L'OCDE relève sa prévision de croissance mondiale en 2024

Publié le 05/02/2024 à 08:07

L'OCDE relève sa prévision de croissance mondiale en 2024

Publié le 05/02/2024 à 08:07

Par AFP

L'OCDE a en revanche laissé inchangées ses prévisions concernant le Royaume-Uni, avec 0,7% cette année, pour la Chine avec 4,7%, le Japon, avec 1%, mais revu en hausse sa prévision pour la Russie avec 1,8% attendu cette année. (Photo: 123RF)

Un peu plus d'optimisme, mais teinté d'inquiétude: l'OCDE a relevé lundi sa prévision de croissance mondiale pour 2024, tout en alertant sur un risque de nouvelle hausse de l'inflation si les attaques de Houthis en mer rouge devaient se poursuivre.

Hors nouveau choc géopolitique inattendu, la croissance mondiale est attendue plus forte que lors des précédentes prévisions de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques): le PIB mondial devrait augmenter de 2,9% contre 2,7% estimé en novembre.

L'institution parisienne observe en revanche attentivement la mer Rouge, point de passage central du commerce mondial avec quelque 12% du trafic. Celui-ci, fortement perturbé depuis la mi-novembre par des attaques de rebelles en soutien à la cause palestinienne, est en chute de près de 30% sur un an, d'après le Fonds monétaire international.

Afin d'éviter les risques, les navires contournent ce canal en passant par l'Afrique et le cap de Bonne espérance, à l'instar de ceux du transporteur CMA-CGM, qui a annoncé vendredi suspendre de nouveau le transit de ses bateaux par la mer Rouge. Ce trajet, plus long et plus coûteux, devrait se répercuter sur les prix des marchandises.

«Si elle s'avérait persistante», la hausse des coûts du transport maritime pourrait gonfler l'inflation en 2024, à hauteur de 0,4 point de plus au bout d'un an environ au sein des pays développés, estime l'OCDE dans son rapport trimestriel.

Or c'est justement grâce au ralentissement de l'inflation, couplé à la baisse des taux d'intérêt des banques centrales, qu'une reprise économique durable pourrait voir le jour, selon les grands instituts internationaux.

 

250% d'inflation en Argentine

Pour l'instant, «l'inflation devrait revenir à son objectif dans la plupart des pays du G20 d'ici la fin de 2025», avec 2,6% attendus cette année et 2,4% l'an prochain, selon l'OCDE. Ces calculs n'intègrent pas les énormes hausses attendues en Argentine (250,6% en 2024 et 64,7% en 2025, sur fond de forte dévaluation du peso par le nouveau président Javier Milei) et en Turquie.

Au-delà des Houthis, l'OCDE surveille le Moyen-Orient: «un élargissement ou une escalade du conflit» risquerait d'«entraîner des perturbations du transport maritime plus importantes que prévu actuellement, accentuer les goulets d'étranglement», estime-t-elle, au premier jour d'une visite dans la région du secrétaire d'État américain Antony Blinken pour encourager à une trêve entre Israël et le Hamas.

«Le conflit au Moyen-Orient pourrait menacer l'approvisionnement en énergie», a ajouté lundi la cheffe économiste de l'institution, Clare Lombardelli au cours d'une conférence de presse.

Dans son rapport, l'OCDE affirme encore qu'une détérioration de la situation «nuirait à la croissance».

 

Locomotive américaine

Pour l'heure la croissance mondiale devrait être soutenue cette année par la progression du PIB américain, attendue à 2,1% contre 1,5% en novembre.

«Les dépenses des ménages et la solidité du marché du travail devraient continuer à soutenir la croissance», écrit l'institution économique, trois jours après la publication d'un rapport américain montrant pour janvier deux fois plus de créations d'emplois qu'attendu.

Parallèlement, l'inflation devrait y ralentir plus vite qu'attendu cette année à 2,2% contre 2,8% lors des dernières prévisions, de quoi conforter la Banque centrale américaine (Fed) dans sa stratégie de baisse de taux, même si son président a jugé mercredi «peu probable» d'acter la première baisse de taux d'intérêt depuis deux ans en mars.

La croissance en zone euro sera de son côté plombée par ses deux premières économies, souligne l'OCDE: la France devrait voir son PIB augmenter de 0,6%, soit 0,2 point de moins par rapport aux prévisions de novembre, et l'Allemagne voir le sien de 0,3%, soit 0,3 point de moins que précédemment estimé.

À l'échelle continentale, cela se traduira par une progression de 0,6% de croissance en 2024, en retrait de 0,3 point par rapport aux prévisions de novembre.

L'OCDE a en revanche laissé inchangées ses prévisions concernant le Royaume-Uni, avec 0,7% cette année, pour la Chine avec 4,7%, le Japon, avec 1%, mais revu en hausse sa prévision pour la Russie avec 1,8% attendu cette année, soit 0,7 point de plus qu'attendu en novembre.

 

Sur le même sujet

La croissance, en as-tu vraiment besoin?

Édition du 10 Avril 2024 | Sophie Chartier

Afin de favoriser une économie plus soutenable, les entreprises ont-elles quelque chose à apprendre de la décroissance?

Le mot en «D»

Édition du 10 Avril 2024 | Marine Thomas

C’est un tabou dans le milieu des affaires. Le prononcer équivaut presque à dire un gros mot.

À la une

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour à 19:27 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril

Mis à jour à 19:29 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.