La vigoureuse filière éolienne de Gaspé


Édition du 11 Novembre 2017

La vigoureuse filière éolienne de Gaspé


Édition du 11 Novembre 2017

Les deux s'appellent Boulay, chacun dirige une entreprise dans le parc industriel des Augustines, à Gaspé, les deux sont engagés dans l'importante filière éolienne qui a contribué à la relance de l'économie locale, leurs marchés sont en expansion ... et ils sont petits-cousins. Qui plus est, tous deux travaillent à diversifier leurs marchés. Allez trouver plus belle proximité !

C'est la nature et la taille de leur entreprise qui les différencient, même s'ils évoluent grosso modo dans le même créneau. Le Groupe Ohméga, que préside Martin Boulay, est une PME de 60 employés qui s'est d'abord fait connaître comme contracteur en électricité commerciale, avant de se tourner vers l'automatisation et la télémétrie. Sa technologie lui permet aujourd'hui de recueillir, à distance, quelque 2 000 données à la seconde pour vérifier l'état d'une éolienne et l'environnement dans lequel elle évolue.

À côté, le vaste complexe de LM Wind Power fait figure de géant. L'usine est dirigée par Alexandre Boulay. Autrefois propriété d'une société danoise, LM Wind Power s'est fait racheter ses 15 usines de pales d'éoliennes en octobre 2016 par la division Énergie renouvelable de GE, une transaction de 1,5 milliard de dollars. GE était déjà le principal client de l'usine de Gaspé, qui a ensuite connu une fulgurante croissance : de 178 employés en août 2016, elle est passée à 480 à la fin de septembre. On a dû recruter 300 personnes en 14 mois, et l'embauche n'est pas terminée ! Avec l'usine de Bombardier à La Pocatière, c'est la plus imposante du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Gérer l'éolienne du Nunavik à partir de Gaspé

L'édifice du Groupe Ohméga, à Gaspé, comporte un centre de commandes équipé de multiples écrans qui transmettent en temps réel de l'information sur tous les parcs que surveille l'entreprise. «Chaque propriétaire a ses exigences, dit Martin Boulay, et nous y répondons sur mesure.» Vitesse du vent, température, production d'énergie, attente ou activité... En tout, 394 éoliennes sont dans la mire du centre de commandes, 24 heures par jour, 365 jours par année. «Nos systèmes sont devenus la référence au Canada» ajoute-t-il, en me montrant le moniteur qui veille sur l'exceptionnelle éolienne mise en place par la mine Raglan et la société Tugliq, au Nunavik, près de 3 000 km au nord de Gaspé !

Ingénieur en électricité, Martin Boulay a rejoint Ohméga en 2005 et y a fondé la division d'automatisation et d'informatique industrielle avant d'en devenir actionnaire, et de fil en aiguille, président en avril 2015. Le lien avec les parcs éoliens était tout naturel, puisque le fondateur de l'entreprise, Évangéliste Bourdages, personnage réputé dans la région, a lui-même fondé le Technocentre éolien de Gaspé, l'organisme qui fait autorité en la matière.

Aujourd'hui, 20 % des revenus du Groupe Ohméga proviennent de l'extérieur du Québec, d'abord de l'Ontario, puis de la Colombie Britannique et de l'Alberta, où on travaille à un autre concept : une ferme de capteurs solaires. «Si un panneau est défectueux, nous pouvons le repérer et signaler qu'il faut l'entretenir», dit M. Boulay.

L'entreprise se sent maintenant assez sûre d'elle pour convoiter des marchés extérieurs, aux États-Unis, mais aussi au Mexique, au Brésil et ailleurs. On espère voir entrer prochainement en fonction un directeur du développement des affaires. Aujourd'hui, le vent de Gaspé ; demain, celui du monde !

LM Wind Power en mode recrutement

Trois cents mètres, l'équivalent de trois terrains de football : c'est la longueur des pales que produit l'usine gaspésienne de LM Wind Power pour les grandes éoliennes qui génèrent jusqu'à 4 MW d'électricité.

Importance des marchés extérieurs ? Et comment ! Pour l'instant, toute la production de la vaste usine de Gaspé part vers le Texas, d'abord par convoi routier sécurisé vers la baie des Chaleurs, puis par train à partir de New Richmond... parce que le train, faute de voies en bon état, ne se rend pas plus loin, un grand enjeu en Gaspésie.

L'usine dirigée par Alexandre Boulay, toujours en recrutement de personnel, est classée parmi les premières en matière de productivité dans cet ensemble maintenant membre de la multinationale GE.

«À l'époque, dit-il, notre carnet de commandes était plein juste avec ce qui nous arrivait du Québec, mais dès 2016, le marché américain s'est imposé et il a fallu tirer le maximum de nos installations.»

Elles n'ont cessé de s'accroître, tout comme la recherche de personnel au Québec. Pour recruter, le directeur des ressources humaines, Marc Frenette, a mis en place toutes sortes de stratégies misant entre autres sur les réseaux sociaux et les témoignages d'employés satisfaits. Le premier ministre Philippe Couillard vient d'ailleurs de lui remettre le trophée Créateur d'emplois pour la région de la Gaspésie-Îles-de-la Madeleine, récompense que M. Frenette a accepté au nom de l'entreprise.

Il faut voir la minutie avec laquelle ces immenses pales sont moulées, à partir de matériaux composites, grâce à un mélange d'interventions humaines et d'automatisation, suivant une technologie mise au point à Gaspé. Un triomphe d'ingénierie.

Le mouvement protectionniste aux États-Unis pourrait être inquiétant pour l'entreprise, mais, quand vous faites partie de la grande famille de GE, vous avez au moins un point en votre faveur : «LM Wind Power est considérée comme une entité indépendante. Nous avons conservé notre nom», dit Alexandre Boulay, qui préfère regarder en avant, comme pour ces projets offshore qui auront besoin de pales pour leurs hydroliennes. Il recrute encore et rappelle que, matériaux composites mis à part, sa première ressource, c'est son personnel !

300
C'est le nombre de mètres que font chacune des pales d'éolienne produites par l'usine gaspésienne de LM Wind Power pour les grandes éoliennes qui génèrent jusqu'à 4MW d'électricité.

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 27/01/2023 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.