Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Le Groupe Chartwell négocie avec ses préposés aux bénéficiaires

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Le Syndicat québécois des employés de service avait déjà tenu des votes de grève dans 12 résidences avant la pandémie.

Le plus grand syndicat de préposés aux bénéficiaires dans le secteur privé rencontre mardi le plus gros employeur privé, le Groupe Chartwell, alors que le syndicat est déjà muni d’un mandat de grève dans 12 de ces résidences privées pour personnes âgées.

Le Syndicat québécois des employés de service (SQEES), qui est affilié à la FTQ, avait déjà tenu des votes de grève dans 12 résidences et devait en tenir dans trois autres, lorsque la pandémie de coronavirus a été déclenchée.

La grève n’a donc pas été déclenchée dans ces résidences privées, où travaillent quelque 1000 salariés, principalement des préposés aux bénéficiaires.

Ce sont ces salariés qui gagnent de 13 $ à 14 $ l’heure, avant le versement des primes temporaires versées par Québec durant la pandémie de la COVID-19.

Le SQEES revendique un salaire à l’embauche de 15 $ l’heure et 1 $ l’heure d’augmentation par année, pendant trois ans. Et c’est cette revendication qu’il a portée, mardi, au Groupe Chartwell — le plus grand exploitant du secteur de l’hébergement privé pour retraités au Canada.