Le gouvernement israélien approuve l'accord de libération d'otages à Gaza

Publié le 21/11/2023 à 20:21, mis à jour le 21/11/2023 à 21:06

Le gouvernement israélien approuve l'accord de libération d'otages à Gaza

Publié le 21/11/2023 à 20:21, mis à jour le 21/11/2023 à 21:06

Par AFP

Dans la bande de Gaza, près de 900 000 personnes déplacées ont trouvé refuge dans des abris surpeuplés gérés par l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens. (Photo: Getty Images)

Le gouvernement israélien approuve l’accord de libération d’otages à Gaza
Jérusalem, Non Défini
Le gouvernement israélien a approuvé tôt mercredi l’accord prévoyant la libération de 50 otages aux mains du Hamas en échange de la libération de prisonniers palestiniens et d’une trêve dans la bande de Gaza, selon un communiqué officiel.
« Le gouvernement a approuvé les grandes lignes de la première étape d’un accord selon lequel au moins 50 personnes enlevées — des femmes et des enfants — seront libérées pendant quatre jours au cours desquels il y aura une accalmie dans les combats », selon un communiqué du gouvernement transmis à l’AFP.
Environ 240 personnes ont été enlevées lors de l’attaque sanglante lancée par le mouvement islamiste, au pouvoir dans la bande de Gaza, contre Israël le 7 octobre.
« Nous nous approchons de la conclusion d’un accord de trêve », avait déclaré plus tôt Ismaïl Haniyeh, le chef du Hamas, qui vit en exil au Qatar.
Selon des sources proches des pourparlers, l’accord prévoit, dans cette première phase pouvant être renouvelée, la libération de 50 otages, en échange de celle de 150 Palestiniens prisonniers en Israël.
Au terme de cette phase, Israël garde le cap sur son objectif « d’éliminer » le Hamas et de favoriser la libération des autres otages entre les mains du mouvement islamiste palestinien, a indiqué le gouvernement.
« Le gouvernement israélien, l’armée israélienne et les forces de sécurité poursuivront la guerre pour ramener toutes les personnes enlevées, éliminer le Hamas et garantir qu’il n’y ait plus aucune menace pour l’État d’Israël depuis Gaza », a-t-il indiqué dans un communiqué en hébreu transmis à l’AFP.

Le gouvernement israélien a approuvé tôt mercredi l’accord prévoyant la libération de 50 otages aux mains du Hamas en échange de la libération de prisonniers palestiniens et d’une trêve dans la bande de Gaza, selon un communiqué officiel. 

« Le gouvernement a approuvé les grandes lignes de la première étape d’un accord selon lequel au moins 50 personnes enlevées — des femmes et des enfants — seront libérées pendant quatre jours au cours desquels il y aura une accalmie dans les combats », selon un communiqué du gouvernement transmis à l’AFP. 

Environ 240 personnes ont été enlevées lors de l’attaque sanglante lancée par le mouvement islamiste, au pouvoir dans la bande de Gaza, contre Israël le 7 octobre. 

« Nous nous approchons de la conclusion d’un accord de trêve », avait déclaré plus tôt Ismaïl Haniyeh, le chef du Hamas, qui vit en exil au Qatar. 

Selon des sources proches des pourparlers, l’accord prévoit, dans cette première phase pouvant être renouvelée, la libération de 50 otages, en échange de celle de 150 Palestiniens prisonniers en Israël. 

Au terme de cette phase, Israël garde le cap sur son objectif « d’éliminer » le Hamas et de favoriser la libération des autres otages entre les mains du mouvement islamiste palestinien, a indiqué le gouvernement. 

« Le gouvernement israélien, l’armée israélienne et les forces de sécurité poursuivront la guerre pour ramener toutes les personnes enlevées, éliminer le Hamas et garantir qu’il n’y ait plus aucune menace pour l’État d’Israël depuis Gaza », a-t-il indiqué dans un communiqué en hébreu transmis à l’AFP.

 

« Tragédie » sanitaire

Les organisations internationales et de nombreuses capitales étrangères multiplient les appels à un cessez-le-feu ou à une trêve face à la situation humanitaire catastrophique dans le petit territoire assiégé, où la guerre a détruit des quartiers entiers, dévasté le système de santé et entraîné des déplacements massifs de population.

