’êtes pas vaccinés”. Nous avons quelques camionneurs qui ont dit “non”, quand même. Ce que nous faisons avec eux, c’est que nous les gardons au Canada et ils ne traversent plus la frontière.»

Avant l’adoption de l’exigence, plusieurs représentants du milieu des affaires avaient demandé à Ottawa de repousser l’échéance du 15 janvier pour les camionneurs canadiens qui veulent éviter une quarantaine de 14 jours lorsqu’ils traversent la frontière depuis les États-Unis.

Pour TFI, ce n’est pas l’exigence vaccinale qui a créé des difficultés, mais la forte contagiosité du variant Omicron. Il a noté que «beaucoup de gens» sont tombés malades aux États-Unis en janvier. «Ça a été un enjeu pour assurer les services aux clients.»

M. Bédard a fait ses commentaires tandis que le centre-ville d’Ottawa est paralysé par des manifestations d’opposants aux mesures sanitaires depuis 12 jours. Le mouvement a commencé par des camionneurs opposés à l’exigence vaccinale, mais il s’est élargi pour exprimer un ras-le-bol contre les mesures sanitaires.