Le fondateur sud-coréen de la cryptomonnaie Terra inculpé au Monténégro

Publié le 24/03/2023 à 15:29

Le fondateur sud-coréen de la cryptomonnaie Terra inculpé au Monténégro

Publié le 24/03/2023 à 15:29

Par AFP

Il est accusé de fraude dans ce krach qui a fait perdre environ 40 milliards de dollars (37 milliards d’euros) aux investisseurs. (Crédit: Getty Images)

Le fondateur sud-coréen de la cryptomonnaie Terra, Do Kwon, a été inculpé de falsification de documents et doit comparaître vendredi au Monténégro devant un tribunal qui étudiera une demande d’extradition.
Do Kwon, dont le nom complet est Kwon Do-hyung, avait été arrêté jeudi à l’aéroport de Podgorica en compagnie de son directeur financier, Hon Chang Joon.
M. Kwon, 31 ans, est le fondateur de Terraform Labs, maison-mère de la « cryptomonnaie stable » Terra qui s’est effondrée en mai 2022. 
Il est accusé de fraude dans ce krach qui a fait perdre environ 40 milliards de dollars (37 milliards d’euros) aux investisseurs.
Evoquant l’arrestation d’« une personne soupçonnée d’être l’un des fugitifs les plus recherchés au monde », le ministre monténégrin de l’Intérieur, Filip Adzic, avait précisé jeudi que les deux hommes avaient été appréhendés aux termes d’un mandat sud-coréen.
Selon les autorités monténégrines, ils détenaient des « documents costariciens falsifiés » lors d’un contrôle avant un vol qui devait le conduire à Dubaï et l’inspection de leurs bagages a également révélé des documents falsifiés belges.
Vendredi, la police du Monténégro a annoncé que tous deux avaient été inculpés pour falsification de documents.
En outre, « Kwon va être présenté vendredi devant la Haute Cour de Podgorica où va être entendue la demande d’extradition », a déclaré à l’AFP un fonctionnaire de la Cour sans préciser de quel pays elle émanait.
En Corée du Sud, où il est recherché pour violations des règles des marchés financiers, le parquet avait auparavant annoncé qu’il allait « prendre des mesures pour rapatrier Kwon Do-hyung ». 
« Nous y travaillons », a assuré à l’AFP Kim Hee-kyung, une porte-parole du cabinet des procureurs du sud de Séoul.
L’Agence de la police nationale sud-coréenne a indiqué à l’AFP qu’elle collaborerait avec les procureurs du Monténégro pour organiser l’extradition de Do Kwon.
Les procureurs ont demandé que Do Kwon soit détenu pendant au moins 30 jours au Monténégro, en lien avec les accusations de falsification de documents, a affirmé à l’AFP son avocat, Branko Andjelic. 
Le fondateur de Terra a nié être en possession de faux documents, a ajouté M. Andjelic, qui à précisé qu’une audience relative à ces accusations est en cours.
Des milliards de dollars
Peu après son arrestation, un jury fédéral des Etats-Unis a retenu huit chefs d’inculpation contre Do Kwon dont ceux de fraude boursière et fraude en ligne.
Selon la Commission des titres et des échanges (SEC) américaine, le trentenaire est accusé d’avoir « orchestré une fraude aux actifs cryptos de plusieurs milliards de dollars ».
Do Kwon est suspecté d’avoir fui la Corée du Sud pour Singapour au moment du krach de mai 2022.
En septembre, des procureurs sud-coréens avaient demandé à Interpol d’émettre une notice rouge à son encontre dans les 195 pays membres de l’organisation et annulé son passeport.
La police de Singapour avait alors affirmé que M. Kwon ne se trouvait pas dans la cité-Etat. 
La Corée du Sud est, comme le Monténégro, membre de la Convention européenne d’extradition, un accord multilatéral qui facilite les extraditions entre les pays signataires, a expliqué dans un communiqué le ministère de la Justice.
Il « suivra la procédure d’extradition en accord avec les lois et les accords internationaux ».
Les cryptomonnaies sont de plus en plus surveillées depuis des séries de krachs, de controverses et la faillite de FTX, l’une de leurs plateformes d’échange les plus importantes. 
De nombreux investisseurs ont perdu toutes leurs économies quand les cryptomonnaies Terra et Luna, fondées par M. Kwon, se sont effondrées. Les autorités sud-coréennes avaient alors ouvert plusieurs enquêtes criminelles. 
« Il est vrai que Kwon a fait trop de mal à trop de gens, avec quelque chose qui comportait beaucoup de risques inexpliqués », a déclaré à l’AFP Cho Dong-keun, professeur d’économie émérite à l’université Myongji de Séoul.
Instable « stablecoin »
En principe, une cryptomonnaie dite stable, ou « stablecoin » garantit plus de stabilité aux investisseurs dans cet univers très volatil.
Son cours peut être adossé à celui d’une devise traditionnelle ou à des actifs tangibles, mais ce n’était pas le cas de Terra qui était liée à un autre crypto-actif développé par la Luna Foundation Guard dont M. Kwon est également fondateur. 
Les cours du stablecoin Terra et de son jeton jumeau Luna sont très vite tombés à zéro après la dégringolade de mi-mai 2022.
Selon Bloomberg News, citant la SEC, M. Kwon et Terraform Labs ont aussi extrait plus de 10 000 Bitcoins de leur projet en faillite et en ont converti une partie en espèces via une banque suisse.                

Le fondateur sud-coréen de la cryptomonnaie Terra, Do Kwon, a été inculpé de falsification de documents et doit comparaître vendredi au Monténégro devant un tribunal qui étudiera une demande d’extradition.

