Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Washington planifie de réduire la taxe sur le bois d’oeuvre

François Normand|Mis à jour le 16 avril 2024

Washington planifie de réduire la taxe sur le bois d’oeuvre

Cette réduction de la taxe réduira à terme le prix des maisons aux États-Unis. (Photo: 123RF)

Le département américain du Commerce (DOC) planifie de réduire la taxe sur les importations de bois d’œuvre canadien.

Lundi, le DOC a publié sa troisième révision administrative pour réduire la taxe sur les expéditions de bois d’œuvre canadien aux États-Unis. Il compte la faire passer de 17,99% à 11,64%.

C’est un virage à 180 degrés comparativement à novembre, alors que le DOC avait doublé la taxe, de 8,99% à 17,91%.

La forestière britanno-colombienne West Fraser est la seule entreprise de l’industrie canadienne à ne pas bénéficier de cette réduction, qui devrait entrer en vigueur à la fin de l’été ou cet automne.

«Cette décision est un peu une déception pour nous, car on s’attendait à une baisse plus importante», dit Michel Vincent, directeur économie et marchés, au Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ).

Selon lui, cette révision à la baisse de la taxe tient à la hausse des ventes de bois d’œuvre aux États-Unis en 2021, ce qui a fait augmenter la valeur du dénominateur dans le calcul de la taxe sur le bois d’œuvre canadien.

Comme le numérateur n’a pas changé dans ce calcul (le montant des subventions alléguées par Washington), la taxe requise a donc diminué.

Au fil des décennies, le lobby de la U.S. Lumber Coalition a convaincu à cinq reprises Washington de restreindre les importations canadiennes en imposant des taxes.

Or, à ce jour, toutes les décisions de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) dans les conflits successifs ont été favorables au Canada, rejetant les prétentions américaines selon lesquelles l’industrie canadienne aurait des pratiques déloyales, selon le CIFQ.

 

Un conflit commercial vieux de 40 ans

Le présent conflit du bois d’œuvre (Lumber 5, comme on dit dans l’industrie) a débuté officiellement le 25 novembre 2016 (alors que le président démocrate Barack Obama terminait son second mandat), quand une coalition de producteurs américains de bois d’œuvre a porté plainte contre l’industrie canadienne, l’accusant encore d’être subventionné.

Mais ce conflit date d’une quarantaine d’années.

En 1982 et 1986, l’administration républicaine de Ronald Reagan (1981-1989) a successivement déclenché les deux premières procédures (Lumber 1 et Lumber 2) contre le Canada.

Lumber 3 a débuté en 1991 sous l’administration républicaine de George Bush père (1989-1993), tandis que son fils, le républicain George W. Bush (2001-2009), a lancé la première salve pour Lumber 4, en 2002.