Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

3e lien: Duhaime relance l’idée d’un pont sur l’île d’Orléans

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

3e lien: Duhaime relance l’idée d’un pont sur l’île d’Orléans

Le chef conservateur Éric Duhaime (Photo: La Presse Canadienne)

Québec — Maintenant que François Legault a ressuscité son projet de troisième lien entre Québec et Lévis à la suite de la défaite électorale de la CAQ dans la circonscription de Jean-Talon, le chef conservateur Éric Duhaime, ardent promoteur de ce chantier autoroutier, revient à la charge.

«C’est un cheminement extrêmement positif pour nous», a-t-il déclaré en conférence de presse mardi à la Tribune de la presse parlementaire à Québec.

La semaine dernière, le chef caquiste avait attribué principalement son revers cinglant dans la complémentaire de Jean-Talon à l’abandon en avril dernier de son engagement de réaliser le troisième lien. M. Legault veut donc lancer des consultations dont la forme reste à préciser sur un lien inter-rives.

M. Duhaime veut plutôt une «décision rapidement»: il propose un projet comportant deux ponts à l’est de la région, raccordés par une autoroute qui traverserait les champs de l’île d’Orléans, dans le corridor où se trouvent actuellement les pylônes d’Hydro-Québec.

Il favorise un pont puisque cela coûterait «potentiellement» deux fois moins cher, selon lui. Le chef conservateur ne s’est toutefois pas avancé sur le coût de son option ou sur les données d’achalandage.

Même si les partis ouvertement contre le troisième lien, le PQ, QS et le PLQ, ont obtenu ensemble 70% des voix lors de la complémentaire de Jean-Talon, M. Duhaime n’y voit pas un rejet — alors que la campagne de son parti misait précisément sur ce projet controversé et il a obtenu 6% des voix.

«Je suis content du résultat, je suis content que la CAQ ait perdu», a-t-il admis. Ce vote s’avérait essentiellement un «message fort» contre François Legault et non un vote contre le troisième lien, selon lui.

«L’urgence du troisième lien, la population de Québec comprend que ça va en prendre un, à court ou moyen terme», a-t-il poursuivi, en affirmant qu’il y a déjà une «écrasante majorité favorable au projet».

Qui plus est, l’achalandage est désormais tout aussi élevé, «sinon pire», qu’avant le niveau de la pandémie, aux yeux de M. Duhaime. Or la baisse de l’achalandage était un des arguments de la CAQ pour tuer le projet.

«C’est faux que l’achalandage a diminué», a assuré le chef du PCQ. Il suffit donc de consulter les députés caquistes qui se sont déjà exprimés en faveur du projet et non de lancer une autre ronde de consultations, estime-t-il.

Quand M. Legault dit que «la balle est dans le camp de la population, il a totalement tort, la balle est dans son camp à lui».

Il balaie aussi les arguments pour la protection de ce joyau patrimonial que constitue l’île d’Orléans ou l’opposition de citoyens qui y habitent.

Un pont, «ce n’est pas laid, ce n’est pas quelque chose qui est affreux», a plaidé le chef de la droite québécoise. À ses côtés, Michel Tardif, l’ancien candidat du PCQ dans Bellechasse, a renchéri.

«Majoritairement, les gens de l’île sont pour le lien à l’est», a renchéri, au côté du chef, Michel Tardif.

«Une minorité ne veut pas du troisième lien, pour conserver le cachet, mais le cachet, pensez-vous qu’il est là dans le temps des pommes» quand il y a des embouteillages sur l’île et sur le pont actuel qui y mène? a-t-il demandé.

D’ailleurs, le PCQ préconise de modifier les travaux préparatoires déjà en cours sur l’île pour le pont qui a déjà été annoncé en vue de remplacer l’ouvrage vétuste actuel à deux voies.

M. Duhaime exige d’agir rapidement, pour éviter que la CAQ se serve de nouveau du projet de troisième lien comme «gadget électoral pour aller chercher des votes aux élections de 2026», a-t-il lâché.

 

Patrice Bergeron, La Presse Canadienne

 

 


Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.