Do Kwon, dont le nom complet est Kwon Do-hyung, avait été arrêté jeudi à l’aéroport de Podgorica en compagnie de son directeur financier, Hon Chang Joon.

M. Kwon, 31 ans, est le fondateur de Terraform Labs, maison-mère de la « cryptomonnaie stable » Terra qui s’est effondrée en mai 2022.

Il est accusé de fraude dans ce krach qui a fait perdre environ 40 milliards de dollars (37 milliards d’euros) aux investisseurs.

Evoquant l’arrestation d’« une personne soupçonnée d’être l’un des fugitifs les plus recherchés au monde », le ministre monténégrin de l’Intérieur, Filip Adzic, avait précisé jeudi que les deux hommes avaient été appréhendés aux termes d’un mandat sud-coréen.

Selon les autorités monténégrines, ils détenaient des « documents costariciens falsifiés » lors d’un contrôle avant un vol qui devait le conduire à Dubaï et l’inspection de leurs bagages a également révélé des documents falsifiés belges.

Vendredi, la police du Monténégro a annoncé que tous deux avaient été inculpés pour falsification de documents.

En outre, « Kwon va être présenté vendredi devant la Haute Cour de Podgorica où va être entendue la demande d’extradition », a déclaré à l’AFP un fonctionnaire de la Cour sans préciser de quel pays elle émanait.

En Corée du Sud, où il est recherché pour violations des règles des marchés financiers, le parquet avait auparavant annoncé qu’il allait « prendre des mesures pour rapatrier Kwon Do-hyung ».

« Nous y travaillons », a assuré à l’AFP Kim Hee-kyung, une porte-parole du cabinet des procureurs du sud de Séoul.

L’Agence de la police nationale sud-coréenne a indiqué à l’AFP qu’elle collaborerait avec les procureurs du Monténégro pour organiser l’extradition de Do Kwon.

Les procureurs ont demandé que Do Kwon soit détenu pendant au moins 30 jours au Monténégro, en lien avec les accusations de falsification de documents, a affirmé à l’AFP son avocat, Branko Andjelic.

Le fondateur de Terra a nié être en possession de faux documents, a ajouté M. Andjelic, qui à précisé qu’une audience relative à ces accusations est en cours.

Des milliards de dollars 

Peu après son arrestation, un jury fédéral des Etats-Unis a retenu huit chefs d’inculpation contre Do Kwon dont ceux de fraude boursière et fraude en ligne.

Selon la Commission des titres et des échanges (SEC) américaine, le trentenaire est accusé d’avoir « orchestré une fraude aux actifs cryptos de plusieurs milliards de dollars ». 

Do Kwon est suspecté d’avoir fui la Corée du Sud pour Singapour au moment du krach de mai 2022.

En septembre, des procureurs sud-coréens avaient demandé à Interpol d’émettre une notice rouge à son encontre dans les 195 pays membres de l’organisation et annulé son passeport.

 La police de Singapour avait alors affirmé que M. Kwon ne se trouvait pas dans la cité-Etat.

La Corée du Sud est, comme le Monténégro, membre de la Convention européenne d’extradition, un accord multilatéral qui facilite les extraditions entre les pays signataires, a expliqué dans un communiqué le ministère de la Justice.

Il « suivra la procédure d’extradition en accord avec les lois et les accords internationaux ».

Les cryptomonnaies sont de plus en plus surveillées depuis des séries de krachs, de controverses et la faillite de FTX, l’une de leurs plateformes d’échange les plus importantes.

De nombreux investisseurs ont perdu toutes leurs économies quand les cryptomonnaies Terra et Luna, fondées par M. Kwon, se sont effondrées. Les autorités sud-coréennes avaient alors ouvert plusieurs enquêtes criminelles.

« Il est vrai que Kwon a fait trop de mal à trop de gens, avec quelque chose qui comportait beaucoup de risques inexpliqués », a déclaré à l’AFP Cho Dong-keun, professeur d’économie émérite à l’université Myongji de Séoul.

Instable « stablecoin »

En principe, une cryptomonnaie dite stable, ou « stablecoin » garantit plus de stabilité aux investisseurs dans cet univers très volatil. 

Son cours peut être adossé à celui d’une devise traditionnelle ou à des actifs tangibles, mais ce n’était pas le cas de Terra qui était liée à un autre crypto-actif développé par la Luna Foundation Guard dont M. Kwon est également fondateur. 

Les cours du stablecoin Terra et de son jeton jumeau Luna sont très vite tombés à zéro après la dégringolade de mi-mai 2022.

Selon Bloomberg News, citant la SEC, M. Kwon et Terraform Labs ont aussi extrait plus de 10 000 Bitcoins de leur projet en faillite et en ont converti une partie en espèces via une banque suisse.

Sur le même sujet

Binance: croissance et réglementation au menu de Richard Teng

09/04/2024 | AFP

Richard Teng revient sur ses priorités, les sommets du prix du bitcoin ou encore les déboires de son prédécesseur.

Pour les Argentins sans le peso, un iris pour un peu de cryptomonnaie

09/04/2024 | AFP

En mars l’Espagne, puis le Portugal, ont sommé Worldcoin de suspendre leur collecte, le temps d’enquêtes.

À la une

L'art de composer avec la météo sur les terrains de golf

20/03/2024 | Claudine Hébert

INDUSTRIE DU GOLF. Les clubs de golf doivent ajuster leur mode d'opération et leurs stratégies marketing.

Cinq suggestions pour «pimper» votre tournoi de golf

20/03/2024 | Claudine Hébert

INDUSTRIE DU GOLF. Voici cinq entreprises qui ont ce qu'il faut pour surprendre vos participants.

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

13/04/2024 | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.