Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

La pénurie de main-d’oeuvre oblige des PME à refuser des contrats

Camille Robillard|Mis à jour le 16 avril 2024

La pénurie de main-d’oeuvre oblige des PME à refuser des contrats

La pénurie de main-d’œuvre à laquelle font face les entreprises depuis plusieurs mois implique, par le fait même, la vacance de plusieurs postes dans tous les secteurs. Selon l’Enquête sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail de Statistique Canada, même si le nombre de personnes salariées a augmenté de 91 100 postes en septembre, le nombre d’emplois vacants poursuit son ascension. 

Dans l’ensemble des secteurs, en septembre, on chiffrait à 1 014 600 le nombre de postes vacants au Canada. En proportion, soit le nombre de postes inoccupés par rapport à l’ensemble des postes (occupés et libres), ça représente un taux de 6 %. Il s’agit du plus haut taux depuis que les données mensuelles comparables ont commencé à être publiées en octobre 2020. L’hébergement et la restauration (14,4 %) ainsi que la construction (7,1 %) sont les secteurs où le taux est le plus élevé à l’heure actuelle.

Au Québec, depuis janvier, le nombre de postes libres est passé de 150 000 à 280 000. Sur les 3 500 000 membres du personnel salariés, ça représente une proportion de 7,3 %. Ainsi, selon les données de Statistique Canada, il s’agit de la province, côte à côte avec la Colombie-Britannique (7,4 %), avec la proportion la plus élevée au pays. Terre-Neuve-et-Labrador inscrit pour sa part le plus faible taux de postes vacants (4 %). 

Le manque de membres du personnel a obligé 44 % des PME à refuser des ventes et des contrats en novembre, comparativement à 26 % au début de l’année.