Jagmeet Singh tire à boulets rouges sur la Banque du Canada

Publié le 24/10/2022 à 12:02, mis à jour le 24/10/2022 à 19:11

Jagmeet Singh tire à boulets rouges sur la Banque du Canada

Publié le 24/10/2022 à 12:02, mis à jour le 24/10/2022 à 19:11

Par La Presse Canadienne

Selon Jagmeet Singh, la situation économique actuelle vient avec un risque de «perte massive d’emplois». (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh accuse la Banque du Canada d’avoir en partie provoqué la «récession imminente» en usant de «mesures trop agressives».

Dans une lettre envoyée au premier ministre Justin Trudeau, il critique la banque centrale pour avoir haussé à répétition le taux directeur, augmentations successives qui, selon lui, «nous entraînent dans une récession».

«Cette solution unique à l’inflation jette déjà les bases d’une récession et rend la vie difficile à la plupart des gens, en particulier aux familles de travailleuses et travailleurs et aux personnes à revenu fixe, comme les aînés et les personnes en situation de handicap», a écrit M. Singh dans sa missive datée de vendredi dernier.

Le chef néo-démocrate s’en prend directement au gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem. Il lui reproche d’avoir déconseillé aux entreprises d’inclure des salaires plus élevés dans les contrats les liant à leurs employés. Selon ce que plusieurs médias ont rapporté, M. Macklem a tenu ces propos en juillet lors d’un événement organisé par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

M. Singh soutient dans sa lettre qu’il respecte l’indépendance de la Banque du Canada. «Nous savons également que la Banque du Canada suit le mandat que lui a confié le gouvernement fédéral, ajoute-t-il. L’automne passé, votre gouvernement a eu l’occasion de réviser le mandat de la Banque du Canada, mais au lieu de le modifier, vous avez conservé l’objectif traditionnel de ciblage de l’inflation en y ajoutant la recherche du maximum d’emplois durables.»

Selon M. Singh, la situation économique actuelle vient avec un risque de «perte massive d’emplois» et il presse le gouvernement Trudeau d’aller de l’avant rapidement avec sa réforme de l’assurance-emploi.

«Nous ne pouvons pas entrer en récession avec un système d’assurance-emploi qui laisse la plupart des chômeurs pour compte», fait-il valoir.

Le chef du Nouveau Parti démocratique y va aussi d’une série d’autres demandes. Il réclame notamment la mise en place d’une «taxe sur les bénéfices exceptionnels» qui servirait à redistribuer la richesse. Il souhaite aussi que des modifications législatives soient faites afin de sévir davantage contre «la cupidité des entreprises qui fait grimper les prix des produits de première nécessité».

Appelé à réagir à la lettre de M. Singh, le bureau du premier ministre Trudeau a référé La Presse Canadienne à l’équipe de la ministre des Finances, Chrystia Freeland.

«Nous savons à quel point les derniers mois ont été difficiles pour les gens partout au Canada», a soutenu l’attachée de presse de Mme Freeland, Adrienne Vaupshas. Elle a souligné que les libéraux ont doublé le crédit pour la TPS et entendent faire adopter un projet de loi de prestation pour les soins dentaires.

«Nous demandons à tous les partis politiques à voter en faveur de ces mesures de soutien ciblées, responsables du point de vue fiscal et empreintes de compassion», a-t-elle ajouté.

Sur le même sujet

À la une

Les nouvelles du marché du lundi 4 mars

Mis à jour il y a 7 minutes | Refinitiv

Les producteurs de l'OPEP+ prolongent les réductions de la production de pétrole jusqu'au T2.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi 4 mars

Mis à jour il y a 18 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux étaient mitigés lundi matin.

Peu de gain de productivité? Oubliez les hausses salariales réelles

Mis à jour il y a 59 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Depuis trente ans, productivité et revenus suivent la même trajectoire, a observé un économiste de RBC.