Une « tragédie » sanitaire se profile dans la bande de Gaza, où l'eau « manque cruellement » et la pénurie de carburant risque de provoquer « l'effondrement des services d'assainissement », a encore averti mardi le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

En Israël, 1200 personnes, en grande majorité des civils, ont été tuées, selon les autorités, dans l'attaque du Hamas du 7 octobre, d'une ampleur et d'une violence inédites dans l'histoire du pays.

En représailles, Israël a promis « d'anéantir » le mouvement islamiste et pilonne sans relâche la bande de Gaza, où son armée mène depuis le 27 octobre une offensive terrestre contre le Hamas, classé organisation terroriste par les États-Unis, l'Union européenne et Israël.

Dans le territoire palestinien, plus de 14 000 personnes ont été tuées dans les bombardements israéliens, dont plus de 5 800 enfants, selon le gouvernement du Hamas.

 

 

Un hôpital assiégé

Dans la bande de Gaza, où les humanitaires font état d'une forte augmentation des maladies telles que la diarrhée et les infections respiratoires, près de 900 000 personnes déplacées ont trouvé refuge dans des abris surpeuplés gérés par l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

« Nous manquons cruellement d'eau. Les matières fécales jonchent les zones densément peuplées », a alerté mardi un porte-parole de l'Unicef, James Elder.

À Rafah, non loin de la frontière égyptienne dans le sud de la bande de Gaza où beaucoup de Palestiniens ont trouvé refuge dans des conditions extrêmement précaires, Hamza Abdel Razeq, un habitant, espère un accord de cessez-le-feu « afin d'alléger les souffrances du peuple palestinien qui a enduré 45 jours de guerre, de destruction et de tueries. »

Médecins sans frontières (MSF) a annoncé que trois médecins, dont deux travaillant pour ses opérations, avaient été tués dans une frappe sur l'hôpital al-Awda du camp de Jabaliya.

Selon le ministère de la Santé du Hamas, l'Hôpital indonésien, en bordure de ce camp, était toujours assiégé mardi par les chars israéliens et « 50 morts » gisaient sur le parvis de l'établissement.

Le Hamas affirme qu'Israël mène « une guerre contre les hôpitaux » de Gaza, dont la quasi-totalité dans le nord du territoire ne fonctionnent plus.

Israël, qui occupe depuis le 15 novembre l'hôpital al-Chifa, le plus grand de la bande de Gaza, accuse de son côté le Hamas de se servir des hôpitaux comme de bases militaires, enfouies notamment dans des tunnels, et d'utiliser les civils qui s'y trouvent comme des « boucliers humains », ce que le mouvement palestinien dément.

D'après l'ONU, près de 1,7 million des 2,4 millions d'habitants ont été déplacés par la guerre dans la bande de Gaza, soumise depuis le 9 octobre par Israël à un « siège total ». L'aide humanitaire, dont l'entrée est soumise au feu vert d'Israël, arrive au compte-gouttes via l'Égypte, en quantité insuffisante, selon l'ONU.

Mardi, à Rafah, de longues files d'hommes et de femmes attendaient une distribution de sacs de farine devant les locaux de l'Unrwa. « Les missiles ne nous ont pas tués, mais à présent nous mourons de faim et de soif », a confié à l'AFP Halima Abu Amr, une habitante.

Dans le sud du Liban, où les échanges de tirs se sont intensifiés à la frontière entre l'armée israélienne et le Hezbollah, huit personnes, dont deux journalistes ont été tués mardi dans des frappes israéliennes, rapporte l'agence de presse officielle libanaise.

L'armée israélienne a fait état de plusieurs tirs dans la nuit depuis le Liban vers le nord d'Israël à l'heure où la communauté internationale craint une extension du conflit dans la région.

En Irak, une frappe américaine a tué des combattants de milices pro-iraniennes, a dit mardi le Pentagone, en riposte à une attaque visant des militaires américains dans la région.

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, plombée par la technologie

Mis à jour le 20/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a également terminé dans le rouge.

Bourse: les gagnants et les perdants du 20 février

Mis à jour le 20/02/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Nvidia, Manuvie et TC Énergie

20/02/2024 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Nvidia, Manuvie et TC Énergie? Voici des recommandations.