La hausse des taux est devenue le mot d'ordre des banques centrales

Publié le 22/07/2022 à 09:41

La hausse des taux est devenue le mot d'ordre des banques centrales

Publié le 22/07/2022 à 09:41

Par AFP

La Banque centrale européenne a rejoint cette semaine la course au relèvement des taux. (Photo: 123RF)

Paris — La BCE a rejoint cette semaine la course au relèvement des taux dans laquelle beaucoup d'autres banques centrales dans le monde sont déjà engagées, avec une hausse de 0,5 point, inédite depuis onze ans et plus forte que prévu. Pourquoi ce mouvement quasi généralisé?

Pourquoi une accélération des relèvements de taux?

À cause d'une inflation qui s'emballe: +8,6% en zone euro en juin, +9,4% au Royaume-Uni, +9,1% aux États-Unis, +8,1% au Canada et parfois même à deux chiffres dans des pays émergents, comme au Brésil. 

Presque tout le monde est concerné: selon le Fonds monétaire international (FMI), 75% des banques centrales suivies ont remonté leur taux ces 12 derniers mois.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a ainsi déjà révisé trois fois ses taux à la hausse depuis janvier, passant de 0,25% à 1,75%, alors que la Bank of England (BoE) a enchaîné cinq hausses depuis mi-décembre, pour passer de 0% à 1,25%.

«Il y a une sorte de panique liée à l'augmentation de l'inflation», souligne Gregory Claeys, économiste à l'institut bruxellois Bruegel. 

«Elles doivent agir vite et être vues en train de prendre des mesures pour éviter que les anticipations d'inflation ne s'enracinent, c'est-à-dire que les gens s'attendent à encore plus d'inflation» entraînant une flambée des prix et des salaires, ajoute Paola Subacchi, professeure d'économie internationale à l'université Queen Mary de Londres. 

Par rapport aux autres banques centrales, la décision de la BCE jeudi tient encore plutôt du symbole, puisqu'elle a tout juste refermé la page des taux négatifs.

Quant à la Banque du Japon, elle fait bande à part avec des taux toujours proches de zéro, voire négatifs face à une inflation à «seulement» 2,3%, proche de ses objectifs. Une décision critiquée dans un pays plus habitué à une stagnation des prix depuis la fin des années 1990.

 

Quels sont les effets attendus?

Les hausses de taux visent à freiner une surchauffe de l'économie en restreignant l'accès au crédit pour les ménages et les entreprises.

Pour l'Europe, cette politique met «en moyenne 18 mois [à se concrétiser, NDLR] selon les modèles», affirme Gregory Claeys. Efficace pour ralentir la demande, elle l'est beaucoup moins contre les chocs externes (énergie, alimentation) qui aggravent actuellement l'inflation sur le continent, prévient-il.

Là est la limite de la politique monétaire et la raison pour laquelle les grandes organisations internationales telles que le FMI et l'OCDE appellent parallèlement les États à apporter une aide temporaire et ciblée aux populations frappées par la hausse des prix.

 

Les banques centrales ont-elles trop attendu?

Les principales banques centrales ont longtemps affirmé que l'inflation était conjoncturelle, liée à la forte reprise de l'économie après la pandémie. Mais l'attente a augmenté le risque d'une inflation durable, notamment en enclenchant la tant redoutée boucle prix-salaires.

«La BCE a sans doute attendu plus que les autres en raison de sa volonté de mettre en place son outil de lutte contre la fragmentation», visant à protéger les pays les plus fragiles de la zone euro contre des attaques spéculatives, justifie Martin Wolburg, économiste à Generali Investment.

L'absence de réponse coordonnée est aussi liée à des paramètres propres à chaque zone: le Royaume-Uni aux prises avec les effets du Brexit, les États-Unis confrontés à une véritable pénurie d'emploi, et la zone euro où «la caractérisation de l'inflation est moins inquiétante qu'aux États-Unis», car liée à un choc d'offre, estime Amaury Goguel, professeur associé à l'école de commerce Skema à Lille.

 

Y a-t-il un risque de récession?

En relevant trop les taux, les banques centrales prennent aussi le risque de trop ralentir l'économie, jusqu'à la conduire à la récession.

Si elle anticipe des perspectives économiques «assombries» pour l'UE, la BCE pense éviter la récession en 2022 et 2023. Trop optimiste, selon M. Wolburg, pour qui la zone euro sera «au bord de la récession au second semestre». 

Un risque accru si les États-Unis y plongent, entraînant l'économie mondiale dans leur sillage. Toutefois, «les indicateurs n'y sont pas pour l'instant catastrophiques», insiste Amaury Goguel, «la production, la consommation et le marché de l'emploi restent positifs même si ce dernier reste très tendu. Mais si la récession se produit, l'effet d'entraînement serait réel».

L'attentisme de la BCE a cependant aussi amené l'euro à la parité face au dollar américain, ce qui améliore la compétitivité des entreprises exportatrices, «et les premiers résultats trimestriels (d'entreprises européennes) le soulignent», rappelle M. Goguel.

Sur le même sujet

BCE: les taux vont encore monter malgré la faible croissance, dit Lagarde

26/09/2022 | AFP

La Banque centrale européenne prévoit de poursuivre la remontée de ses taux d'intérêt, a dit sa présidente.

La Banque d'Angleterre relève son taux à 2,25%, prévoit une récession

Mis à jour le 22/09/2022 | AFP

Sur neuf membres, «cinq ont voté pour une hausse de 0,50 point» à 2,25%, explique la BoE dans un communiqué.

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, nouveaux plus bas de l’année pour Dow Jones et S&P 500

Mis à jour le 26/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a également clôturé en baisse.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 26/09/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: WSP Global, Cascades et BlackBerry

26/09/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de WSP Global, Cascades et BlackBerry? Voici quelques recommandations d’analystes.