Goodfood abandonne la livraison rapide et a des difficultés financières

Publié le 14/10/2022 à 12:55, mis à jour le 14/10/2022 à 18:38

Goodfood abandonne la livraison rapide et a des difficultés financières

Publié le 14/10/2022 à 12:55, mis à jour le 14/10/2022 à 18:38

Par La Presse Canadienne

Le titre de Goodfood continue de s'enliser. (Photo: courtoisie)

Marché Goodfood met au rancart ses visées dans la livraison rapide d’épicerie tandis que la société montréalaise se trouve dans une posture financière difficile.

Le spécialiste des mets prêts à cuisiner a annoncé, vendredi, qu’il met fin à son service de livraison rapide en 30 minutes.

«Les investissements continus en matière d’exploitation qui seraient requis pour que les livraisons en 30 minutes atteignent un niveau de rentabilité attrayant nécessiteraient des dépenses en immobilisations additionnelles considérables et une hausse significative des charges d’exploitation», explique la direction dans un communiqué.

La décision entraîne la fermeture des huit micro-centres de distribution de l’entreprise à Montréal, Toronto et Ottawa.

Le changement de cap stratégique entraînera une charge d’entre 45 millions de dollars (M$) et 50M$ au quatrième trimestre.

L’annonce est «surprenante» et «abrupte», réagit l’analyste financier Luke Hannan, de Canaccord Genuity. «Compte tenu des commentaires de la société qui faisait de la livraison rapide la pièce centrale de sa stratégie, la confiance des investisseurs en la capacité de la direction d’exécuter son plan risque de s’éroder. L’action sera sur le banc de pénalité pour un avenir prévisible.»

Au début du mois de janvier, le président et chef de la direction, Jonathan Ferrari, avait dit qu’il était très optimiste quant au potentiel de la livraison rapide, lors d’une entrevue à La Presse Canadienne. «On fait un peu ce qu’ont fait les pizzerias avec la livraison en 30 minutes à un prix abordable, donnait-il en exemple. On a un avantage sur les épiciers traditionnels avec nos micro-centres. Ils ont des loyers moins élevés, on est plus près de nos clients et on peut livrer plus rapidement et efficacement.»

M. Ferrari prévoyait que les micro-centres lui permettraient d’ajouter pour l’équivalent de 1 milliard $ en capacité d’ici la fin de l’exercice 2025 avec «aussi peu» que 40M$ en investissement.

Conditions de crédit

L’entreprise a aussi indiqué qu’il ne lui restait que 38M$ dans ses coffres. De plus, la société a manqué un engagement financier au cours de l’été et elle tente de renégocier certaines conditions avec ses créanciers.

«Rien ne garantit qu’un tel arrangement sera mis en place et qu’il le sera en temps opportun, et aucune garantie ne peut être donnée quant aux modalités d’un tel arrangement», précise l’entreprise.

Le contexte est plus difficile pour Goodfood qui avait profité du fait que les gens mangeaient davantage à la maison durant la pandémie. La reprise des activités à l’extérieur survient en même temps qu’une montée de l’inflation qui rend les ménages plus sensibles au prix de la nourriture. En juillet, ses ventes du troisième trimestre, terminé le 4 juin, avaient décliné de 38% à 67M$.

Pour le quatrième trimestre, terminé le 3 septembre, la direction anticipe des ventes nettes d’entre 50 et 51M$ et une perte ajustée avant intérêt, impôt et amortissement de 2 à 4M$.

L’action de Goodfood chutaitde 17 cents, ou 23,4%, à 59centsà la fermeture de la Bourse de Toronto. Le titre a perdu près de 95% depuis son sommet de décembre 2020.

Sur le même sujet

Marché Goodfood affiche une stabilité de ses ventes au 2T

L'entreprise montréalaise a enregistré des ventes nettes de 40M$ pour son deuxième trimestre de l'exercice 2024.

Marché Goodfood envisage de faire des acquisitions, dit son patron

Mis à jour le 16/01/2024 | La Presse Canadienne

Il y a quelques mois, Goodfood restructurait ses activités et obtenait un coup de pouce de 10M$ d’Investissement Québec.

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.