Insertech, l'informatique à mission sociale


Édition du 12 Décembre 2015

Insertech, l'informatique à mission sociale


Édition du 12 Décembre 2015

L’entreprise a élargi sa palette de services, axée à l’origine sur le recyclage d’appareils électroniques, pour ajouter la réparation sur place ou en ligne.

Depuis sa fondation, en 1998, Insertech Angus a donné une seconde vie à plus de 160 000 appareils électroniques, en plus de former plus d'un millier de jeunes exclus du marché du travail. Cette réussite repose entre autres sur la culture d'amélioration continue et d'innovation qui anime l'équipe composée de 23 employés et 77 participants en parcours d'insertion.

À lire aussi :
Un métier au bout du parcours
Un équilibre entre productivité et formation
Technobois passe au mode industriel
Des menus à saveur sociale pour Projet SOL

«Nous offrons un service de récupération d'ordinateurs répondant aux plus hauts standards de l'industrie. Nous avons toutes les certifications. Par exemple, nous faisons de l'effacement sécuritaire selon les normes de la GRC», souligne la directrice générale de l'organisme montréalais, Agnes Beaulieu.

L'ensemble de ces efforts a valu à l'équipe de remporter plusieurs reconnaissances, dont le Prix PDG Vert en 2014 et un Phénix de l'environnement en 2009. Insertech est également certifiée ISO 14001, une norme de management environnemental. «Nous avons instauré une réflexion structurée en nous demandant comment, pour chacun de nos produits et de nos services, nous pouvions diminuer les impacts environnementaux négatifs et augmenter les impacts sociaux positifs», dit-elle.

Par exemple, l'entreprise a décidé d'éliminer l'emballage de ses produits. Mais comme elle vend aussi en ligne, il était impossible de les exclure totalement. «On achète des boîtes déjà utilisées à Cartonek, une entreprise d'économie sociale qui travaille auprès de personnes handicapées.»

Par ailleurs, quand les employés doivent se déplacer en voiture, ils se tournent vers Communauto. Les initiatives pour améliorer le bilan environnemental de l'entreprise installée depuis ses débuts dans le Technopôle Angus, à Montréal, ne manquent pas, de l'utilisation de piles rechargeables en passant par des réunions sans papier ou par la diminution du chauffage.

Changement de cap

Cette réflexion a mené Insertech à élargir en 2003 sa palette de services, surtout axée, à l'origine, sur le reconditionnement et le recyclage d'appareils électroniques. «Vendre des ordinateurs remis à neuf, c'est bien, mais c'est encore mieux de soutenir les gens pour qu'ils les conservent le plus longtemps possible. On s'est alors mis à changer nos façons de faire, en mettant l'accent sur la réparation et la formation», explique la directrice générale.

L'entreprise offre maintenant des services de réparation, sur place ou en ligne. «En moyenne, nous effectuons plus de 4 000 réparations par année, et la demande pour ces services a augmenté de 50 % sur deux ans. On s'est diversifiés, on répare aussi les tablettes, les portables, les écrans à cristaux liquides, etc. Ce qui nous permet d'élargir notre clientèle, tout en posant des gestes qui sont bons pour l'environnement.»

Dans la même veine, Insertech mise sur la formation, pour optimiser l'utilisation du matériel informatique. «Aider les gens à mieux utiliser leurs appareils, c'est aussi une façon de contribuer à l'environnement et de le conserver plus longtemps», explique Agnes Beaulieu. L'entreprise d'insertion a ainsi mis sur pied la campagne Fiers d'être techno-responsables, qui a rejoint plus de 2 000 personnes. Grâce à l'initiative, il est entre autres possible de télécharger gratuitement des tutoriels sur des sujets comme le nettoyage, l'optimisation ou la défragmentation d'un ordinateur.

Insertech contribue aussi à réduire la fracture numérique, en offrant des formations pour apprendre le b. a.-ba de l'informatique à des aînés, par exemple. Un volet gratuit pour les participants, mais payé par des dons de grandes entreprises comme Telus ou Alcoa, explique Agnes Beaulieu. Une autre façon de donner une expérience positive aux jeunes, qui sont au coeur de chaque décision prise par Insertech, affirme la directrice générale.

«C'est un domaine qui est en constante évolution, et nous devons nous adapter constamment, tant dans nos procédures que dans nos formations. Mais c'est très motivant pour les jeunes. D'ailleurs, rares sont ceux qui abandonnent avant la fin de leur formation.»

Une recette qui fonctionne puisque, en moyenne, 85 % des participants réussissent à se trouver un emploi ou retournent sur les bancs de l'école à la suite de leur passage chez Insertech.

À lire aussi :
Un métier au bout du parcours
Un équilibre entre productivité et formation
Technobois passe au mode industriel
Des menus à saveur sociale pour Projet SOL

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse, encouragée par Powell et Microsoft

Mis à jour le 07/02/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a gagné près de 100 points mardi.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 07/02/2023 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Groupe d'alimentation MTY, Héroux-Devtek et Tesla

07/02/2023 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de MTY, Héroux-Devtek et Tesla? Voici quelques recommandations d’analystes.