Le tour du concessionnaire : Joel Segal, propriétaire de Moteurs Décarie


Édition du 10 Décembre 2016

Le tour du concessionnaire : Joel Segal, propriétaire de Moteurs Décarie


Édition du 10 Décembre 2016

Par Claudine Hébert

«Depuis l'ouverture de l'étage Décarie Signature, on n'a jamais vendu autant de voitures d'occasion de luxe» - Joel Segal, propriétaire de Moteurs Décarie.

Moteurs Décarie craque pour les voitures anglaises depuis plus de 70 ans. Un héritage qu'entretient encore aujourd'hui le concessionnaire montréalais Joel Segal avec les marques Jaguar, Land Rover, Bentley, sans oublier Aston Martin.

Les Affaires - Comment se porte le marché de la voiture de luxe à Montréal ?

Joel Segal - Très bien. Malgré les soubresauts de l'économie, ces voitures ont toujours trouvé preneur. L'année 2016 se soldera d'ailleurs par la vente de plus de 35 voitures Bentley et d'au moins 25 Aston Martin. Des ventes qui, par habitant, sont bien meilleures qu'à Toronto. Cela a motivé notre décision d'agrandir l'entreprise.

LA - Parlez-nous de cette infrastructure ?

J.S. - C'est notre cadeau de 70e anniversaire. L'achat du terrain et la construction ont coûté 14,5 M$. La conception a été réalisée par la firme GKC Architectes et les équipes de Bentley et Aston Martin, dont les modèles occupent, en exclusivité, le rez-de-chaussée.

LA - D'où vient cette passion pour les voitures anglaises ?

J.S. - Mon père Moe a servi au sein de l'armée de l'air canadienne lors de la Deuxième Guerre mondiale. Il est tombé sous le charme de ces voitures lors de son passage en Europe. Au départ, lorsque mon père et mon grand-père Max ont ouvert leur premier garage sur le boulevard Décarie en 1946, l'entreprise vendait des voitures d'occasion Rover. C'était un tout petit bâtiment. Lors des années suivantes, notamment avec le déménagement de l'entreprise près de l'échangeur l'Acadie, d'autres marques britanniques telles Jaguar se sont ajoutées. Lorsque nous sommes revenus sur Décarie, en 2002, nous avions les marques Jaguar, Land Rover, Bentley et Aston Martin. Ce qui explique d'ailleurs que notre logo fasse référence au drapeau de la Grande-Bretagne, l'Union Jack.

À lire aussi : Concessionnaires à vendre

À la une

Armez-vous (encore plus) de patience pour recruter

Il y a 0 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. À l'automne dernier, il fallait compter en moyenne 14 semaines pour embaucher un employé.

1er trimestre de CGI: hausse en un an des bénéfices et des revenus

Il y a 37 minutes | La Presse Canadienne

CGI signale que la valeur de son carnet de commandes s’élevait à 25,01 milliards $ au 31 décembre dernier.

Le Canadien Pacifique engrange un profit de 1,27 G$ au 4e trimestre

Les revenus du CP ont atteint 2,46 G$, en hausse de 21% par rapport au même trimestre un an plus tôt.