Les chefs à la recherche de l'élément qui convaincra l'électorat

Publié le 25/09/2022 à 22:31

Les chefs à la recherche de l'élément qui convaincra l'électorat

Publié le 25/09/2022 à 22:31

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne)

Au premier jour du vote par anticipation et à une semaine du scrutin régulier, les chefs des principaux politiques étaient à la recherche de l'élément clé qui convaincra les électeurs à se déplacer en grand nombre pour appuyer leur formation.

Consultez notre dossier sur les élections provinciales.

Pour le chef de la CAQ, François Legault, et la libérale Dominique Anglade, l'élément retenu a été, comme on pouvait s'en douter, l'économie.

François Legault a laissé miroiter la menace d'une possible récession pour appâter l'électorat. 

Les probabilités de récession sont passées de 35% à 50%, a indiqué le chef caquiste dimanche après avoir consulté son ministre des Finances, Éric Girard. 

Et en conséquence, il faut voter pour la CAQ, a-t-il résumé.

Le chef caquiste a laissé entendre qu'avec une telle incertitude, il faut confier le gouvernail à une équipe économique solide comme la sienne.

De son côté, Dominique Anglade avait vanté le travail de ce qu'elle considère comme son «trio économique» composé du financier Frédéric Beauchemin ainsi que des députés Marwah Rizqy et de Monsef Derraji.

«J'ai à côté de moi Frédéric Beauchemin, qui a passé 30 ans à la Banque Scotia, qui a été chef des capitaux pendant 10 ans, une expérience incroyable du point de vue économique. On a une équipe remarquable autour de nous, et jamais, je ne vais aller critiquer des gens qui se lancent en politique, peu importe les formations politiques», a-t-elle souligné en mêlée de presse.

Le coporte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a évoqué de nouveau les changements climatiques.

Il s'est engagé à se montrer «combatif et responsable» sur la question des changements climatiques si son parti devient l'opposition officielle face à un éventuel nouveau gouvernement caquiste.

Gabriel Nadeau-Dubois a même promis de mettre son siège en jeu pour l'atteinte des cibles de réduction des gaz à effet de serre. Si son parti forme l'opposition officielle, il prévoit collaborer avec le gouvernement en place si celui-ci va «dans le bon sens en environnement».

«On va travailler avec lui et on va tout faire pour que ce gouvernement aille le plus loin possible. Et chaque fois que le gouvernement va vouloir nous faire reculer, on va se lever debout et on va défendre le fait que l'avenir c'est non négociable», a-t-il lancé.

Pour le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon, qui a dû encore une fois se défendre contre la non-publication d'un budget de l'an 1 de l'indépendance, la question du moment est l'immigration.

Paul St-Pierre Plamondon a accusé son rival caquiste François Legault de ne pas être fiable sur la question de l'immigration. 

«Le problème, c'est qu'on ne peut pas se fier aux déclarations de François Legault. Il est capable de dire, c'est une question de survie de la nation, puis pas longtemps après de dire: "Moi je ne touche pas à ça, moi je n'en parle plus"».

Le PQ est la seule des cinq formations à proposer un plus bas seuil d’immigration à 35 000. Un seuil qui serait idéal pour assurer la francisation et une intégration réussie, selon le parti.

Le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, a choisi de parler de VTT et de motoneige. 

Éric Duhaime a promis de mettre sur pied une commission parlementaire pour réviser la Loi sur les véhicules hors route. Il a suggéré notamment de rehausser la vitesse maximale permise de 50 à 70 km/h pour les véhicules tout-terrain (VTT) et de 70 à 90km/h pour les motoneiges.

«La réglementation ne suit pas la pratique et les avancées technologiques des VTT. Il faut moduler la vitesse en fonction des conditions des pistes, tout en s’assurant une sécurité adéquate», a-t-il expliqué.

 

Vote par anticipation

Pour certains électeurs, les jeux sont déjà faits puisqu'ils ont déjà voté par anticipation en vue du scrutin du 3 octobre.

Le vote par anticipation se déroule dimanche et lundi.

Déjà, les chefs ont profité de cette journée pour inviter les électeurs à participer en grand nombre.

«C'est important que la participation soit au rendez-vous cette année. On a intérêt que tout le monde ait son mot à dire et ça commence par un bulletin de vote dans une boîte de scrutin», a lancé le chef conservateur Éric Duhaime. Celui-ci se dit persuadé que plus le taux de participation sera élevé, plus les chances de succès de son parti sont grandes.

François Legault a lui aussi appelé ses partisans à se mobiliser pour inciter les électeurs à aller voter au cours de cette période de vote par anticipation en affirmant que rien n'est encore joué, malgré les sondages qui annoncent un raz-de-marée caquiste.

Le chef caquiste a affirmé que c'est un «devoir» d'aller voter.

Le coporte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois a lancé un appel aux jeunes pour qu'ils se rendent massivement aux urnes.

«Vous représentez le tiers de l'électorat, vous avez le pouvoir de changer les choses. [...] Ne laissez pas ce petit bout de pouvoir là vous glisser entre les doigts», a-t-il lancé.

À la une

Bourse: Wall Street a le souffle coupé par la Chine et la Fed

Mis à jour à 18:26 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice phare de la Bourse de Toronto clôture en baisse de 150 points.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour à 18:41 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Apple, Calian et Groupe TMX

13:00 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Apple, Calian et Groupe TMX ? Voici quelques recommandations d’analystes.