Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

La menace d’une grève refait surface chez Transat

La Presse Canadienne|02 janvier 2024

La menace d’une grève refait surface chez Transat

Les 2100 agents de bord ont voté à 98,1% pour la refuser, à un taux de participation de 87%, rapporte le syndicat, qui affirme que les négociations reprendront mercredi. (Photo: La Presse Canadienne)

La menace d’une grève ne serait finalement pas écartée chez Transat. Ses agents de bord ont refusé l’entente conclue en décembre entre leur syndicat et l’employeur. 

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) en a fait l’annonce par communiqué, mardi, après la fermeture des marchés.

Les 2100 agents de bord ont voté à 98,1% pour la refuser, à un taux de participation de 87%, rapporte le syndicat, qui affirme que les négociations reprendront mercredi.

Dans son propre communiqué, la direction de Transat dit avoir accepté de reprendre les discussions avec l’exécutif syndical, et souligne qu’il n’y a «présentement pas de préavis de grève ni de lock−out émis par ni l’une ou l’autre des parties». «Toutes deux souhaitent conclure un nouvel accord rapidement», affirme Transat.

Tout de même, la direction exprime sa déception à l’égard du résultat du vote.

«Nous avons conclu une entente négociée de bonne foi, qui répondait aux intérêts des deux parties», affirme dans le communiqué la cheffe des ressources humaines, communications et responsabilité d’entreprise de Transat, Julie Lamontagne.

«Ce dénouement nous déçoit, car nous avions confiance que l’entente de principe serait acceptée par la majorité de nos agentes et agents de bord. Nous retournons à la table de négociation et notre objectif demeure de trouver un terrain d’entente dans les meilleurs délais», ajoute-t-elle.

Le syndicat affilié à la FTQ avance que la principale raison du refus est liée à l’augmentation salariale proposée. «Les agents de bord d’Air Transat nous ont dit clairement que cette entente ne serait pas parvenue à réduire la souffrance et l’insécurité financière qu’ils et elles vivent quotidiennement, déclare Dominic Levasseur, président de la composante Air Transat du SCFP, dans un communiqué. Nous retournons sans délai à la table de négociation afin de conclure une entente qui correspondra à leurs besoins.»

À la mi−décembre, M. Levasseur affirmait que le syndicat était «confiant que l’entente sera à la hauteur des attentes de nos membres».

Avant la conclusion de l’entente, les agents de bord s’étaient dotés, en novembre, d’un mandat de grève, avec un appui de 99,8%. La possibilité d’une grève en janvier avait été évoquée.

«Vu l’insatisfaction particulièrement élevée des membres, il sera toujours possible que le syndicat dépose un avis de grève», prévient maintenant le SCFP dans un communiqué.