Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Le départ du patron de Rogers soulève des questions sur l’avenir

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Le départ du patron de Rogers soulève des questions sur l’avenir

Dans un communiqué publié tard mardi soir, le géant des télécommunications a annoncé que M. Natale n’était plus chef de la direction. (Photo: La Presse Canadienne)

Des experts ont estimé mercredi que le départ du chef de la direction de Rogers Communications, Joe Natale, soulevait d’autres questions sur l’orientation de l’entreprise, qui cherche à mettre un terme à une lutte de pouvoir au sein du conseil d’administration et à se concentrer sur l’acquisition de sa rivale Shaw Communications. 

Dans un communiqué publié tard mardi soir, le géant des télécommunications a annoncé que M. Natale n’était plus chef de la direction et qu’il était remplacé sur une base intérimaire par son ancien directeur financier Tony Staffieri. Le conseil d’administration a entamé des recherches pour trouver un chef de la direction permanent pour guider son acquisition de Shaw, une transaction évaluée à 26 milliards $. 

Tyler Chamberlin, professeur adjoint à l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa, a estimé que même si la querelle familiale au sujet de la tentative du président Edward Rogers de remplacer M. Natale par M. Staffieri semblait être réglée, l’incertitude au sommet pourrait avoir des répercussions sur l’entreprise. 

Mais le départ de M. Natale pourrait également conduire à une nouvelle vision stratégique pour Rogers, qui vient de traverser, selon l’analyste, une période de «sous-performance» pendant le mandat du patron sortant. 

L’analyste Drew McReynolds, de RBC Dominion Valeurs mobilières, a indiqué qu’il s’attendait à d’autres changements au niveau des cadres supérieurs, mais ne pense pas que ces changements auront une incidence sur le processus d’approbation réglementaire de l’accord avec Shaw. 

Trois agences fédérales examinent l’acquisition potentielle. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) doit tenir une audience publique à ce sujet le 22 novembre.