Exportation et développement Canada s'installe à Londres, malgré le Brexit


Édition du 24 Septembre 2016

Exportation et développement Canada s'installe à Londres, malgré le Brexit


Édition du 24 Septembre 2016

Par François Normand

[Photo : 123RF/luzitanija]

Le Brexit n'a en rien réduit l'intérêt du marché britannique pour Exportation et développement Canada (EDC), qui ouvre officiellement un bureau à Londres, le 22 septembre.

L'agence fédérale a pris cette décision avant que les Britanniques ne se prononcent pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le 23 juin. Le maintien de sa décision constitue donc un vote de confiance en faveur du potentiel de ce marché et de sa position stratégique en Europe.

«Oui, c'est un geste de confiance. Le bureau de Londres nous permet de couvrir le Royaume-Uni, mais aussi les pays nordiques, la France, l'Espagne ou le Portugal», dit Stephen Wilhelm, vice-président régional au développement international chez EDC. Il s'agit du deuxième bureau d'EDC en Europe, après celui de Düsseldorf, en Allemagne, qui couvre pour sa part l'Europe centrale et orientale.

EDC indique avoir choisi Londres et le Royaume-Uni pour plusieurs raisons.

La capitale britannique est une plaque tournante dans la finance internationale et un tremplin pour les investisseurs en Afrique et au Moyen-Orient, deux marchés clés pour plusieurs entreprises canadiennes. Le Royaume-Uni est aussi la cinquième économie de la planète et le quatrième partenaire commercial du Canada.

Pour le Québec, il s'agit de son quatrième marché d'exportation, après les États-Unis, la Chine et la France. En 2015, les exportations québécoises ont atteint 1,443 milliard de dollars, en baisse de 1 % par rapport à 2014, selon l'Institut de la statistique du Québec. Un niveau qui est toutefois loin du sommet de 2 G $ atteint en 2000.

Au Royaume-Uni, l'aéronautique, les mines et métaux, le pétrole et le gaz naturel, les technologies, les appareils médicaux et les télécommunications sont les secteurs clés pour les exportateurs canadiens.

Intégrer les chaînes mondiales à partir du R.-U.

Cela dit, le Royaume-Uni n'est pas seulement pertinent en raison de la taille de son marché ; la présence de grandes chaînes mondiales d'approvisionnement intégrées aux pays émergents est aussi un atout pour les entreprises canadiennes, selon Stephen Wilhelm. «Nous voulons reproduire au Royaume-Uni la même stratégie que nous avons développée en Allemagne», dit-il. Par exemple, le bureau de Düsseldorf a aidé des entreprises canadiennes à intégrer la chaîne mondiale du géant allemand Siemens.

La multinationale est spécialisée dans les hautes technologies, en plus d'être présente dans les secteurs de l'industrie, de l'énergie et de la santé. Dans les pays émergents, Siemens a des activités dans les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), au Moyen-Orient, en Afrique subsaharienne et en Amérique latine.

C'est le type de chaîne d'approvisionnement qu'EDC recherchera au Royaume-Uni pour donner un coup de pouce aux entreprises canadiennes. «C'est plus facile et moins risqué d'intégrer les chaînes d'approvisionnement d'entreprises européennes que de vendre directement des produits dans les marchés émergents», affirme Stephen Wilhelm.

Les chaînes d'approvisionnement dans les hydrocarbures, les infrastructures et le secteur minier sont jugées stratégiques par EDC.

Enfin, malgré le Brexit, le Royaume-Uni demeure aussi un tremplin pour exporter dans l'Union européenne (UE). La grande inconnue reste à savoir quelle entente Londres pourra négocier à terme avec Bruxelles afin de garder un accès privilégié au marché de l'UE pour ses entreprises.

Le pays pourra-t-il conclure un accord de libre-échange ? Les entreprises britanniques devront-elles payer des tarifs douaniers ? La réponse à ces deux questions devrait être connue d'ici deux ans, la période prévue pour officialiser le divorce entre le Royaume et l'UE.

Mais pour l'instant, c'est le statu quo : les sociétés britanniques peuvent toujours exporter dans le marché commun sans payer de tarifs douaniers.

À la une

Lithium en territoire cri: une mine qui divise et ravive de vieilles blessures

La région autour de Nemaska possèderait l‘un des plus grands gisements de spodumène au monde.

Cinq prévisions pour l'immobilier et le bois en 2023

04/02/2023 | François Normand

ANALYSE. Fastmarkets vient de publier cinq prévisions qui affecteront plusieurs entreprises au Québec.

Elon Musk déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla

03/02/2023 | AFP

Elon Musk a été déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla.