Souvent mis à l'épreuve, Boeing fait face à une nouvelle crise

Publié le 08/01/2024 à 09:31

Souvent mis à l'épreuve, Boeing fait face à une nouvelle crise

Publié le 08/01/2024 à 09:31

Par AFP

L’agence fédérale américaine de l’aviation civile (FAA) a demandé samedi l’immobilisation pour inspection de quelque 171 Boeing 737 MAX 9. (Photo: 123RF)

L’incident survenu vendredi sur un Boeing 737 MAX 9 qui a perdu une porte en vol aux États-Unis et les immobilisations d’appareils qui en ont résulté dans le monde sont un nouveau coup dur pour le constructeur, même si les experts s’attendent à un impact limité. 

L’agence fédérale américaine de l’aviation civile (FAA) a demandé samedi l’immobilisation pour inspection de quelque 171 avions de ce modèle, touchant notamment des compagnies comme United Airlines, Turkish Airlines ou Aeromexico.

Vendredi soir, une porte s’est détachée d’un 737-9 après le décollage de Portland (Oregon), sur un vol intérieur de la compagnie Alaska Airlines, alors que l’avion avec 171 passagers et 6 membres d’équipage à bord se trouvait à près de 5 000 m d’altitude.

Les images spectaculaires de l’incident, qui n’a fait que des blessés légers, montrant un trou béant en plein ciel, ont fait le tour du monde.

L’enquête de l’agence américaine chargée de la sécurité des transports, la NTSB, vient de débuter et aucune conclusion n’a encore été tirée de ce dysfonctionnement.

L’agence a annoncé dimanche soir avoir retrouvé le panneau de porte perdu, qui est tombé dans le jardin d’un particulier à Portland. «Nous allons aller le chercher et commencer à l’analyser», a déclaré sa présidente Jennifer Homendy.

Cet incident vient s’ajouter à toute une série de déboires qu’a connus le groupe d’Arlington (Virginie) ces dernières années, concernant notamment ce modèle d’appareil.

Les plus sérieux d’entre eux ont été les crashes de deux 737 MAX, en octobre 2018 en Indonésie et en mars 2019 en Éthiopie, qui ont causé la mort de 346 personnes au total.

 

«Anomalie exceptionnelle» 

Après ces accidents, liés au logiciel de pilotage MCAS, tous les 737 MAX avaient été cloués au sol durant 20 mois.

Mais le constructeur américain a aussi suspendu, à plusieurs reprises, durant près de deux ans au total, les livraisons de son long-courrier 787 pour des défauts de fabrication et d’inspection.

Plus récemment, c’est de nouveau le 737 MAX qui a fait parler de lui, après la découverte, à l’automne, de malfaçons sur la cloison étanche arrière de l’appareil, puis en décembre, d’un risque de boulon desserré sur le système de contrôle du gouvernail.

Dans le cas de l’incident de vendredi, le décrochage peut être lié à la fabrication de la porte ou des vis, mais aussi à la pose et au contrôle qualité, explique Scott Hamilton, du site spécialisé Leeham News.

«Si c’est un problème d’installation et de qualité, lié à Boeing ou à Spirit AeroSystems», son plus important sous-traitant, «il est probablement limité», estime l’analyste.

«Je pense que c’est plutôt une anomalie exceptionnelle qu’un problème systémique», avance-t-il.

«Pour moi, c’est un problème très isolé», abonde Michel Merluzeau, spécialiste du secteur aéronautique pour le cabinet AIR. «Je ne vois pas du tout un problème de design.»

Une hypothèse validée, selon lui, par la nature de l’inspection demandée par la FAA, réalisable en 4 à 8 heures seulement, selon le régulateur américain.

«On devrait arriver à un retour à la normale en à peu près une semaine», selon Michel Merluzeau.

«C’est un événement qui est l’émanation des problèmes de la chaîne des fournisseurs et du stress sur la production dans l’aviation commerciale actuellement», décrit l’analyste, qui cite aussi un impact de la pandémie de coronavirus.

 

Perte d’expérience

Au printemps 2020, Boeing a ainsi suspendu sa production durant près d’un mois. Face au ralentissement brutal du transport aérien, la société centenaire a licencié quelque 30 000 personnes.

Boeing a recommencé à embaucher massivement en 2022, mais de nombreux anciens ne sont pas revenus.

«Vous avez beaucoup de gens nouveaux, qui doivent faire leur apprentissage», explique Scott Hamilton.

«L’expérience est quelque chose qui est très très important dans cette industrie», abonde Michel Merluzeau.

À la différence de Boeing, son grand concurrent Airbus n’aura fermé que quelques jours en 2020 et évité des licenciements massifs, rappelle Scott Hamilton.

Sur le plan commercial, «je ne vois pas d’impact sérieux à long terme», lié à la défaillance de vendredi, anticipe Michel Merluzeau. «Boeing doit gérer la situation et donner, le plus vite possible, les garanties aux clients sur l’assemblage des avions pour qu’il n’y ait pas d’inquiétude.»

Un scénario retenu également par Scott Hamilton, qui souligne que le MAX 9 est, «pour l’essentiel, un avion américain», deux tiers des appareils étant opérés par Alaska Airlines (65) et United (79).

«Leur relation avec Boeing est profonde et bonne», selon l’analyste, pour qui la porte envolée devrait surtout peser dans ses relations avec les régulateurs.

Le constructeur a récemment demandé une exemption aux obligations de sécurité dans le cadre de l’homologation du MAX 7, liée à un défaut du système de dégivrage des moteurs.

Selon Scott Hamilton, si les conclusions de l’enquête sur l’incident du vol Alaska Airlines attribuent des torts à Boeing, «cela va jouer sur la décision de la FAA quant à ces exemptions».

 

 

À la une

Concernant TikTok aux É.-U., Trudeau dit veiller à la sécurité des Canadiens

Il y a 8 minutes | La Presse Canadienne

Le gouvernement libéral fédéral avait ordonné un examen de la sécurité nationale au sujet de TikTok en septembre.

Les méchants riches

Il y a 38 minutes | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. Il faut faire attention de ne pas mettre tous les riches dans le même panier.

Comment restructurer les dettes de mon petit café et éviter la faillite?

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Voici cinq options de restructuration de dettes pour aider à naviguer dans ces eaux troubles.