Kyoto: le gouvernement fédéral prévoit "des impacts dévastateurs"

Publié le 19/04/2007 à 13:35

Kyoto: le gouvernement fédéral prévoit "des impacts dévastateurs"

Publié le 19/04/2007 à 13:35

Par lesaffaires.com

Le respect du protocole de Kyoto se traduirait par la perte de 275 000 emplois d'ici 2009, par une croissance importante du coût de l'énergie et par une chute de 4,2 % du PIB. C'est ce que conclut une étude réalisée pour le compte d'Environnement Canada, dévoilée aujourd'hui par Ottawa afin de justifier son opposition au projet de loi C-288.

Ces résultats sont basés sur l'hypothèse qu'une taxe carbone de 195 $ la tonne serait nécessaire pour atteindre les réductions de Kyoto. 75 % des réductions seraient réalisées au Canada, le reste étant couvert par l'achat de crédits internationaux dans le cadre des mécanismes de flexibilité du protocole de Kyoto.

Environnement Canada souligne que plusieurs chercheurs émérites ont "validé" cette étude : Don Drummond, premier vice-président et économiste en chef du Groupe Financier Banque TD, Jean-Thomas Bernard, professeur au Département d'économie de l'Université Laval, Mark Jaccard, professeur à l'Ecole de gestion des ressources et de l'environnement de l'Université Simon Fraser, David Keith, de la Chaire de recherche du Canada sur l'énergie et l'environnement de l'Université de Calgary, et Christopher Green, professeur au Département d'économie de l'Université McGill.

Les partis d'opposition tentent actuellement de forcer le gouvernement conservateur à respecter les engagements de Kyoto. Le Canada s'est engagé à ramener ses émissions de GES à 6 % sous le niveau de 1990 pour la période de 2008 à 2012, mais celles-ci ont plutôt augmenté de 27 % entre 1990 et 2004.

L'économiste en chef de la banque TD, Don Drummond, appuie clairement le gouvernement fédéral dans son opposition au projet de loi C-288. Dans une lettre qu'il a fait parvenir au ministre de l'Environnement, John Baird, M. Drummond souligne qu'il croit que le coût économique de Kyoto "serait au moins aussi important que la récession du début des années 1980, et c'est justement la conclusion à laquelle arrive l'analyse de votre ministère", rapporte le Globe and Mail.

Selon M. Drummond, l'impact économique pour le Canada serait semblable à l'effondrement du bloc soviétique. Il ajoute que le projet de loi C-288 doit être rejeté: "J'espère sincèrement qu'aucune considération sérieuse n'est actuellement accordée à l'application de cette politique".

Le critique libéral en environnement, David McGuinty, souligne pour sa part que les conclusions de l'étude sont erronées parce que ses auteurs limitent artificiellement l'utilisation des crédits internationaux et ne tiennent pas compte de la création d'emplois qui découlerait des investissements dans les nouvelles technologies et les énergies vertes: "Évidemment que c'est difficile de faire le boulot sans les outils. C'est comme de dire que ça prendrait des années à bâtir une ligne de métro avec des cuillères".

Le professeur de l'Université d'Ottawa Stewart Elgie, affirme pour sa part que le document ignore les bénéfices découlant de la diminution des impacts néfastes des changements climatiques.

Pour aller plus loin :

http://www.ec.gc.ca/doc/media/m_123/toc_fra.html Étude d'Environnement Canada

http://www.theglobeandmail.com/servlet/story/RTGAM.20070419.wclimate19/BNStory/National/home The Globe and Mail

http://www.thestar.com/News/article/205042 Toronto Star

À la une

Bourse: Wall Street boosté par Facebook

Mis à jour il y a 20 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en légère baisse.

Alphabet déçoit avec des revenus et un bénéfice net inférieurs aux attentes

Il y a 27 minutes | AFP

Son titre perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

Amazon dépasse les attentes avec plus de 149G$ de chiffre d’affaires au 4T

Il y a 31 minutes | AFP

À Wall Street, son titre perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.