La Caisse de dépôt affiche un rendement de 13,5% pour 2021

Publié le 24/02/2022 à 11:29, mis à jour le 24/02/2022 à 12:46

La Caisse de dépôt affiche un rendement de 13,5% pour 2021

Publié le 24/02/2022 à 11:29, mis à jour le 24/02/2022 à 12:46

Par La Presse Canadienne

Les dépenses d'exploitation de la Caisse représentaient 0,23% de son actif en 2021. (Photo: Getty Images)

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) affiche un rendement de 13,5 % en 2021, dépassant son indice de référence. Le bas de laine des Québécois aborde toutefois l’année 2022 avec prudence tandis que l’invasion de l’Ukraine vient assombrir encore plus l’horizon économique où pointait déjà une poussée de l’inflation.

Son portefeuille dépasse ainsi son indice de référence, dont le rendement s’est établi à 10,7%. Sur cinq et dix ans, il affiche un rendement de 8,9 % et 9,6%, respectivement.

Le président et chef de la direction de la CDPQ, Charles Emond, a reconnu que la journée du dévoilement des résultats tombait, jeudi en avant-midi, à un moment de grande incertitude tandis que la Russie envahit l’Ukraine.

«C’est un contexte particulier pour annoncer des résultats records, mais en même temps, je pense qu’on a des raisons d’être très fiers de ces résultats-là. C’est important que les gens sachent que leurs épargnes-retraites vont bien.»

Questionné au sujet du conflit ukrainien, Charles Emond a dit s’attendre à ce que les conséquences qu’il entraîne se fassent ressentir de manière «durable». La hausse du prix du gaz naturel en Europe, la hausse des prix du pétrole, l’accélération de l’inflation et la pression sur la croissance mondiale font partie des impacts possibles, a-t-il donné en exemple. «La toile de fond, qui est déjà complexe, va peut-être passer de complexe à compliquée.»

Cette crise géopolitique arrive dans un contexte économique déjà difficile, ajoute Vincent Delisle, chef des marchés liquides de la CDPQ. Il souligne que la Caisse avait déjà anticipé une plus grande volatilité des marchés et qu’elle avait adopté une approche plus prudente dans sa stratégie boursière et dans le marché obligataire.

«Ça arrive à un moment où l’économie avait déjà à négocier des pressions inflationnistes importantes.»

 Charles Emond a aussi été questionné sur les placements de l’institution en Russie. En décembre 2020, son portefeuille contenait des sociétés sur la liste noire du Canada depuis 2014, en raison de l’invasion de la Crimée par la Russie, révélait le quotidien «La Presse» la semaine dernière.

La Caisse respectait la loi, car ses actifs étaient en portefeuille avant l’annonce des sanctions. Charles Emond a dit que toutes les entreprises sanctionnées avaient été vendues.

En plus de gérer activement son portefeuille boursier, la Caisse utilise également des stratégies indicielles, dont le portefeuille reproduit le contenu d’un indice boursier. Certains indices internationaux contiennent des entreprises russes. «Il est impossible de ne pas s’y exposer, la Russie est dans le monde.»

La Caisse a contacté les sous-traitants responsables de ses stratégies indicielles pour voir comment « corriger la situation ». «Il n’y a pas d’intérêt, là, à investir directement et à s’exposer aux stratégies par rapport à la Russie.»

Redressement immobilier

Le portefeuille immobilier a donné des signes de redressement, deux ans après que la Caisse a annoncé son repositionnement dans ce secteur. Les actifs immobiliers ont généré un rendement de 12,4% en 2021, comparativement à celui de 6,1% de son indice de référence.

Cette catégorie d’actifs continue de sous-performer sur un horizon de cinq ans, avec un rendement de 1,5%. La direction attribue ses difficultés à l’impact de la pandémie et des mesures de confinement sur les centres commerciaux et les immeubles de bureaux.

L’actif net de la Caisse atteint 420 milliards de dollars (G$) au dernier jour de l’exercice 2021, comparativement à 365 G$ à la fin de l’année 2020.

La taille de l’actif total de l’institution au Québec a augmenté de 10 G$ pour s’établir à 78 G$. De ce chiffre, 60 G$ se trouvent dans le secteur privé.

Les dépenses d’exploitation de la Caisse représentaient 0,23% de son actif en 2021.

 

Par Stéphane Rolland

 

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street boosté par Facebook

Mis à jour il y a 29 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en légère baisse.

Alphabet déçoit avec des revenus et un bénéfice net inférieurs aux attentes

Il y a 35 minutes | AFP

Son titre perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

Amazon dépasse les attentes avec plus de 149G$ de chiffre d’affaires au 4T

Il y a 40 minutes | AFP

À Wall Street, son titre perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.