Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Le Mouvement Desjardins plaide pour une hausse de l’immigration

auteur-576|17 juillet 2023

Le Mouvement Desjardins plaide pour une hausse de l’immigration

La population du Canada a augmenté de plus d'un million de personnes l'an dernier, un record pour le pays. (Photo: 123RF)

Un nouveau rapport que le Mouvement Desjardins publie lundi plaide pour que le Canada accueille beaucoup plus de nouveaux arrivants pour contrebalancer sa démographie vieillissante. 

Les auteurs du rapport ont analysé la croissance démographique nécessaire des Canadiens en âge de travailler. Ils ont constaté que la population âgée entre 15 et 64 ans devrait augmenter de 2,2% par an jusqu’en 2040 pour maintenir le ratio qui existait en 2022. Et si le Canada voulait revenir au ratio moyen des personnes âgées de 65 ans et plus qu’il avait entre 1990 et 2015, ce groupe de Canadiens devrait croître de 4,5% par année. 

«J’ai l’impression que la discussion sur les niveaux d’immigration au Canada, dans l’ensemble, se concentre sur l’impact immédiat sur le marché canadien de l’habitation», selon Randall Bartlett, directeur principal de l’économie canadienne chez Desjardins. «Le rapport vise en quelque sorte à faire un zoom arrière et fournir un contexte économique plus large autour de l’immigration et pourquoi l’immigration au Canada est importante.»

La montée potentielle des niveaux d’immigration a suscité un débat sur la capacité du Canada à gérer des flux plus élevés de nouveaux arrivants dans un contexte de crise du logement et sur les conséquences économiques d’avoir plus de personnes dans le pays. La population du Canada a augmenté de plus d’un million de personnes l’an dernier, un record pour le pays. Sa population totale a progressé de 2,7%, le taux le plus rapide depuis 1957. 

La forte croissance démographique survient alors que le gouvernement libéral vise des objectifs d’immigration annuels plus élevés, ce qui permettrait au pays d’accueillir 500 000 immigrants par an d’ici 2025. 

Les partisans d’une immigration plus élevée soutiennent que le marché du travail est en mesure d’absorber plus de travailleurs et que le pays a besoin de plus de Canadiens en âge de travailler pour soutenir l’assiette fiscale à mesure que de plus en plus de personnes prennent leur retraite. «Nous avons besoin d’une immigration à un taux relativement élevé, en fait, afin de compenser les répercussions économiques du vieillissement, soit pour être en mesure de payer les soins de santé dont les aînés canadiens auront besoin», d’après Randall Bartlett.

Une analyse récente du Mouvement Desjardins révèle que le plan du Canada pour augmenter l’immigration pourrait stimuler le Produit intérieur brut (PIB) par habitant si les nouveaux arrivants continuaient d’avoir le même succès à trouver du travail qu’ils ont connu récemment. 

Le PIB par habitant est la taille de l’économie d’un pays divisée par sa population. Beaucoup considèrent qu’il s’agit d’une meilleure mesure du niveau de vie d’un pays que le chiffre global du PIB.

Les résultats d’emploi des immigrants récents, en particulier ceux qui sont arrivés par le biais de la filière économique, se sont améliorés par rapport à ceux des cohortes précédentes. C’est en partie à cause des changements apportés à la politique fédérale d’immigration.

En 2018, le salaire médian des principaux demandeurs d’immigration économique dépassait celui de la population canadienne au moment où ils étaient au pays depuis un an, selon Statistique Canada. «Nous attirons des gens très, très talentueux, a constaté Randall Bartlett. Ils sont en mesure de trouver des emplois et de générer très rapidement des revenus supérieurs à la moyenne canadienne.» 

Mais les critiques soutiennent que compter sur l’immigration pour fournir des travailleurs à l’économie peut également dissuader les entreprises d’investir dans des technologies qui stimuleraient la productivité du travail et réduiraient la dépendance à l’égard des travailleurs. Randall Bartlett pense que le gouvernement fédéral pourrait moduler le flux de travailleurs étrangers temporaires afin d’encourager de tels investissements.

Mais il a reconnu que le logement constituait un obstacle majeur. 

Desjardins estime que le Canada devrait construire 100 000 unités de plus chaque année pour compenser les pressions à la hausse sur les prix causées par un nombre plus élevé de résidents permanents au pays. Une analyse récente de Groupe financier BMO a révélé que pour chaque 1% de croissance démographique, les prix des logements augmentent généralement de 3%. 

L’afflux de nouveaux arrivants au pays a déjà un effet sur le marché de l’habitation, qui a rebondi cette année malgré des taux d’intérêt à leur plus haut niveau depuis des décennies. 

Lors de sa dernière décision sur le taux directeur, la semaine dernière, la Banque du Canada a signalé l’effet de la croissance démographique sur les prix des maisons comme l’un des facteurs qui alimentent l’inflation. «La forte croissance démographique due à l’immigration ajoute à la fois la demande et l’offre à l’économie: les nouveaux arrivants contribuent à atténuer la pénurie de travailleurs tout en stimulant les dépenses de consommation et en augmentant la demande de logements», a écrit la banque centrale dans un communiqué de presse sur sa dernière hausse de taux.

Randall Bartlett avertit que l’érosion de l’abordabilité du logement dans un contexte de croissance démographique record pourrait nuire au soutien public à l’immigration et justifie à son avis une action rapide du gouvernement. Il y a un risque que les Canadiens deviennent moins ouverts et moins positifs envers l’immigration.

«Si cela conduit à réduire l’immigration de manière significative, les Canadiens devront faire face à une facture importante à l’avenir pour faire face aux coûts engendrés par le vieillissement des Canadiens plus âgés.»