Les phénomènes météorologiques provoqueront une hausse des primes d'assurance

Publié le 12/01/2024 à 18:54

Les phénomènes météorologiques provoqueront une hausse des primes d'assurance

Publié le 12/01/2024 à 18:54

Par La Presse Canadienne

Les incendies de forêt dans la région de l’Okanagan et de Shuswap, en Colombie-Britannique, ont coûté 720 millions de dollars en dommages assurés. (Photo: La Presse Canadienne)

Selon les experts, le risque croissant d’événements météorologiques violents est l’un des nombreux facteurs qui exercent une pression sur les compagnies d’assurance et qui pourraient augmenter les primes pour les consommateurs.

Les sinistres liés aux conditions météorologiques extrêmes, l’inflation et les coûts de réassurance ont tous contribué à faire grimper les primes d’assurance au cours des dernières années, a déclaré Craig Stewart, vice-président chargé du changement climatique et des questions fédérales au Bureau d’assurance du Canada.

Les intempéries ont causé plus de 3,1 milliards de dollars de dommages assurés en 2023, a indiqué le Bureau, ce qui en fait la quatrième pire année jamais enregistrée en matière de pertes assurées.

«Cette sombre statistique met en évidence les coûts financiers du changement climatique pour les assureurs, les gouvernements et les contribuables», a déclaré le Bureau d’assurance dans un communiqué.

Les incendies de forêt dans la région de l’Okanagan et de Shuswap, en Colombie-Britannique, ont coûté 720 millions de dollars en dommages assurés, a indiqué le Bureau, tandis que les violentes tempêtes estivales en Ontario et les tempêtes de verglas printanières en Ontario et au Québec ont coûté au total 670 millions de dollars.

La hausse des coûts de construction pour les matériaux et la main-d’œuvre a également contribué à la hausse des primes au fil du temps, a déclaré M. Stewart.

«Alors que nous construisons de plus en plus de logements pour faire face à la crise de l’abordabilité, ironiquement, nous constatons que les coûts des matériaux et de la main-d’œuvre augmentent, a-t-il déclaré, à cause de l’inflation, mais aussi à cause de l’augmentation de la demande.»

À l’échelle mondiale, 2023 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée, selon l’agence européenne pour le climat Copernicus.

 

Besoin d’équilibrer les pertes

Les événements météorologiques extrêmes comme les incendies de forêt et les inondations causées par les ondes de tempête ont tendance à entraîner un volume plus élevé de réclamations d’assurance, a déclaré le vice-président des assurances de Ratehub.ca, Matt Hands, dans un communiqué.

«Les changements climatiques, ainsi que les catastrophes naturelles, telles que les incendies de forêt et les inondations, continuent de frapper durement le secteur de l’assurance, a-t-il déclaré. Les assureurs devront équilibrer ces pertes dans leurs comptes, ce qui pourrait conduire à une augmentation des primes pour tout le monde.»

Le Canada se réchauffe plus rapidement que le reste du monde et ses sinistres assurés augmentent également plus rapidement que dans le reste du monde, a avancé Nadja Dreff, vice-présidente principale et responsable de l’assurance canadienne chez Morningstar DBRS.

Malgré cela, la rentabilité de la souscription des assureurs canadiens a plutôt bien résisté au cours des dernières années, a-t-elle déclaré, «surtout si on la compare à celle de certains acteurs mondiaux de la réassurance, qui ont absorbé le plus gros de ces pertes liées aux conditions météorologiques extrêmes».

 

L’influence de la réassurance

Mais à côté des sinistres dus aux intempéries et des coûts croissants de reconstruction, il existe un troisième facteur majeur qui influence les primes: la réassurance, qui est essentiellement une assurance pour les assureurs.

Le Canada est une région à risque plus élevé pour les réassureurs que de nombreuses autres régions du monde, a déclaré Craig Stewart.

