Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Crédit: des PME se plaignent de frais élevés en ligne

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

La hausse des ventes en ligne n'est pas profitable aux marchands qui doivent payer des frais des cartes de crédit.

Des regroupements d’entrepreneurs déplorent les frais élevés des cartes de crédit imposés aux PME sur les achats en ligne, alors que se poursuit la transition vers le commerce électronique, alimentée par la pandémie.

Visa et MasterCard ont réduit les frais qu’elles perçoivent auprès des marchands à un taux annuel moyen de 1,4 %, comparativement à 1,5 % l’année dernière. Mais les associations d’entrepreneurs affirment que ces frais demeurent plus élevés que dans de nombreux pays occidentaux, en particulier pour les transactions numériques. 

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante affirme que la proportion de ses 100 000 membres qui dépendent des achats en ligne a doublé, pour atteindre 40 %, depuis le début des premiers grands confinements, en mars dernier. 

Le vice-président du Conseil canadien du commerce de détail, Karl Littler, affirme de son côté que la hausse des ventes en ligne «soutire inévitablement des liquidités» chez des marchands qui, autrement, tireraient davantage de revenus des transactions au comptant ou par cartes de débit.

Une porte-parole au ministère fédéral des Finances, Anna Arneson, a déclaré que le gouvernement continuera à soutenir les petites entreprises pendant la pandémie, mais elle n’a évoqué aucun scénario de nouvelles discussions avec les émetteurs de cartes de crédit.

Visa plaide que les taux de transaction dans le commerce électronique sont plus bas que jamais, et MasterCard affirme qu’elle s’est engagée à respecter l’accord volontaire conclu avec Ottawa, qui a établi le taux moyen à 1,4 %.