Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Fed: aucun responsable n’anticipe de baisse des taux en 2023

AFP|Mis à jour le 16 avril 2024

Fed: aucun responsable n’anticipe de baisse des taux en 2023

Les prévisions économiques publiées par la Fed prévoient désormais de faire grimper le taux directeur au-delà des 5,00%. (Photo: 123RF)

Washington — Aucun responsable de la banque centrale américaine (Fed) n’anticipe de baisse de son taux directeur en 2023, face à une inflation bien plus persistante que prévu, selon le compte-rendu de leur dernière réunion, publié mercredi.

«Aucun participant n’anticipe qu’il soit approprié de commencer à réduire le taux directeur en 2023», est-il écrit dans les minutes de la réunion des 13 et 14 décembre.

Ils tablent, en revanche, sur des «augmentations continues» des taux, estimant qu’elles seront sans doute «appropriées pour atteindre les objectifs», c’est-à-dire ramener l’inflation autour de 2%.

Leur rythme devra être déterminé selon l’évolution des prix à la consommation, car les actions prises par la Fed, qui relève les taux depuis le mois de mars, mettent du temps à faire sentir leurs pleins effets, est-il précisé.

«Les participants ont généralement observé qu’une politique restrictive devrait être maintenue jusqu’à ce que les données gagent que l’inflation est sur une trajectoire descendante persistante à 2%, ce qui devrait prendre un certain temps» détaille encore ce compte-rendu.

Certains responsables de la Fed avaient aussi invoqué le fait que «l’expérience historique met en garde contre un assouplissement prématuré de la politique monétaire».

Les prévisions économiques publiées par la Fed à l’issue de la réunion avaient montré que les responsables de l’institution prévoient désormais de faire grimper le taux directeur au-delà des 5,00%, quand ils le voyaient culminer à 4,6% lors des précédentes prévisions, publiées en septembre.

Les taux avaient, lors de la réunion de la mi-décembre, été relevés d’un demi-point, les portant dans la fourchette de 4,25 à 4,50%, leur niveau le plus élevé depuis 2007.

Cette hausse forte marquait cependant un ralentissement par rapport aux réunions précédentes, lors desquelles le comité de la Fed avait eu recours à des hausses de trois quarts de points, une première depuis 1994.