Pour certaines régions, notamment l’Alberta et la Colombie-Britannique, «les réassureurs ont augmenté leurs primes pour les assureurs opérant dans ces régions, a-t-il dit. Les assureurs ont absorbé une partie de ce coût. Mais ils ont également répercuté cette augmentation sur les polices d’assurance habitation.»

En réponse à une «hausse draconienne» des prix de la réassurance en 2023, les assureurs ont relevé leurs seuils de réassurance afin de maîtriser les coûts, a déclaré Mme Dreff.

«Cela peut différer d’une entreprise à l’autre, mais en général, ce que nous avons constaté, c’est que les assureurs achètent moins de réassurance, a-t-elle ajouté. En d’autres termes, la réassurance intervient à des niveaux de sinistres plus élevés.»

Cela signifie que les assureurs devraient absorber une plus grande partie de leurs sinistres — un compromis dont les conséquences potentielles dépendent du déroulement de l’année, a-t-elle déclaré.

Selon un rapport sur les perspectives de Morningstar DBRS publié en décembre, les primes ont augmenté en 2022 et 2023 à un chiffre dans le bas de la fourchette.

Mme Dreff s’attend à ce que les primes continuent d’augmenter cette année.

Toutefois, des taux d’intérêt plus élevés ont amélioré les résultats des investissements, contribuant ainsi à atténuer en partie les coûts plus élevés qui pourraient autrement être répercutés sur les consommateurs, a-t-elle déclaré.

Les coûts d’assurance ne sont qu’une pièce d’un casse-tête plus vaste: la hausse du coût de la vie à laquelle les Canadiens sont aux prises depuis plusieurs années.

Le risque climatique, la croissance démographique et les conditions macroéconomiques soutiennent les augmentations des taux de prime, mais «elles pourraient s’avérer de plus en plus difficiles à mettre en œuvre au fil du temps», selon le rapport Morningstar DBRS.

«Après des années de hausse rapide des prix d’une gamme de biens et de services, les consommateurs ont de plus en plus de mal à absorber les coûts supplémentaires, y compris celui de l’assurance, dans un contexte d’inquiétudes croissantes liées au coût de la vie.»

Aucun événement ne fait augmenter les primes, a déclaré Stewart, soulignant qu’une enquête auprès des assureurs après les incendies de l’été n’a révélé aucun changement dans la disponibilité ou l’abordabilité de la couverture d’assurance contre les incendies de forêt. Au lieu de cela, les prix des assurances dépendent des tendances au fil du temps, a-t-il dit.

L’assurance incendie est un élément essentiel de la couverture habitation et il est très peu probable qu’elle devienne indisponible, a-t-il souligné.

Mais l’escalade des pertes et la révision de la modélisation des risques signifient que de nombreux Canadiens ne peuvent pas accéder à l’assurance contre les inondations, a déclaré le Bureau d’assurance du Canada dans son rapport.

Le gouvernement s’est engagé à mettre en place un programme national d’assurance contre les inondations, mais les progrès dans ce domaine sont au point mort, a dit M. Stewart. «Nous exhortons le gouvernement fédéral à mettre ce programme en place le plus rapidement possible.»

 

Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Leadership climatique: l'État de New York est le modèle à suivre!

EXPERT INVITÉ. Le gouvernement de New York est plus transparent que celui du Québec en matière de données.

Tarification carbone: une lettre ouverte pour rectifier les faits

Le débat public sur le sujet «n’est pas sain» et n’est pas basé sur la réalité, selon 165 professeurs d'économie.

À la une

Quel avenir pour les stations de ski?

Il y a 17 minutes | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «On peut s’attaquer au problème dès maintenant en s’adaptant et en se diversifiant.»

Israël/Iran: pourquoi les cours du pétrole ne s'envolent-ils pas?

Il y a 20 minutes | AFP

Les exportations de pétrole de l'Iran sont notamment soumises à des sanctions internationales.

CAE signe un accord avec Nav Canada pour former des contrôleurs aériens

Il y a 39 minutes | La Presse Canadienne

Cet accord prévoit la formation de contrôleurs aériens à compter de cet automne.