Fed: les taux grimpent de 75 points de base aux États-Unis

Publié le 02/11/2022 à 13:52

Fed: les taux grimpent de 75 points de base aux États-Unis

Publié le 02/11/2022 à 13:52

Par AFP

La Banque centrale américaine anticipe de nouvelles hausses de taux et signale la possibilité d'un rythme plus lent. (Photo: 123RF)

Washington — La banque centrale américaine a relevé mercredi ses taux à leur plus haut niveau depuis près de 15 ans, et pense continuer à les augmenter, cherchant à tout prix à juguler la forte inflation, une tâche compliquée par la menace d'une récession.

Cette hausse, comme attendu, situe le taux directeur entre 3,75 et 4,00%. Il s'agit de son plus haut niveau depuis janvier 2008.

Et les responsables de l’institution disent anticiper «que de nouvelles hausses des taux seront appropriées», selon un communiqué de presse publié à l'issue de deux jours de réunion.

Ils indiquent cependant que les effets sur l'économie des relèvements déjà effectués depuis le mois de mars devront être pris en compte pour établir le rythme des hausses qui seront décidées lors des prochaines réunions. Cela pourrait signaler des hausses moins rapides dans les mois à venir.

Il faut en effet des mois pour que ces décisions de la Fed aient un effet sur l'économie.

L'inflation, ainsi, était encore en septembre de 6,2% sur un an, proche de ses plus hauts niveaux depuis plus de 40 ans, selon l'indice PCE privilégié par la Fed, dont l'objectif est de la ramener à 2%.

Une autre mesure, l'indice CPI, qui fait référence notamment pour l'indexation des retraites, a montré une hausse des prix de 8,2% sur un an en septembre.

La hausse du taux directeur décidée mercredi est la sixième d'affilée depuis le mois de mars, lorsqu'il se trouvait entre 0,00 et 0,25%, au plus bas afin de stimuler la consommation économique pendant la crise de la COVID-19. La Fed avait commencé par la hausse habituelle de 0,25 point, avant d'accélérer à 0,50, et enfin, à quatre reprises désormais, de 0,75 point.

À moins d'une semaine des élections de mi-mandat, lors desquelles le président Joe Biden risque de perdre sa faible majorité démocrate au Congrès, l'inflation est désormais la principale préoccupation des foyers américains.

Mais un autre danger menace, puisque ce ralentissement volontaire de l'activité risque de faire plonger l'économie américaine dans la récession en 2023.

 

«Premiers signes» de ralentissement

Jerome Powell avait averti, à l'issue de la dernière réunion, en septembre, qu'il n'existait pas de «moyen indolore» de combattre durablement l'inflation.

En attendant, les États-Unis ont enregistré un trimestre de croissance entre juillet et septembre, avec +2,6% de croissance du PIB en rythme annualisé.

Quant au marché de l'emploi, il affiche toujours une santé de fer. Les chiffres officiels d'octobre seront dévoilés vendredi, mais on sait d'ores et déjà que les employeurs privés ont créé en octobre 239 000 emplois, bien plus qu'en septembre, et bien plus qu'attendu, selon des chiffres publiés mercredi.

«Alors que nous voyons les premiers signes d'un ralentissement de la demande (de main d'oeuvre) induite par la Fed, cela n'affecte que certains secteurs du marché du travail», a commenté Nela Richardson, cheffe économiste d'ADP, citée dans le communiqué.

Les démocrates, qui avaient concentré leur campagne sur le droit à l'avortement, quand les républicains jouaient la carte de la lutte contre l'inflation, tentent désormais de mettre en avant leur programme économique en faveur des classes moyennes.

Le sénateur démocrate Sherrod Brown, président de la commission bancaire du Sénat, a ainsi envoyé fin octobre un courrier à Jerome Powell, soulignant que «la lutte de la Fed contre l'inflation ne doit pas faire souffrir les travailleurs».

La crédibilité de la puissante institution est en jeu car, après avoir assuré pendant des mois que la forte inflation ne serait que temporaire, elle a jusqu'à présent échoué à la faire ralentir.

Or, plus les ménages anticipent une hausse des prix durable, plus ils agissent en conséquence, et plus celle-ci s'ancre. Ce qui nécessite alors des mesures encore plus douloureuses, comme au début des années 1980, après des années d'inflation frôlant parfois les 15%.

Sur le même sujet

Crise immobilière: arrêtons de faire l'autruche

EXPERT INVITÉ. Loin d’être le fruit du hasard, cette crise immobilière est plutôt le produit d’un système défaillant.

La Banque du Canada maintient son taux directeur à 5%

Mis à jour le 24/01/2024 | La Presse Canadienne

La Banque du Canada a annoncé qu’elle maintient son taux cible.

À la une

Quand les Québécois découvraient la Bourse dans nos pages

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. «Des entreprises comme Cascades et Couche-Tard, elles sont extrêmement reconnaissantes envers le REA.»

95 ans d'ambition et d'innovation

Édition du 21 Février 2024 | Marine Thomas

BILLET. Cela fait déjà 95 ans que le journal «Les Affaires» informe les décideurs du Québec.

Bourse: Wall Street reprend son souffle et finit en baisse

Mis à jour le 26/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé en baisse.