«On vend 50 % de nos voitures d'occasion à des Ontariens» - Gilles Poirier, propriétaire de la concession Hull Hyundai


Édition du 17 Septembre 2016

«On vend 50 % de nos voitures d'occasion à des Ontariens» - Gilles Poirier, propriétaire de la concession Hull Hyundai


Édition du 17 Septembre 2016

Par Claudine Hébert

Les concessionnaires automobiles situés près des frontières provinciales doivent composer avec des réalités propres à leur marché. C'est le cas de Gilles Poirier, propriétaire de la concession Hull Hyundai, en Outaouais. Dans la région de Gatineau, près du quart des voitures immatriculées au Québec ont été achetées en Ontario.

Les Affaires - Pourquoi les gens préfèrent-ils acheter leurs véhicules en Ontario ? Est-ce pour échapper à la TVQ ?

Gilles Poirier - Ceux qui souhaitent le faire pour cette raison sont déçus. Il existe une entente faisant en sorte que les consommateurs québécois qui achètent une voiture en Ontario n'échappent pas à la taxe provinciale du Québec. En fait, d'autres raisons expliquent cette situation. La première : les consommateurs ont l'habitude d'acheter leur véhicule chez un concessionnaire près de leur domicile ou près de leur milieu de travail. Et dans la région, le premier employeur est le gouvernement fédéral, dont les bureaux se trouvent en majorité de l'autre côté de la rivière des Outaouais, à Ottawa et dans les environs.

L.A. - Les prix sont-ils plus alléchants en Ontario ?

G.P. - Au Canada, les prix des voitures sont semblables d'une province à l'autre. Il arrive néanmoins, une à deux fois par année, que les promotions du constructeur diffèrent en Ontario et au Québec. Par exemple, à l'approche de l'automne, les pneus d'hiver seront offerts sur les modèles neufs achetés de ce côté-ci de la frontière. En Ontario, le constructeur proposera plutôt un rabais sur un modèle donné. Plusieurs consommateurs qui travaillent en Ontario regardent d'abord sur le Web les promotions offertes du côté d'Ottawa.

L.A. - Quel sera l'effet de l'entrée en vigueur de la loi 104, qui vise à augmenter le nombre de véhicules automobiles «zéro émission» au Québec ?

G.P. - Le gouvernement québécois compte imposer un système de crédits aux constructeurs pour qu'ils atteignent des quotas de vente. Je crains, comme plusieurs concessionnaires de l'Outaouais, que ces crédits soient assumés par nous. Ce qui risque d'augmenter le prix des voitures québécoises de 500 $, de 1 000 $, voire de 2 000 $. En fait, ce sera un problème non seulement pour les concessionnaires qui se trouvent près de la frontière de l'Ontario, mais aussi pour ceux qui se situent près du Nouveau-Brunswick.

L.A. - En attendant, comment récupérer la clientèle qui achète en Ontario ?

G.P. - En offrant un excellent service à la clientèle lors des entretiens mécaniques et des changements de pneus. Car, s'ils achètent de l'autre côté de la frontière, c'est au Québec que ces consommateurs feront effectuer, la plupart du temps, leurs travaux d'entretien du véhicule. Au Québec, le tarif horaire des techniciens est d'au moins 15 % moins cher que celui de leurs collègues de l'Ontario. Notre équipe technique a donc tout avantage à se surpasser pour convaincre les clients de revenir nous voir après l'achat de leur prochaine voiture.

L.A. - Cela constitue-t-il le seul avantage d'être à proximité de l'Ontario ?

G.P. - Il y en a un autre. Notamment, le marché des véhicules d'occasion. En règle générale, le prix d'un véhicule de seconde main pour un modèle de même marque, de même kilométrage, de même couleur, de même année, sera 10 % moins cher au Québec qu'en Ontario. Bien que l'on vende à peine plus de 5 % de nos véhicules neufs à des consommateurs ontariens, ces derniers comptent pour 50 % de notre clientèle du marché des véhicules d'occasion. Cette clientèle peut venir d'aussi loin que de Cornwall, ou de Kingston qui se trouve à deux heures de route de Gatineau, pour acheter un modèle précis.

À la une

7 astuces pour réduire vos frais d'avocats

16/06/2024 | Manuel St-Aubin

EXPERT INVITÉ. Les acteurs judiciaires ont à cœur la mission de rendre justice, même si tout n’est pas parfait.

La course aux stages 2.0

Édition du 22 Mai 2024 | Claudine Hébert

Les cabinets d'avocats ont adapté les 5 à 7 aux nouvelles règles de la société.

L’industrie du droit a besoin de faire les choses autrement

Édition du 08 Mai 2024 | Philippe Jean Poirier

GRANDS DU DROIT. Les cabinets de services juridiques ont été très actifs sur le marché des fusions et acquisitions.