Le dragon d'Ève Salvail


Édition de Mars 2023

Le dragon d'Ève Salvail


Édition de Mars 2023

Par Claudine Hébert

Ève Salvail (Photo: courtoisie)

Il y a 30 ans, la planète entière découvrait la mannequin Ève Salvail, l’une des premières Québécoises à s’illustrer sur les prestigieux podiums de la mode. Une brillante carrière internationale qu’elle doit à un investissement inusité: un tatouage de dragon sur son crâne.

 

D’où vient l’idée de ce fameux tatouage ?

C’était une idée de papa. J’avais 19 ans. De passage à Tokyo, je l’avais appelé pour lui demander ce qu’il pensait de l’idée que je sois la première mannequin aux cheveux rasés. « La chanteuse Sinéad O’Connor a déjà cette signature commerciale », m’avait-il répondu. « Pourquoi ne pas raser tes cheveux… et te faire tatouer quelque chose de flamboyant sur la tête ? » m’avait-il suggéré. Assise dans un salon de thé, j’ai aperçu une sculpture en bronze d’un dragon. Mon choix était fait.

 

Vous dites que ce tatouage représente votre meilleur investissement à vie, combien a-t-il coûté ?

Le croirez-vous ? Je n’ai payé que 100 $ US pour cette intervention qui m’a valu des centaines de milliers de dollars en contrats pendant plus de dix ans. Toujours à Tokyo, j’avais demandé à un ex-yakuza d’effectuer ce tatouage qui devait, initialement, me coûter 400 $ US. Au moment d’acquitter ma facture, il a enlevé un premier 100 $, car j’étais une non-yakuza. Il en a biffé un autre parce que j’étais sa toute première cliente féminine. Finalement, il a retranché un dernier 100 $ parce que j’étais la première personne caucasienne à qui il réalisait un tatouage. Bref, ç’a été un méchant bon « deal ». Bien que j’aie eu mal à la tête pendant deux semaines.

 

Comment gère-t-on une carrière de mannequin internationale ?

Dans les années 1990, faire du mannequinat était très lucratif pour une quinzaine d’entre nous. Cela exigeait néanmoins beaucoup de logistique financière. Les agences payaient mes cachets 90 jours après l’exécution d’un contrat. Entre-temps, je devais assumer mes dépenses (transport, hébergement, restaurants…). S’ajoutait à cette gestion la gymnastique des impôts du pays où avait eu lieu le contrat et celui de ma résidence. Heureusement, je bénéficiais des services d’un comptable. D’ailleurs, c’est lui qui m’a recommandé, dès mes premiers contrats, d’épargner systématiquement de 10 % à 20 % sur chacun de mes cachets.

 

Est-ce que ce conseil a été payant ?

Oui, car j’aurais sans doute pris l’habitude de tout flamber. Encore aujourd’hui, à bientôt 52 ans, j’ai conservé le réflexe d’investir une partie de mes revenus dans des CPG. Certes, les intérêts ne sont pas élevés, mais je demeure confortable avec ces placements non risqués.

 

Y a-t-il une dépense que vous regrettez ?

Il y en a quelques-unes. Avant que je ne devienne sobre, je pouvais avoir subitement l’envie de m’adonner à de nouvelles passions. Faire de la plongée sous-marine, devenir la reine du « podcast »… chaque fois que j’avais ce type de projet en tête, j’engloutissais 15 000 $, 20 000 $, même 30 000 $ afin de m’équiper comme une pro. Or, tous ces équipements ont rarement servi… et se sont retrouvés sur Marketplace.

 

Comment gagnez-vous votre vie aujourd’hui ?

Depuis une vingtaine d’années, je fais la DJ dans toutes sortes d’événements un peu partout sur le globe. Depuis 2016, je donne aussi des conférences. J’ai également publié un livre « Sois toi et t’es belle ». Il y a deux ans, je me suis même inscrite au certificat de toxicomanie à l’Université de Sherbrooke. Un train de vie un peu moins «glamour», direz-vous. Mais ô combien inspirant ! J’ai tellement de plaisir à rencontrer des gens que je ne vois pas quand je m’arrêterai.

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du 16 avril

Mis à jour le 16/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

OPINION Bourse: les gagnants et les perdants du 15 avril
Mis à jour le 15/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril
Mis à jour le 12/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
À surveiller: Bombardier, Cascades et Apple
12/04/2024 | Charles Poulin

À la une

Christian Kengne: «L'avenir du numérique appartient aux jeunes»

Mis à jour il y a 6 minutes | lesaffaires.com

GÉNÉRATION D'IMPACT. Voici les visages de la deuxième cohorte d’intrapreneurs.

Qu’est-ce qui empêche les équipes de demander de l’aide?

Les familles en affaires doivent surmonter leurs biais concernant un accompagnement pour améliorer l’harmonie au travail

Bourse: Wall Street ouvre en hausse après trois jours de pertes pour le S&P

Mis à jour à 09:45 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre dans le vert.