GES: impossible d'atteindre les cibles sans barrages, dit Legault

Publié le 16/09/2022 à 11:38, mis à jour le 16/09/2022 à 19:24

GES: impossible d'atteindre les cibles sans barrages, dit Legault

Publié le 16/09/2022 à 11:38, mis à jour le 16/09/2022 à 19:24

Par La Presse Canadienne

Il faudra 100 térawatts-heures de nouvelle électricité pour décarboniser le Québec, dit le chef caquiste François Legault. (Photo: La Presse Canadienne)

Il faudra 100 térawatts-heures de nouvelle électricité pour sortir le Québec de sa dépendance aux hydrocarbures et ce sera impossible de les produire sans barrage, selon le chef caquiste François Legault.

Il a ainsi critiqué vendredi les plans de réduction de gaz à effet de serre (GES) de ses adversaires, qui écartent le recours à l’hydro-électricité.

Une capacité supplémentaire de 100 térawatts-heures, c’est plus de la moitié de toute la capacité actuelle d’Hydro-Québec, évaluée à 176 térawatts-heures. Et pour l’obtenir, M. Legault mise sur de nouveaux barrages et il a précisé qu’il demandera à Hydro de relever les cours d’eau les plus prometteurs, les moins loin si possibles des besoins en énergie.

Le premier ministre sortant dit aussi avoir amorcé des discussions préliminaires avec son homologue de Terre-Neuve-et-Labrador pour le renouvellement du contrat de la centrale de Churchill Falls et, éventuellement, une participation à d’autres projets.

Le gouvernement caquiste s’est engagé à réduire ses GES de 37,5% par rapport à 1990 d’ici à 2030, conformément aux accords internationaux, mais les libéraux proposent une cible de 45% de réduction, tout comme le Parti québécois, tandis que Québec solidaire vise au moins 55%.

François Legault a qualifié les cibles de ses adversaires d’irréalistes, puisqu’ils écartent la construction de barrages nécessaires, selon lui, pour fournir l’électricité qui remplacera les combustibles fossiles.

«Sans barrage, c’est impossible», a-t-il répété après une mêlée de presse vendredi matin devant la permanence de son parti à Montréal.

«Est-ce qu’ils veulent du nucléaire? Du gaz? Du pétrole? Ils ne peuvent pas seulement dire: “on va aller chercher de l’énergie, mais on ne sait pas où”.»

Il a attaqué la cheffe libérale Dominique Anglade, qui propose un projet de production d’hydrogène et d’élimination des GES qui exigerait pas moins de 170 térawatts-heures.

«Quand Mme Anglade dit qu’elle va mettre des éoliennes partout au Québec, ça ne marche pas», a-t-il dénoncé, en évoquant ses échanges avec Hydro-Québec: un «équilibre» nécessaire entre l’intermittence des éoliennes qui ont besoin de vent, et les barrages qui apportent de la constance grâce à leurs réservoirs.

«Ce n’est pas vrai quand on vous dit qu’on va y arriver seulement avec des éoliennes et l’efficacité énergétique», a pris la peine de marteler M. Legault sur la tribune du sommet électoral de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), où il était invité avec les autres chefs.

«Ça va prendre soit des barrages, soit du nucléaire.»

«Quand on dit: “on va construire des grands barrages”, ce n’est pas ça, la solution», a lancé du tac au tac la cheffe libérale Dominique Anglade, elle aussi invitée à l’événement.

Elle a notamment parlé de solutions novatrices comme le «stockage d’énergie».

Sur le même sujet

Responsabilités confiées par Legault aux élus de la CAQ: les hommes d'abord

Ces diverses nominations sont souvent le prix de consolation offert aux députés qui n'ont pas eu un ministère.

QS prêtera serment au roi pour déposer un projet de loi abolissant l'obligation

Mis à jour le 03/11/2022 | La Presse Canadienne

Dès la rentrée au Salon Bleu, le parti déposera un nouveau projet de loi afin de rendre ce serment facultatif.

À la une

Ottawa cède la protection de près d'un million de kilomètres carrés aux Autochtones

Il y a 6 minutes | La Presse Canadienne

Ces ententes prévoient des investissements pouvant atteindre 800 millions de dollars sur sept ans.

Antonio Guterres appelle à une réforme du système financier

Le secrétaire général des Nations unies a demandé aux institutions financières de revoir leurs modèles d’affaires.

Les négociations difficiles commencent à la COP15 de Montréal

Le texte sur les objectifs de conservation débattu par les délégués contient plus d’incertitudes que de libellé convenu.