Élections américaines 2016 : les principaux enjeux aux frontières du Québec


Édition du 29 Octobre 2016

Élections américaines 2016 : les principaux enjeux aux frontières du Québec


Édition du 29 Octobre 2016

Par François Normand

Des enjeux économiques et commerciaux concernent aussi le Québec dans les États frontaliers, affirme Frédérick Gagnon, titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et professeur de sciences politiques à l'UQAM.

Outre la course à la Maison-Blanche, l'élection du 8 novembre permettra d'élire des gouverneurs, des représentants et des sénateurs, notamment dans les États américains qui bordent le Québec (New York, Vermont, New Hampshire et Maine).

C'est pourquoi l'équipe de Frédérick Gagnon y suit les enjeux qui pourraient toucher directement ou indirectement les intérêts du Québec.

1. Par exemple, la défense de l'ALÉNA est un enjeu dans l'État de New York. La représentante sortante du 21e district, la républicaine Elise Stefanik, a pris ses distances par rapport à Donald Trump qui veut renégocier l'ALÉNA.

«Elle ne veut pas qu'on renégocie cet accord», dit Frédérick Gagnon. Sa circonscription est située dans le nord de l'État. Elle inclut notamment la ville de Plattsburgh, où Bombardier et Novabus exploitent des usines. «L'ALÉNA semble avoir été bénéfique pour la région.»

2. Au New Hampshire, c'est l'énergie - le cinquième poste d'exportation du Québec - qui attire l'attention, avec le projet Northern Pass d'Hydro-Québec de construire une ligne pour exporter de l'électricité. La mise en service est prévue en 2019.

Ce projet est controversé dans l'État, car la ligne de transport est censée traverser la chaîne des montagnes Blanches. En effet, plusieurs citoyens et décideurs économiques craignent un impact sur le tourisme.

Actuellement, la course au poste de gouverneur oppose le démocrate Colin Van Ostern au républicain Chris Sununu. Le résultat du vote est important, car les deux hommes n'ont pas la même opinion relativement au projet Northern Pass, selon Frédérick Gagnon. «Sununu semble un peu favorable, tandis que Van Ostern est un peu moins bien disposé face au projet.»

3. Contrairement à 2014, le Vermont n'est pas vraiment sur l'écran radar de l'élection du 8 novembre, selon Frédérick Gagnon.

Il y a deux ans, lors des élections de mi-mandat, le projet de prolongement de l'oléoduc Addison Rutland de Vermont Gas Systems (une division de Gaz Métro) avait été contesté par certains groupes environnementaux.

Aujourd'hui, ce projet, dont la mise en service est prévue en 2020, ne suscite plus autant la controverse, selon Frédérick Gagnon.

4. Enfin, au Maine, l'élection dans le deuxième district est à surveiller, car le représentant républicain Bruce Poliquin tente de se faire réélire. Or, ce dernier a un «discours ferme» à propos de la sécurité à la frontière, souligne M. Gagnon.

Bruce Poliquin a notamment déclaré que le Canada serait plus inquiétant que le Mexique si les États-Unis étaient la cible d'une attaque terroriste d'envergure. «Ma crainte, c'est qu'il y ait un incident aux États-Unis ou au Canada avant le 8 novembre», confie Frédérick Gagnon.

Le cas échéant, la sécurité à la frontière du Québec et du Maine serait renforcée, comme aux autres postes frontaliers. Cela pourrait réduire le passage des personnes et des marchandises.

À lire aussi :

Élections américaines 2016 : les principaux enjeux pour le Québec

Les démocrates ont été bons pour l'économie canadienne

À la une

Les nouvelles du marché

Mis à jour il y a 30 minutes | Refinitiv

Pas d’autre hausse de taux aux É.-U. cette année, selon Jerome Powell.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour à 08:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés confiants au milieu des annonces de banques centrales.

Comment mettre en valeur votre savoir-être?

MAUDITE JOB! «Quelles softskills mettre en avant en entretien d'embauche? Et surtout, comment?»