Le patron de Body Shop Canada dit que la société mère a largué sa filiale canadienne

Publié le 04/03/2024 à 11:56, mis à jour le 04/03/2024 à 14:31

Le patron de Body Shop Canada dit que la société mère a largué sa filiale canadienne

Publié le 04/03/2024 à 11:56, mis à jour le 04/03/2024 à 14:31

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne)

The Body Shop Canada demande la protection de ses créanciers et ferme un tiers de ses magasins parce que sa société mère a privé la branche canadienne de ses liquidités et l'a poussée à s'endetter, selon des documents judiciaires. 

Une déclaration sous serment de Jordan Searle, qui dirige la branche canadienne, a été publiée par le biais du contrôleur judiciaire de l'entreprise. Elle décrit comment les problèmes sont survenus pour le détaillant, dont la société mère The Body Shop International a été rachetée par la société de capital-investissement européenne Aurelius pour 207 millions de livres sterling (soit environ 355 millions de dollars). 

The Body Shop Canada a annoncé vendredi qu'elle fermerait 33 de ses 105 magasins et ses activités de commerce électronique dans le cadre de sa restructuration en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. La nouvelle est arrivée quelques semaines seulement après que sa société mère a déposé une demande de protection contre ses créanciers au Royaume-Uni.

La branche canadienne comptait 784 travailleurs avant le dépôt des dossiers et environ 200 seront licenciés d'ici la fin mars, selon les documents judiciaires. Le lien d'emploi a été rompu vendredi pour 20 employés du siège social de Toronto et deux sous-traitants, selon les documents. 

Désormais, la longévité de l'entreprise internationale de 48 ans, connue pour ses produits de soins de la peau «sans cruauté», signifiant qu'ils n’ont pas fait l’objet de tests sur les animaux, dépend de sa capacité à se restructurer sur plusieurs marchés.

Au Canada, où The Body Shop est un pilier des centres commerciaux depuis 1980, trouver une voie à suivre pourrait impliquer de démêler les finances de l'entreprise.

 

Un contrôle total de la société mère

La déclaration sous serment de M. Searle, qui est directeur général de The Body Shop Canada depuis février 2023 et dirige également sa filiale aux États-Unis, indique que la société mère du détaillant avait «le contrôle total» des stocks, des ressources humaines, des comptes créditeurs, de la gestion de la trésorerie et de la gestion informatique de The Body Shop Canada.

Depuis au moins 2007, The Body Shop International utilisait un système de gestion de trésorerie dans le cadre duquel les fonds de The Body Shop Canada étaient régulièrement envoyés à la société mère qui s'occupait ensuite du loyer et des obligations salariales de sa branche canadienne, a déclaré Jordan Searle.

«L'accord de trésorerie commune a permis à The Body Shop Canada de fonctionner avec peu ou pas de dette institutionnelle, l'aidant à traverser une période particulièrement difficile pour le secteur de la vente au détail: la pandémie de COVID-19», indique l'affidavit. 

«Au sortir de la pandémie, la performance de The Body Shop Canada s'est considérablement améliorée et était en passe d'être positive en ce qui a trait à la trésorerie à la fin de cette année.» 

La situation de The Body Shop Canada «s’est fortement détériorée» en décembre 2023, indique la déclaration sous serment. The Body Shop International a continué à prendre son argent, mais n'a pas payé ses fournisseurs parce qu'elle a déclaré qu'elle avait perdu l'accès à son financement et qu'elle ralentissait les paiements aux créanciers pour économiser ses liquidités, a déclaré Jordan Searle. 

The Body Shop International a déposé une demande d'administration au Royaume-Uni le 13 février. L'administration est un processus juridique qui permet aux entreprises de se restructurer ou de fermer leurs portes sans rembourser leurs dettes.

Questionné sur les affirmations de The Body Shop Canada, un porte-parole des co-administrateurs utilisés dans la procédure britannique de The Body Shop International a déclaré dans un courriel que la société avait longtemps eu recours à la gestion centralisée de la trésorerie, mais que ce processus avait pris fin au moment de l'administration «et que les fonds restaient alors avec chaque entité filiale».

Lundi, la Cour supérieure de justice de l'Ontario a accordé des mesures, notamment l'obligation pour les fournisseurs de l'entreprise de continuer à fournir des biens et services au détaillant pendant la restructuration et l'autorisation pour les magasins de cesser d'accepter les cartes-cadeaux et les retours.

 

Un bénéfice de 12M$ avant intérêts et impôts durant les Fêtes 

The Body Shop Canada a gagné environ 12 millions de dollars avant intérêts et impôts au cours de la période clé de magasinage des Fêtes, du début novembre 2023 à la fin janvier 2024, une somme qui s'est retrouvée à The Body Shop International, a déclaré M. Searle.

Jordan Searle a soutenu que la société mère avait retiré 42,9 millions de dollars des comptes de The Body Shop Canada au cours de cette période et versé 21,8 millions de dollars pour les dettes et les salaires. 

Jordan Searle a dit que le dossier administratif était «tout un choc» et a affirmé que le jour où il a été déposé, il a appris que The Body Shop International ne poursuivrait plus la gestion de trésorerie.

À ce moment-là, The Body Shop Canada devait 3,3 millions de dollars aux propriétaires, aux fournisseurs de services publics et de logistique, aux assureurs et aux agences de marketing. The Body Shop aux États-Unis a environ 3,3 millions de dollars de retards de paiement, a indiqué Jordan Searle. 

The Body Shop Canada a estimé qu'elle devait déposer une demande de protection contre ses créanciers la semaine dernière parce qu'elle était «confrontée à une dette croissante, à aucune perspective d'aide de la société mère britannique ou d'Aurelius ou de retour de ses fonds, et à une incapacité à honorer les commandes de commerce électronique», a dit le dirigeant.

«Sans la retenue abusive des fonds de l’entreprise, The Body Shop Canada serait en mesure de payer intégralement toutes ses obligations», a-t-il ajouté. 

The Body Shop U.S. a annoncé qu'elle cesserait ses activités vendredi. The Body Shop Canada est tellement intégrée aux activités américaines que la fermeture rendra «extrêmement difficile» pour la branche canadienne d'accéder aux stocks de son entrepôt américain en voie de fermeture et de traiter les demandes futures, a déclaré Jordan Searle. 

L'entreprise a également perdu la capacité d'expédier ses produits à ses clients grossistes, Shoppers Drug Mart et Amazon.ca.

Shoppers Drug Mart (Pharmaprix au Québec) propose les produits The Body Shop depuis l'été dernier, lorsque les sociétés ont annoncé un partenariat qui verrait la marchandise, y compris ses populaires beurres corporels, arriver dans 25 magasins. On s'attendait à ce que 25 autres sites déploient des produits cette année.

Ce partenariat marquait la première fois que les produits The Body Shop étaient vendus au Canada en dehors des magasins de l’entreprise.

Sur le même sujet

IA: le Canada est un leader, mais loin derrière les États-Unis

Édition du 22 Mai 2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Ottawa prévoit présenter un projet de loi sur les gains en capital avant l’été

Mis à jour le 21/05/2024 | La Presse Canadienne

Le budget fédéral présenté en avril propose de rendre imposables les deux tiers des gains en capital.

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.