Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

La Banque TD surpasse les attentes à son tour

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

La Banque TD surpasse les attentes à son tour

Les revenus ont totalisé près de 11,3 G$, contre 10,8 G$ au même trimestre l’an dernier.

 (Photo: 123RF)

La Banque TD a terminé la saison des résultats trimestriels des banques en imitant les autres grandes banques et surpassant les attentes, même si des analystes notent que sa performance a pris du retard dans certains domaines par rapport à ses consœurs.

La TD a affiché jeudi un bénéfice de 3,7 milliards de dollars (G$) au premier trimestre, comparativement à près de 3,3 G$ un an plus tôt, stimulé par la vigueur de ses opérations bancaires de détail au Canada et aux États-Unis.

«Le secteur canadien du commerce de détail a connu un solide trimestre, l’augmentation de l’activité des clients a soutenu la performance record des revenus des services bancaires personnels et commerciaux», a expliqué le directeur financier de la TD, Kelvin Tran, lors d’une entrevue.

La plupart des banques canadiennes ont dépassé les attentes grâce à des augmentations inattendues des revenus de négociation, car les marchés étaient volatils à l’approche des changements de taux. La TD a moins profité de cette tendance à mesure que son volume de transactions s’est normalisé, mais Kelvin Tran a souligné que la banque s’était bien comportée dans d’autres domaines.

«Nos résultats vont au-delà de la simple négociation. La banque de détail s’est très bien comportée. Nous avons une forte croissance des volumes tant du côté des prêts que des dépôts au Canada, et les activités des clients sont solides.»

La banque a réalisé un bénéfice de 2,02 $par action pour le trimestre clos le 31 janvier, contre 1,77 $ par action au même trimestre un an plus tôt.

Les revenus ont totalisé près de 11,3 G$, contre 10,8 G$ au même trimestre l’an dernier.

Sur une base ajustée, la TD a précisé avoir gagné 2,08 $ par action, en hausse par rapport à un bénéfice ajusté de 1,83 $ par action il y a un an.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice ajusté de 2,04 $ par action, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Moins performante que ses rivales

L’analyste de Barclays, John Aiken, a souligné que même si la banque avait dépassé les attentes, ses résultats n’étaient sans doute pas aussi solides que ceux de ses rivales, et pas seulement au chapitre des marchés des capitaux.

«La compression des marges dans les activités nationales de détail et la croissance des prêts plus faible que celles de certaines de ses rivales attireront probablement un regard négatif», a-t-il estimé dans une note.

L’analyste de la Banque Scotia, Meny Grauman, a pour sa part affirmé que la banque avait obtenu de bons résultats dans la gestion de ses dépenses, mais qu’elle était plus faible dans la plupart des paramètres de ses services bancaires personnels et commerciaux au Canada.

«Bien qu’il soit difficile de qualifier la performance de TD mauvaise, l’ampleur de son dépassement par rapport aux attentes était certainement la plus modeste que nous ayons vue dans le groupe des six grandes banques pour cette saison des résultats.»

La TD a annoncé lundi une expansion dans le sud-est des États-Unis, avec la conclusion d’un accord pour acquérir First Horizon pour 13,4 G$US.

L’acquisition s’appuie sur les activités américaines existantes de TD, qui est déjà l’une des 10 plus grandes banques aux États-Unis.

Avec l’acquisition de First Horizon, TD calcule que sa franchise américaine sera l’une des six principales banques américaines, avec environ 614 G$US d’actifs et plus de 10,7 millions de clients dans 22 États.

Kelvin Tran a expliqué que l’accord donnerait à la banque l’accès à de nouveaux marchés comme le Tennessee et la Louisiane, en plus de renforcer sa présence en Floride et en Caroline du Nord et de lui donnera une empreinte dans des endroits comme le Texas et la Géorgie.

«Cette acquisition élargit notre échelle, notre distribution et nos zones géographiques.»

La banque paie la transaction avec ses importantes liquidités, qui sont bien supérieures aux exigences réglementaires.

Des avantages qui disparaissent

Meny Grauman a noté que l’action de la TD se négociait avec une prime en raison de son capital excédentaire et de la plus grande exposition de la banque aux attentes visant les taux de la banque centrale, mais que ces deux moteurs avaient maintenant ralenti.

«Dans le sillage de l’acquisition de First Horizon et de l’aplatissement de la courbe, ces deux moteurs deviennent, dans une certaine mesure, des vents contraires.»

Les courbes de rendement se sont aplanies parce que l’incertitude entourant la crise en Ukraine a rendu la trajectoire de hausse des taux moins claire.

En annonçant une augmentation de 25 points de base mercredi, la Banque du Canada a affirmé que l’invasion de l’Ukraine par la Russie était une «nouvelle source majeure d’incertitude».

La banque centrale a averti que les prix du pétrole et d’autres matières premières avaient grimpé en flèche, ce qui aggraverait l’inflation, tandis que les effets négatifs sur la confiance et les chaînes d’approvisionnement pourraient peser sur la croissance mondiale.

La croissance a cependant été vigoureuse récemment, avec une croissance annualisée de 6,7 % pour l’économie canadienne au quatrième trimestre. Dans une estimation préliminaire, Statistique Canada a par ailleurs évoqué une croissance de 0,2 % pour le mois de janvier, malgré les fermetures liées au variant Omicron.