Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

La plupart des Canadiens sont attachés à leur viande bovine

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

La plupart des Canadiens sont attachés à leur viande bovine

Néanmoins, 31 % des Canadiens âgés de moins de 35 ans ont songé à éliminer la viande bovine de leur alimentation. (Photo: Jeff McIntosh pour La Presse Canadienne)

Un sondage mené ce mois-ci démontre que malgré la popularité croissante de la nourriture végétale, la plupart des Canadiens restent fermement attachés à la consommation de bœuf.

Le sondage Angus Reid réalisé avec le Laboratoire des sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, démontre que 92 % des Canadiens mangent du bœuf.

À 65 %, les Canadiens mangent du bœuf au moins une fois par semaine; c’est le cas pour 73 % des répondants de l’Alberta, le pourcentage le plus élevé, alors que le plus faible, de 58 %, a été relevé en Colombie-Britannique. En général, les femmes sont moins susceptibles d’en consommer régulièrement que les hommes.

Alors que 69 % des Canadiens mangent du bœuf pour son goût, seulement 10 % en consomment pour des raisons de santé. Au total, 55 % des consommateurs réguliers de viande bovine la qualifient d’excellente source de protéines alors que 12 % ne considèrent pas les alternatives de protéines végétales comme un bon choix pour eux.

Au Canada, 42 % des répondants considèrent le bœuf comme un élément essentiel des traditions familiales et culinaires dans leur entourage.

Néanmoins, 31 % des Canadiens âgés de moins de 35 ans ont songé à éliminer le bœuf de leur alimentation au cours des 12 derniers mois. Parmi eux, les raisons principalement évoquées, dans l’ordre, ont été leur propre santé, l’environnement, en particulier au Québec, et la préoccupation du bien-être et la cruauté envers des animaux.

Enfin, le sondage conclut que les préférences alimentaires des Canadiens n’ont pas changé de façon significative au cours des 12 derniers mois.

Le sondage a été mené auprès de 1503 Canadiens. Sa marge d’erreur est évaluée à 2,9 %, 19 fois sur 20.