Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Carrefour: Québec croit que Couche-Tard peut convaincre

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Même si l’affaire a pris une tournure politique, Alain Bouchard, tente de convaincre les autorités françaises.

Malgré l’opposition du gouvernement français à une prise de contrôle du géant de l’alimentation Carrefour par Alimentation Couche-Tard, Québec croit que l’exploitant de dépanneurs et de stations-service est encore capable de convaincre l’Élysée de changer son fusil d’épaule. 

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a indiqué, vendredi, avoir discuté la veille avec le fondateur de la multinationale, Alain Bouchard, qui se trouve dans l’Hexagone. 

Même si l’affaire a pris une tournure politique, l’homme d’affaires, avec l’aide des démarches diplomatiques du gouvernement Legault, tente de convaincre les autorités françaises, qui ont soulevé des craintes en matière de sécurité alimentaire.

En France, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a continué de manifester son opposition à l’égard de la proposition valorisée à 25 milliards $ de Couche-Tard, opposant un refus «clair et définitif» à un regroupement. M. Fitzgibbon, qui devait s’entretenir plus tard vendredi avec son homologue, a expliqué que d’un point de vue financier, les approches de Couche-Tard semblaient intéresser la direction de Carrefour ainsi que certains de ses plus importants actionnaires. 

Couche-Tard a proposé 20 euros par action pour chaque action de Carrefour dans ce qui pourrait devenir la plus importante acquisition de l’exploitant de dépanneurs et de stations-service. Le paiement s’effectuerait essentiellement en espèces. 

L’entreprise française, qui est le plus important employeur privé dans l’Hexagone avec plus de 100 000 salariés, a vu le jour il y a plus de 60 ans. Elle exploite près de 13 000 hypermarchés, supermarchés et dépanneurs répartis dans 30 pays comme la France, l’Espagne, l’Italie, le Brésil, l’Argentine et Taïwan. Son effectif est supérieur à 320 000 employés. 

De son côté, le réseau mondial de la société établie à Laval compte 14 200 points de vente. 

À la Bourse de Toronto, après deux séances négatives, l’action de catégorie B de Couche-Tard prenait environ 3 %, ou 1,02 $, pour se négocier à 37,31 $, dans la foulée des commentaires de M. Le Maire. Sur le parquet de la Bourse de Paris, le titre de Carrefour retraitait de 3,9 %, à 16,44 euros.