Cirque du soleil: Daniel Lamarre reste en poste

Publié le 24/11/2020 à 13:50

Cirque du soleil: Daniel Lamarre reste en poste

Publié le 24/11/2020 à 13:50

Par La Presse Canadienne

Le président et chef de la direction, Daniel Lamarre, demeurera en poste afin de mettre de l’avant le plan de relance. (Photo: 123RF)

Le Cirque du Soleil a confirmé mardi la clôture de la transaction qui doit permettre à ses créanciers de s’installer aux commandes, ce qui marque la fin d’un processus au cours duquel l’entreprise de divertissement a été à l’abri de ses créanciers pendant près de cinq mois.

Si le conseil d’administration a été remanié, le président et chef de la direction, Daniel Lamarre, demeurera en poste afin de mettre de l’avant le plan de relance.

Incapable de générer des revenus après avoir annulé ses 44 spectacles à travers le monde en raison de la crise sanitaire, le Cirque s’est tourné vers la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) à la fin juin, ce qui a mené au licenciement de quelque 3500 employés.

Les nouveaux propriétaires du Cirque s’étaient engagés à mettre jusqu’à 375 millions $ US à la disposition de la compagnie en plus de maintenir le siège social à Montréal pour une durée de cinq ans. 

Le directeur général chez Catalyst Capital Group, Gabriel de Alba, ainsi que Jim Murren, un ex−président du conseil d’administration et chef de la direction de MGM Resorts International, seront à la tête du conseil d’administration du Cirque.

 

À la une

Les chefs de parti donnent un dernier coup à la veille du scrutin

Mis à jour à 18:20 | La Presse Canadienne

Plusieurs chefs se sont rendus dans des circonscriptions où se déroulent des luttes serrées à la veille du scrutin.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la relève manufacturière

Édition du 21 Septembre 2022 | Catherine Charron

La question de François-Xavier Tétreault, cofondateur des équipements Ostrya.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la transition énergétique

Édition du 21 Septembre 2022 | François Normand

La question de Patrick Decostre, président et chef de la direction de Boralex.