Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Les usines de batteries ne seraient pas rentables avant 20 ans

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Les usines de batteries ne seraient pas rentables avant 20 ans

Le gouvernement fédéral a annoncé cette année des subventions à Volkswagen et à la coentreprise Stellantis−LG Energy Solution pour les inciter à construire au Canada des usines de batteries destinées aux véhicules électriques. (Photo: La Presse Canadienne)

Le directeur parlementaire du budget estime qu’il faudra au gouvernement fédéral 20 ans, jusqu’en 2043, pour atteindre le seuil de rentabilité de ses accords avec deux géants de l’automobile pour la fabrication de batteries de véhicules électriques en Ontario.

Le gouvernement fédéral a annoncé cette année des subventions à Volkswagen et à la coentreprise Stellantis−LG Energy Solution pour les inciter à construire au Canada des usines de batteries destinées aux véhicules électriques.

Dans une analyse du seuil de rentabilité de ces subventions à la production accordées par Ottawa, le directeur parlementaire du budget (DPB) estime qu’il faudra 20 ans pour que les recettes gouvernementales générées par la production des deux usines ontariennes atteignent l’équivalent des subventions à la production, qui totalisent 28,2 milliards $ d’ici la fin de 2032.

Le calcul du DPB n’inclut pas les revenus potentiels qui peuvent être générés tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Ce seuil de rentabilité de 20 ans contraste avec le seuil de cinq ans avancé par le gouvernement fédéral pour l’accord avec Volkswagen, qui inclut les revenus attendus de l’augmentation de la production tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Le gouvernement fédéral n’a pas fourni d’estimation du seuil de rentabilité pour l’accord avec Stellantis.