Le taux de chômage s'élève à 6,1% au Canada et à 5,0% au Québec en mars

Publié le 05/04/2024 à 09:16, mis à jour le 05/04/2024 à 14:15

Le taux de chômage s'élève à 6,1% au Canada et à 5,0% au Québec en mars

Publié le 05/04/2024 à 09:16, mis à jour le 05/04/2024 à 14:15

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Le taux de chômage au Canada a grimpé à 6,1% en mars, alors que davantage de personnes cherchaient du travail dans une économie enlisée dans des taux d’intérêt élevés, renforçant ainsi les attentes d’une baisse des taux en juin.

L’enquête sur la population active dévoilée par Statistique Canada vendredi montre que le taux de chômage est passé de 5,8% en février à 6,1% en mars, ce qui représente la plus forte augmentation mensuelle du taux de chômage depuis l’été 2022.

L’emploi a peu varié le mois dernier, l’économie ayant perdu 2200 emplois, après des augmentations modestes au cours des derniers mois.

«Les fissures qui avaient émergé au sein du marché du travail canadien se sont soudainement élargies», a écrit Andrew Grantham, directeur exécutif de l’économie à la Banque CIBC, dans une note à l’intention des clients.

La hausse du chômage survient alors que les coûts d’emprunt élevés pèsent sur les entreprises et que la forte croissance démographique continue d’accroître l’offre de main-d’œuvre du pays.

Le taux de chômage a augmenté d’un point de pourcentage d’une année sur l’autre.

«Le problème est que nous avons enregistré une légère baisse de l’emploi alors que la population continue d’augmenter, très, très rapidement. C’est la principale source d’inquiétude de ce rapport», a précisé M. Grantham lors d’une interview.

Selon Statistique Canada, la hausse du taux de chômage est due à une augmentation de 60 000 personnes à la recherche d’un emploi ou temporairement licenciées.

Le nombre total de chômeurs dans le pays s’élevait à 1,3 million le mois dernier, soit une augmentation de près de 250 000 personnes par rapport à l’année précédente.

Les dernières données sur l’emploi au Canada contrastent fortement avec les chiffres de l’emploi au sud de la frontière, également publiés vendredi, alors que l’économie américaine continue de faire figure d’exception à l’échelle mondiale.

Les employeurs américains ont ajouté 303 000 travailleurs à leur masse salariale en mars, renforçant l’espoir que l’économie puisse vaincre l’inflation sans succomber à une récession face à des taux d’intérêt élevés.

Le rapport sur l’emploi de mars de Statistique Canada est la dernière donnée économique majeure que la Banque du Canada doit examiner avant sa prochaine décision sur les taux d’intérêt, mercredi.

Les investisseurs seront à l’affût de toute indication de la part de la banque centrale sur la date à laquelle elle prévoit de commencer à abaisser son taux d’intérêt directeur, qui se situe actuellement à 5%.

Les économistes avaient parié que la Banque du Canada procéderait à la première réduction de taux en juin ou en juillet, mais après les dernières données sur l’emploi, les attentes penchent maintenant davantage vers le mois de juin.

Nathan Janzen, économiste en chef adjoint de RBC, explique que le dernier rapport sur l’emploi jette un froid sur les chiffres de la forte croissance économique du début de l’année 2024.

«Pour (la Banque du Canada), il s’agit d’une raison supplémentaire de prendre les chiffres très élevés du PIB que nous avons eus au début de 2024 avec un grain de sel plus important», a-t-il dit.

Statistique Canada a indiqué la semaine dernière que le produit intérieur brut réel avait augmenté de 0,6% en janvier. L’agence a ajouté qu’elle s’attendait à ce que la croissance se poursuive en février, avec une estimation préliminaire indiquant un gain de 0,4% pour le mois.

Selon M. Janzen, d’autres indicateurs tels que l’augmentation du nombre de faillites d’entreprises et la diminution des offres d’emploi suggèrent que l’économie subit la morsure des taux d’intérêt plus élevés.

Les jeunes sont particulièrement touchés par le refroidissement du marché du travail. L’emploi chez les 15-24 ans a diminué de 28 000 en mars et le taux de chômage pour ce groupe a augmenté à 12,6%, son plus haut niveau depuis septembre 2016, en dehors des années 2020 et 2021.

Selon un rapport de RBC publié en janvier, ce sont les étudiants et les nouveaux diplômés, plutôt que les nouveaux arrivants au Canada, qui sont à l’origine de l’augmentation du chômage dans le pays.

«Près de la moitié de l’augmentation du nombre total de chômeurs d’une année sur l’autre au Canada (…) était le fait d’étudiants qui n’étaient pas sur le marché du travail et qui ont commencé à en chercher un», a déclaré M. Janzen.

Le rapport de vendredi montre que les pertes d’emplois du mois dernier se sont concentrées dans l’hébergement et la restauration, suivis par le commerce de gros et de détail et les services professionnels, scientifiques et techniques.

Dans le même temps, l’emploi a augmenté dans quatre secteurs, en particulier dans celui des soins de santé et de l’assistance sociale.

Malgré des conditions plus faibles sur le marché du travail, la croissance des salaires s’est poursuivie rapidement, les salaires horaires moyens augmentant de 5,1% par an.

Bien que les économistes se préparent à des baisses de taux dans les mois à venir, le marché de l’emploi devrait rester faible pendant un certain temps.

M. Janzen indique que RBC s’attend à ce que le taux de chômage culmine à 6,5% au troisième trimestre de l’année, notant que les taux d’intérêt continueront à limiter la croissance jusqu’à ce qu’ils reviennent à des niveaux normaux.

«Ce n’est donc pas tant que la Banque du Canada, lorsqu’elle commence à réduire les taux d’intérêt, appuie sur l’accélérateur et aide l’économie à s’accélérer, a-t-il précisé. Elle commence juste à desserrer les freins.»

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les défis qui préoccupent la communauté des affaires.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.