Les experts s'attendent à une autre forte hausse des taux d'intérêt au Canada

Publié le 02/09/2022 à 18:16

Les experts s'attendent à une autre forte hausse des taux d'intérêt au Canada

Publié le 02/09/2022 à 18:16

Par La Presse Canadienne

(Photo: Jason Hafso pour Unsplash)

Ottawa — L’inflation semble avoir atteint un sommet au pays, mais elle reste très élevée et une nouvelle hausse importante des taux d’intérêt de la Banque du Canada la semaine prochaine est largement attendue. 

Cependant, certains économistes croient que la hausse de mercredi pourrait être la dernière avant un moment.

«Nous croyons que d’ici octobre, nous serons peut-être dans une position suffisamment confortable pour que la banque puisse faire une pause et examiner comment l’économie réagit», a estimé Karyne Charbonneau, directrice générale des études économiques de la Banque CIBC.

La décision de septembre sur le taux directeur de la banque centrale survient à un moment crucial pour l’économie canadienne. 

Avec la chute des prix de l’essence, l’inflation annuelle s’est établie à 7,6 % en juillet, après avoir été de 8,1 % en juin. Le produit intérieur brut (PIB) du deuxième trimestre a augmenté par rapport à celui des trois premiers mois de l’année, même si la cadence de la croissance a ralenti vers la fin de la période et qu’une estimation préliminaire suggère une contraction pour le mois de juillet. Pendant ce temps, le taux de chômage se maintient à un niveau historiquement bas. 

Malgré le ralentissement de l’inflation, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a affirmé dans un texte d’opinion du 16 août que la forte inflation, près d’un sommet de 40 ans, restait une préoccupation majeure. 

«L’inflation a baissé un peu au Canada, mais elle demeure beaucoup trop élevée, a écrit M. Macklem. Nous savons que nous avons encore du pain sur la planche. Nous n’abandonnerons pas avant d’avoir ramené l’inflation à la cible de 2 %.» 

Certaines des grandes banques canadiennes prévoient que la banque centrale augmentera le taux d’intérêt directeur de trois quarts de point de pourcentage, mercredi, pour le porter à 3,25 %. 

Dans un discours très suivi la semaine dernière, le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a livré un message clair sur son propre cycle de hausse des taux, affirmant que la Fed imposerait probablement des hausses de taux d’intérêt plus importantes dans les mois à venir. Son message avertissant que la banque centrale américaine restera dynamique dans le dossier des taux d’intérêt a amené certains observateurs à se demander si la hausse de la Banque du Canada pourrait s’élever à un point de pourcentage complet le 7 septembre. 

 

L’impact sur des ménages endettés

La banque a relevé son taux directeur en juillet d’un point de pourcentage complet — sa plus forte augmentation unique depuis août 1998 — poursuivant une série de hausses entamée en mars. Il avait passé les deux années précédentes à 0,25 %, le niveau auquel la banque l’avait abaissé au début de la pandémie. 

Des taux d’intérêt plus élevés font grimper le coût des prêts dans l’ensemble de l’économie, pour les Canadiens et les entreprises. La banque centrale espère qu’en augmentant le coût de la dette, les dépenses dans l’économie ralentiront et l’inflation diminuera. 

Cependant, l’économiste David Macdonald, du Centre canadien de politiques alternatives, prévient que la cadence rapide des hausses pourrait avoir de graves répercussions en raison du niveau élevé d’endettement des entreprises et des ménages dans l’économie. 

Dans sa dernière analyse, M. Macdonald a souligné que la dette du secteur privé s’élevait à 225 % du produit intérieur brut du pays. En comparaison, la dernière fois que la banque a relevé ses taux d’intérêt aussi rapidement remonte à 1995, lorsque la dette du secteur privé s’élevait à 142 % du PIB. 

Ce niveau d’endettement plus élevé, dit−il, rendra plus difficile la réalisation de l’«atterrissage en douceur» souhaité par la banque, où les hausses de taux d’intérêt font baisser l’inflation sans déclencher de récession. 

«Ce que je voulais vraiment faire ressortir dans cette analyse, c’est le fait que la dette du secteur privé est beaucoup plus élevée aujourd’hui qu’elle ne l’était dans les années 1980 (et) les années 1990 et les périodes précédentes où nous avons vu ce genre d’augmentation rapide des taux, a expliqué M. Macdonald. Et cela est important, bien sûr, parce que ce n’est pas seulement le taux d’intérêt qui compte, le taux d’intérêt est facturé sur quelque chose. Il est facturé sur la dette du secteur privé.» 

 

Des solutions de la part du gouvernement? 

M. Macdonald a appelé à des solutions alternatives pour calmer l’inflation, qui proviendraient du gouvernement fédéral plutôt que la politique de la banque centrale. 

Certaines de ses recommandations incluent la modification des règles de souscription de prêts hypothécaires pour les investisseurs, afin de refroidir les prix des logements, et l’extension du nouvel impôt sur les bénéfices excédentaires des sociétés au-delà des institutions financières. 

Cependant, Christopher Ragan, de l’École de politique publique Max Bell de l’Université McGill, a fait valoir que la banque centrale était la mieux placée pour assumer la responsabilité de maintenir des taux d’intérêt bas. 

«Il y a de très, très bonnes raisons pour lesquelles nous avons une banque centrale indépendante sur le plan opérationnel, qui essaie de cibler l’inflation, plutôt que les gouvernements, car les gouvernements dans le passé ont fait un très mauvais travail à cet égard», a-t-il souligné. 

M. Ragan a affirmé que l’indépendance de la Banque du Canada lui permettait d’agir avec force face à l’inflation, alors que toute intervention gouvernementale serait hautement politique. Néanmoins, l’expert admet que faire baisser l’inflation avec des hausses de taux d’intérêt est douloureux.

«C’est en fait pourquoi il est si important de ne jamais laisser l’inflation grimper en flèche, a affirmé M. Ragan. Parce que ce n’est pas seulement qu’une inflation élevée est mauvaise, c’est que réduire une inflation élevée pour en faire une faible inflation fait très mal.» 

 

Par Nojoud Al Mallees

Sur le même sujet

IA: le Canada est un leader, mais loin derrière les États-Unis

Édition du 22 Mai 2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Ottawa prévoit présenter un projet de loi sur les gains en capital avant l’été

Mis à jour le 21/05/2024 | La Presse Canadienne

Le budget fédéral présenté en avril propose de rendre imposables les deux tiers des gains en capital.

À la une

Bourse: S&P/TSX était en hausse de plus de 100 points vendredi matin

Mis à jour il y a 34 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street évolue en hausse, d'humeur positive avant un week-end férié

Les nouvelles du marché du vendredi 24 mai

Mis à jour à 08:53 | Refinitiv

Tesla réduit la production de la Model Y à Shanghai, selon des données.

À surveiller: Héroux-Devtek, Banque TD et Alphabet

Que faire avec les titres Héroux-Devtek, Banque TD et Alphabet? Voici des recommandations d’analystes.