Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

La réouverture des cinéma servira de période de rodage

Denis Lalonde|Mis à jour le 16 avril 2024

La réouverture permettra de roder les activités en vue d’un assouplissement des règles sanitaires, dit Vincent Guzzo.

Il sera impossible de rentabiliser les cinémas avec un maximum de 50 personnes par salle, mais la réouverture du 3 juillet permettra de roder les activités en vue d’un assouplissement des règles sanitaires qui pourrait survenir quelques semaines plus tard.

C’est du moins ce qu’espère le PDG des Cinémas Guzzo, Vincent Guzzo.

«À 50 personnes par salle, c’est sûr qu’on va encaisser des pertes. Mais j’aimem mieux opérer deux ou trois semaines comme ça et voir comment les gens vont réagir. Si tout va bien, vers la mi-juillet, on va demander la permission d’avoir jusqu’à 250 personnes par salle», confie M. Guzzo. 

Les premiers cinéphiles devront observer une distanciation de 1,33 mètre avec les autres personnes qui ne vivent pas à la même adresse qu’eux. Cela signifie qu’il faudra sauter une rangée de bancs à l’avant et à l’arrière et laisser deux bancs d’écart sur une même rangée.

Si le plan fonctionne comme Vincent Guzzo le souhaite, les restrictions seront assouplies à un banc d’écart sur une même rangée plus tard cet été.

«Au cinéma, les gens regardent devant eux. Ils ne devraient pas discuter en tournant la tête dans tous les sens comme dans une file d’attente. La réouverture sera une bonne occasion de remettre les pendules à l’heure sur les comportements que l’on doit adopter en salle», observe M. Guzzo.

Ce dernier n’a, par ailleurs, aucun souci quant à la capacité des systèmes de ventilation de supporter les exigeances de la santé publique. «Certains germophobes chiâleront toujours, mais il faut se rappeler que les salles de cinéma ont des plafonds à 20-24 pieds de hauteur avec des systèmes ultra-performants de ventilation. Nos systèmes vont aérer quand la salle est 100% pleine. Si on est à 50 dans une salle de 400, on sera à 12,5% de capacité. À 200 sièges, on sera à 25%. Ça va être une bagatelle d’aérer les salles», dit-il.

Comme dans les épiceries et les autres commerces, les cinéphiles devront se laver les mains à l’entrée. Quant aux employés, ils devront porter masque et visière, sauf ceux qui seront à la billetterie puisqu’ils sont déjà protégés derrière une vitre.

«On aurait pu mettre des plexiglass entre nos employés et les clients aux comptoirs de nourriture et de friandises. Toutefois, ça ne règle pas le problème des employés qui vont se côtoyer derrière les comptoirs. On a trouvé plus sécuritaire de mettre masque et visière à tous les employés, même pour les placiers», explique M. Guzzo. 

Le dirigeant assure que même si le nombre de spectateurs est limité à 50 personnes par salle, les prix des billets et de la nourriture resteront les mêmes qu’avant la pandémie.

Le dirigeant affirme également ne pas vouloir miser sur les réservations en ligne pour la réouverture, estimant que beaucoup de jeunes qui souhaitent aller au cinéma n’ont pas de carte de crédit et qu’il souhaite garder le volet «spontané» d’aller voir un film.

«Je ne vois pas pourquoi je devrais avantager quelqu’un qui va me coûter plus cher pour lui vendre un billet (en raison des frais versés aux entreprises de cartes de crédit). Les gens vont devoir arriver 15 à 20 minutes avant les films», dit-il.

M. Guzzo raconte aussi que les cinéphiles qui achètent leurs billets en ligne ont tendance à se présenter au cinéma à la dernière minute, ce qui entraînerait parfois des déplacements dans le noir, ce qu’il souhaite éviter pour s’assurer du respect des mesures d’hygiène qui seront en vigueur. «De toute manière, ce n’est jamais plus de 5% à 10% de la clientèle qui réserve ses billets en ligne», dit-il.

Pendant que les salles de cinéma recommenceront à accueillir des spectateurs, les arcades demeureront fermées. Aucune date n’a encore été fixées pour leur réouverture, car la direction de Guzzo n’a pas encore trouvé la formule pour nettoyer de manière sécuritaire les surfaces de jeux après chaque utilisation.