Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Le Panier bleu veut offrir une plateforme transactionnelle

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Le Panier bleu a présenté les premiers pas d'une initiative visant à offrir une alternative aux géants du web.

Alors que la pandémie de COVID-19 propulse les habitudes d’achats en ligne des consommateurs, le Panier bleu pilotera un chantier dont l’objectif est d’offrir aux détaillants québécois une plateforme transactionnelle qui constituerait une solution de rechange aux géants du web.

Les «premiers pas» de cette initiative dévoilée lundi sont prévus à l’automne et un investissement conjoint de 900 000 $ effectué par l’organisme, le Mouvement Desjardins et la Banque Nationale devrait permettre d’en «jeter les bases».

Elle s’inscrit dans le cadre du dévoilement des 49 recommandations du rapport du Panier bleu sur les chantiers entourant l’avenir du commerce de détail au Québec, qui se penche sur des enjeux comme l’origine des produits, la logistique et le transport. Les travaux avaient débuté l’été dernier. 

Dans le cadre d’une séance de breffage, le directeur général de l’organisme, Alain Dumas, a expliqué que l’objectif ne constituait pas à créer une version québécoise d’Amazon, qui met en valeur des produits, mais plutôt une option qui «met le détaillant de l’avant».

On voudrait, a-t-il expliqué, proposer par exemple des options de recherche permettant à un consommateur de trouver le produit désiré chez un détaillant local.

L’investissement initial devrait permettre de déterminer la gouvernance, de tabler sur un «modèle financier viable» et de «valider les technologies nécessaires». Ultimement, le financement de cette initiative proviendrait d’un «collectif d’entreprises privées» et du gouvernement du Québec. 

En ce qui a trait aux produits qui seraient offerts sur cette plateforme, M. Dumas a reconnu qu’il faudrait clarifier la notion de produit québécois. Il pourrait par exemple y avoir des «teintes» pour un produit fabriqué au Québec avec ou sans matière première locale. 

Le directeur général du Panier bleu a affirmé qu’il fallait préconiser une approche par secteur en ce qui a trait à la notion de produits du Québec.