Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires
Philippe Leblanc

Entre les lignes

Philippe Leblanc

Expert(e) invité(e)

Bon magasinage des soldes boursiers

Philippe Leblanc|Mis à jour le 11 avril 2024

Bon magasinage des soldes boursiers

En 2023, les indices boursiers nord-américains ont enregistré d’excellents rendements et ont aussi été particulièrement volatils. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Je n’ai jamais aimé magasiner. Toutefois, s’il faut que je magasine pour acheter un ou deux articles, autant le faire pendant les périodes des soldes. Lors de mes récentes vacances en Floride, j’ai fait l’effort d’entrer dans quelques magasins, mais après Noël alors que tout était en solde. Acheter à bon prix me réconcilie un peu avec le magasinage!

En revanche, il n’y a rien que j’aime plus que magasiner en Bourse! Or, comme pour le magasinage traditionnel, j’apprécie particulièrement les périodes de magasinage boursier lorsque presque la plupart des titres sont soldés!

Contrairement à la plupart des investisseurs, je ne me réjouis pas nécessairement lorsque les marchés boursiers explosent à la hausse comme ils l’ont fait au cours des dernières semaines. Je suis alors mi-figue, mi-raisin : d’un côté, je suis heureux de l’appréciation que cette hausse a eu sur les portefeuilles de nos investisseurs; de l’autre, je suis frustré de constater que les titres que nous considérions il y a quelques mois comme des investissements potentiels soient maintenant hors de portée en termes d’évaluations.

De fait, 2023 aura été selon moi une belle année pour la plupart des investisseurs boursiers – à tout le moins, ceux qui sont restés présents en Bourse tout au long de l’année. En effet, non seulement les indices boursiers nord-américains ont-ils enregistré d’excellents rendements, ils ont aussi été particulièrement volatils. Ces périodes de forte volatilité ont d’ailleurs créé de belles occasions d’achat pour les investisseurs comme moi qui recherchent les soldes!

Rappelez-vous l’année 2023. Au printemps, la plupart des titres bancaires ont piqué du nez lorsque quelques banques régionales américaines ont fait faillite. Ces difficultés ont fait craindre que toute l’industrie financière soit affectée, ce qui a créé de belles occasions dans le secteur. De notre côté, nous avons profité de la chute des titres financiers pour acquérir celui de Brookfield Corporation (BN, 51,89$) pendant cette période.

Puis, à l’automne, une hausse des taux d’intérêt combinée à des craintes que le gouvernement américain ne s’entende pas sur le relèvement du plafond de la dette du pays, de même que l’éclatement d’une guerre en Israël, ont à nouveau fait chuter les marchés. Dans notre gestion, nous avons alors identifié quelques candidats d’investissement, notamment dans le domaine de la santé auquel nous avons peu d’exposition dans nos portefeuilles. Finalement, nous avons choisi de ne rien acheter – souvent, les titres que nous détenons déjà en portefeuille nous paraissent plus attrayants que les achats potentiels.

En ce début d’année, alors que les marchés boursiers ont littéralement explosé à la hausse au cours des derniers mois, mon boulot de dénicher des occasions d’investissement attrayantes est soudainement devenu pas mal moins intéressant, car elles se font de plus en plus rares.

Cela dit, la mer des occasions boursières ne sera jamais tarie! Il est selon moi impossible de prévoir les comportements des marchés boursiers, mais mon équipe et moi travaillerons fort pour être prêts à profiter d’inévitables corrections des marchés boursiers ou de titres spécifiques qui répondent à nos critères de sélection.

En somme, si je peux faire un souhait pour 2024, c’est que les marchés soient aussi volatils qu’en 2023!

Je profite de l’occasion pour vous offrir mes meilleurs vœux pour 2024! Je vous souhaite avant tout la santé afin de profiter pleinement de toutes les belles choses de la vie.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements chez COTE 100 et auteur du livre Avantage Bourse