Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Banque Royale: recul de ses bénéfices au 3e trimestre

La Presse Canadienne|24 août 2022

Banque Royale: recul de ses bénéfices au 3e trimestre

Le bénéfice avant dotation et impôt s’est élevé à 4,9G$, en baisse de 136M$ ou de 3% par rapport à il y a un an. (Photo: Romeo Mocafico pour Les Affaires)

TORONTO — La Banque Royale du Canada (RBC) a annoncé une baisse de ses bénéfices au troisième trimestre par rapport à il y a un an, car elle a constaté un net recul de l’activité sur les marchés des capitaux et a pris des provisions pour d’éventuels défauts de paiement en raison d’une détérioration de ses perspectives économiques.

La banque a annoncé mercredi avoir réalisé un bénéfice net de 3,6 milliards de dollars (G$) ou 2,51$ par action pour le trimestre clos le 31 juillet, contre un bénéfice de 4,3G$ ou 2,97 dollars par action au même trimestre un an plus tôt.

Le directeur général Dave McKay a souligné l’environnement macroéconomique incertain, y compris l’inflation, les contraintes de la chaîne d’approvisionnement, les tensions géopolitiques, les marchés du travail tendus et les sécheresses liées au changement climatique comme certains des facteurs contribuant au recul des bénéfices.

«Nos entreprises sensibles au marché ont enregistré une série de résultats difficiles, dans le contexte de l’un des environnements les plus difficiles pour les marchés financiers, a-t-il expliqué lors d’un appel aux analystes. Cela a été étayé par une incertitude accrue, une volatilité accrue, des valorisations d’actifs plus faibles et un élargissement des écarts de crédit qui ont eu un impact sur le sentiment et l’activité des clients.»

Le bénéfice a été touché par des provisions pour pertes de crédit totalisant 340 millions de dollars (M$) pour le trimestre, comparativement à une reprise de 540M$ au même trimestre l’an dernier.

M. McKay a indiqué que les provisions étaient prudentes compte tenu de l’éventail des résultats potentiels à venir, y compris la probabilité d’une récession en Amérique du Nord, tandis que la hausse des taux des banques centrales pousse l’économie encore plus près de la fin d’un cycle.

Les bénéfices ont également été touchés par sa division des marchés des capitaux, où le bénéfice net de 479M$ a diminué de 650M$, soit de 58%, par rapport à il y a un an, car il a fallu une réduction de souscription de 385M$ causée par les conditions du marché, tandis que les provisions et la baisse de la dette, les capitaux propres et l’activité de prêt ont également pesé.

Les services bancaires aux particuliers et aux entreprises ont vu leurs bénéfices chuter de 90M$, soit de 4%, à 2G$, sur les provisions, tandis que la division a enregistré une augmentation de 14% du revenu net d’intérêts en enregistrant une croissance des prêts de 10%, y compris une croissance à deux chiffres des prêts hypothécaires, tandis que les dépenses par carte de crédit étaient de 30% supérieures au niveau d’avant la pandémie.

M. McKay a ajouté que même si la croissance des prêts hypothécaires était forte, il ne s’attend pas à ce qu’elle dure, car les taux d’intérêt frappent le marché du logement.

«Nous nous attendons à ce que la croissance des prêts hypothécaires ralentisse au cours des prochains trimestres compte tenu de la baisse de l’activité et des prix du logement, et d’un retour à un ratio ventes-inscriptions plus équilibré», a-t-il dit.

Il a ajouté qu’étant donné les défis économiques, il y aura probablement moins de personnes admissibles pour des prêts à venir, car la banque reste disciplinée.

«Vous pouvez vous attendre à ce qu’avec l’inflation, les défis pour les consommateurs, les pertes d’emplois potentielles qui nous arrivent, de plus en plus de clients perdent leur appétit pour le risque», a-t-il expliqué.

L’agent principal de gestion des risques, Graeme Hepworth, a précisé que la hausse des taux et la baisse des prix des maisons augmentaient les risques du portefeuille hypothécaire de la banque, mais que les emprunteurs les plus endettés, qui ont contracté des hypothèques sur le marché du logement capiteux de la pandémie, ne renouvellent pas avant 2025.

«Cela place nos clients dans une position de force pour faire face à la hausse des taux et à la baisse des prix des maisons… les clients auront également le temps d’ajuster leur comportement et de bénéficier de l’inflation des salaires et des revenus pour modérer l’impact de la hausse des paiements», a-t-il dit.

La banque avait également vu les taux d’impayés sur les cartes de crédit commencer à augmenter vers les niveaux prépandémiques, mais la banque a noté que les taux de dépôt étaient toujours 30% plus élevés que les niveaux prépandémiques, a-t-il spécifié.

Bien que les risques aient augmenté en raison de la hausse des taux, RBC a également constaté des avantages pour ses revenus d’intérêts. La banque a enregistré une augmentation globale de 17% de son revenu net d’intérêts à 5,9G$, tandis que sa marge nette d’intérêts a augmenté de 12 points de base par rapport à l’année précédente.

Dans l’ensemble, la banque a déclaré des revenus totaux de 12,1G$, contre 12,8G$ il y a un an.

Sur une base ajustée, RBC a déclaré avoir gagné 2,55$ par action pour le trimestre, contre un bénéfice ajusté de 3,00$ par action un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice ajusté de 2,66$ par action, selon la société de données sur les marchés financiers Refinitiv.

L’analyste de la Banque Nationale, Gabriel Dechaine, a précisé dans une note que les marchés des capitaux avaient chuté plus que prévu, avec des revenus de négociation de 480M$ inférieurs à son estimation de 790M$, en grande partie à cause de la dépréciation du prêt.

Il a ajouté que si les pertes du portefeuille de souscription étaient décevantes, les gains de la banque sur les marges nettes d’intérêts, avec des gains similaires de 10 à 15 points de base de gains sur les marges nettes d’intérêts au cours des deux prochains trimestres, étaient encourageants.

«Alors que la faiblesse des marchés financiers pourrait être considérée comme transitoire, l’expansion étonnamment forte de la marge nette sur les intérêts [de RBC] devrait produire des avantages plus durables», a-t-il conclu.