Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Conference Board: faible croissance des villes en 2024

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Conference Board: faible croissance des villes en 2024

À Québec, le marché du logement devrait afficher un faible rendement au cours des prochains mois. (Photo: La Presse Canadienne)

Une nouvelle étude publiée mercredi prévoit que les taux d’intérêt élevés et les faibles dépenses de consommation pèseront encore sur l’économie des villes canadiennes, qui continueront de subir une faible croissance pendant la majeure partie de 2024, avant de profiter d’un rebond dans la deuxième moitié de l’année.

Le Conference Board précise dans son étude que les fortes hausses des taux d’intérêt de la Banque du Canada sont au nombre des facteurs qui font reculer l’inflation à l’échelle nationale. L’économiste en chef de l’organisme, Pedro Antunes, ajoute toutefois qu’au cours du premier semestre de 2024, les prix à la consommation resteront supérieurs à la cible de 2% établie par la banque centrale.

À son avis, si les pressions inflationnistes continuent de freiner la croissance économique, il y aura des réductions de taux d’intérêt qui commenceront plus tard cette année et qui stimuleront la croissance au début de 2025.

Le Conference Board signale que le ralentissement de l’activité économique persistera à Montréal et que la croissance du Produit intérieur brut (PIB) s’établira à seulement 0,4% cette année. Des gains de population relativement faibles freineront la croissance économique de la ville, mais le PIB devrait augmenter de 2,2% en 2025, selon l’étude.

À Québec, le marché du logement devrait afficher un faible rendement au cours des prochains mois, entraînant une stagnation dans le secteur de la finance, des assurances et des services immobiliers en 2024. Le Conference Board prévoit que le coût de la vie, le ralentissement de la croissance des salaires et à la faible hausse de l’emploi nuiront au secteur du commerce de détail et à d’autres secteurs d’activité liés à la consommation. Le PIB devrait augmenter de seulement 0,5% en 2024 à Québec et de 2,6% l’année prochaine.

Dans la région d’Ottawa−Gatineau, l’effet combiné d’une modeste contraction du secteur public, des taux d’intérêt élevés et des pressions inflationnistes persistantes feront en sorte que la croissance du PIB affichera seulement 0,4% en cette année avant d’augmenter de 2,3% en 2025.

Et l’étude ajoute qu’à Toronto, le PIB n’augmentera que de 0,5% en 2024, avant de progresser de 3% en 2025, grâce au rebond de la demande des consommateurs et des entreprises.